Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 09:28

Etalage de biscoteaux qui soulève, au mieux, la perplexité, au pire le dégout. Les performances de ces boursouflés excitent des passions chauvines qui ne font honneur à personne. Et tout ce barnum se déroule dans un débordement d’investissements improductifs, dans un dégueulis de contrats publicitaires, la fête du gâchis et de l’enrichissement personnel.

Published by olivier seutet
commenter cet article
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 15:14

Après avoir du avaler les performances des équipes de football avec leurs joueurs vulgaires addicts de la schnouffe, des mineures, et de la thune, il nous a fallu nous taper les vélocipédistes, lumineux forçats, et maintenant voilà le tour des athlètes des jeux olympiques tous plus médicalisés les uns que les autres. Drôle de culture qui dans la droite ligne des régimes fascistes et socialistes divinise les athlètes, adule leurs performances physiques, et croit que ces compétitions valorisent les spectateurs.

Published by olivier seutet
commenter cet article
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 13:18

Sans le préalable de convictions fortes, l’apologie du vivre ensemble ou du dialogue ne sont que des mots creux. La tentation du bavardage conduit au souk.

Published by olivier seutet
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 21:32

Larbins au service de ministres acariâtres ; ou ils fournissent en idées des excellences aux neurones peu fertiles, ou ils organisent au galop la mise en place de fulgurances des soi-disant génies. Se croient ou se prétendent au service de l’état quand ils sont esclaves d’une ambition. Ce passage obligé pour la mise sur orbite d’une grande carrière, se révèle être une école de l’humiliation, de la servilité, de l’idolâtrie de fausses valeurs.

Published by olivier seutet - dans etat
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 16:46

Ne pas oublier d'arroser les plantes et les vieilles dames.

Published by olivier seutet
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 14:21

Sept mille à dix mille soldats employés à vadrouiller dans les rues avec pour seul objectif de rassurer Madame Michu : ils n’ont pas le droit de tirer sauf pour assurer leur propre défense ; ce n’est pas leur rôle, ni leur formation, ni leur désir d’assurer une fonction de maintien de l’ordre dans les rues de leur pays ; nous ne sommes pas en guerre civile. Mais par contre notre pays a beaucoup à faire pour traquer les terroristes hors de nos frontières quand nos alliés européens sont absurdement défaillants.

Presque cent mille gendarmes qui à côté de leur vocation de sécurité publique, de police judiciaire, de renseignement, se voient imposer un rôle de percepteurs d’amendes au prétexte d’assurer la sécurité routière. Comment ne pas trouver insupportable cette alliance entre les lobbies anti-automobilistes et les rapiats de Bercy quand l’urgence de traquer les terroristes sur nos territoires se fait de plus en plus urgent.

Et ces milliers de policiers qui sont mis sous pression pour protéger des manifestations qui n’auraient jamais du être autorisées, pour assurer la sécurité d’un événement qui aurait du être annulé comme l’euro de football, pour entourer de cordons sanitaires un président et ses ministres qui ne méritent pas une telle protection. Et les cités sont vides de ces mêmes personnels, et les commissariats sont transformés en fortins assiégés dans les banlieues.

Avant de pérorer sur les effectifs, avant de décréter des vigilances orange, rouge, avant de proclamer des états d’urgence, il serait temps que le président et son faquin de premier ministre prennent enfin leur rôle de chef au sérieux et s’interrogent d’abord sur les missions qu’ils assignent aux forces dont ils disposent, non pas pour pommader leurs concitoyens mais pour assurer leur sécurité.

Published by olivier seutet - dans politique
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 14:02

Elle est grignotée de toutes part.

Un conseil Constitutionnel qui s’arroge le droit de censurer les lois votées par des représentants élus du peuple.

Un ordre judiciaire qui au lieu de juger au nom du peuple, prétend être indépendant et ne relever que de lui-même.

Des hautes Autorités indépendantes qui s’affranchissent de l’exécutif, au motif que celui-ci est incapable de bien juger de l’intérêt supérieur de l’état.

Des autorités bruxelloises qui veulent modeler la vie des nations à coup de directives imaginées par des fonctionnaires hors-sol.

Ses caractéristiques sont niées au nom de la morale, de l’efficacité, de l’égalité.

Le droit d’expression est bafoué par des lois prétendant protéger toutes sortes de catégories de gens : les femmes, les homosexuels, les noirs, les juifs, les arabes, les francs-maçons, les musulmans, les gros, les nains, et tutti quanti.

Le droit de manifester est prohibé lorsqu’il s’agit de faire part de ses croyances religieuses : la laïcité est passée de l’accueil de toutes les religions à l’intolérance envers toutes.

Le droit de propriété est nié à force d’empiètements d’une administration totalitaire prétendant représenter le Bien face à l’égoïsme.

Sa pratique est malmenée par la mise en place d’un ordre républicain qui consiste à corseter les choix des électeurs.

Le non-cumul des mandats aboutit à transformer les candidats députés, dépourvus de toute assise régionale, à être entre les mains de commissions d’attribution des sièges internes aux partis.

La primaire pour choisir un candidat à la présidence est une farce démocratique pour éliminer tous les candidats qui ne bénéficient pas d’un fort appui de militants de partis.

La classe politique est formée de professionnels, épouvantables de médiocrité, qui prétendent barrer la route du pouvoir à des membres d’une prétendue société civile et se réserver un quasi monopole des places de gouvernement..

Elle est minée par une classe médiatique qui déploie une idéologie de l’égalitarisme qui camoufle mal les vieilles lunes du terrorisme socialiste.

La fraternité et la solidarité se trouvent remplacés par leur caricature que sont la compassion et l’assistanat : le sentimentalisme triomphe de l’agapé, les pleurnicheries de la dignité.

La prétendue parité est une véritable insulte à l’égalité des droits : comment oser réserver des places sous prétexte d’une couleur de peau plus basanée, d’un genre féminin, d’un habitat dans des cités ; pour l’instant n’a été mise en place que la parité hommes-femmes, le reste, du même tonneau, ne peut que suivre.

Il serait temps de proclamer l’urgence de débarrasser l’état des parasites qui nous dépouillent de la démocratie.

Published by olivier seutet - dans politique
commenter cet article
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 09:53

La bande de millionnaires incultes et vulgaires qui vaticine sur un carré d’herbe n’excite au mieux que mon indifférence. La liesse obligatoire proclamée sur les ondes après le match France-Allemagne ne suscite que mon exaspération. Les commentaires du style « enfin une victoire du multiculturalisme » provoquent mon indignation : ils ne sont que des manifestations de racisme, une allusion pesante à leurs origines ou couleur de peau, car je ne vois pas quelle culture peuvent partager ces footballeurs ignares.

Pourquoi ces mercenaires, pour les trois-quarts partis en exil fiscal, se vendre à des oligarques russes ou à des émirs du Moyen-Orient, provoquent-ils la moindre passion ? Ils seraient l’image actuelle d’un affairiste comme Platini, d’un tricheur comme Henry, d’un cogneur comme Zidane ? Incroyable comme cette adoration du sport fait porter au pinacle des personnes, au mieux médiocres, au pire liées à des milieux de gangsters.

Published by olivier seutet - dans social
commenter cet article
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 14:00

Rocard a disparu. Il n’a jamais été président quoiqu’il l’ait voulu et en eut les capacités. C’est vrai d’autres de ce son acabit, tous très différents : Messmer, Barre, Delors, Balladur, Seguin, Fillon. Tous hommes de qualité, d’ambitions, tous éclipsés par un vaniteux comme Giscard, un escroc comme Mitterrand, un incapable comme Chirac, un matamore comme Sarkozy, un aboulique comme Hollande. Curieux ce manque de chance, ou de ténacité, ou de hargne pour passer du poste de brillant second à celui de président de la République. Est-ce vraiment leur faute, ou plutôt n’est ce pas la volonté d’un peuple qui préfère se choisir un chef parmi les velléitaires, les superficiels, les cyniques, qui se méfie des honnêtes pour se fier aux tordus, qui s’inquiète des talentueux pour s’abandonner aux imbéciles brillants.

Triste destinée de ce pays qui a rarement su choisir ses dirigeants et se convulse d’admiration devant les intrigues florentines, les préoccupations sibyllines, les manœuvres machiavéliques, les sous-textes, les non-dits, les coups à trois bandes, qui s’abandonne à celui qui ment de façon éhontée, courtise sans vergogne, achète sans état d’âme les appuis, les votes. L’envie, la haine, la vengeance sont des mobiles que notre peuple vit et comprend et qu’il aime donc retrouver chez celui qui l’incarne.

Published by olivier seutet - dans portrait
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 18:36

Les Hauts de France pour un plat pays vaguement animé par les collines de l’Artois : on aurait mieux fait de l’appeler les Pays-Bas, des investisseurs étourdis auraient placé leurs billes à Dunkerque en croyant être dans un avant-port de Rotterdam. Le Grand Est ? C’est pour faire la nique à d’autres qui ne peuvent choisir le Grand Nord (ça ferait un peu trop glacial), ou le Grand Sud (pour le coup un peu trop sable chaud) ? Et le Languedoc qui ne veut pas s’appeler Languedoc, et l’Aquitaine qui se baptise grande alors qu’il lui manque (encore ?) Bourges et Clermont, voire Toulouse. Et pour la Provence qui s’affuble depuis longtemps déjà du sinistre sigle de PACA, ne serait-il pas temps de revenir à une dénomination logique. Et encore la Bourgogne-Franche-Comté dont personne n’a semblé penser que duché ou comté, tout n’est que Bourgogne. Enfin l’énumération idiote atteint son comble avec l’Auvergne-Rhône-Alpes, méli-mélo d’une vieille province, d’une partie de fleuve, et d’une portion de chaine montagneuse : touillez le tout et vous n’avez aucune identité ; le Lyonnais aurait été trop simple.

Published by olivier seutet
commenter cet article