Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2023 6 28 /01 /janvier /2023 15:51

Les flemmards et les égoïstes manifestent dans les rues, animés par des syndicats qui protègent d’abord les fonctionnaires et les salariés des entreprises privilégiées. Insensibles au poids des gens âgés avec la baisse de la fécondité et l’immigration de masse refusée avec l’obligation de sauvegarder des retraites minimales dans le futur ; insensibles à l’entrée dans le grand âge de populations qui ont besoin de soin et d’assistance et la nécessité de renforcer la solidarité entre générations ; se battant sur des sujets absurdes comme les longues carrières comme si le manque d’efforts pour faire des études devait valoir un surplus de solidarité.

Ils nous disent que le travail est fatiguant, ce qui est incontestable mais sans intérêt puisque le sujet est que le travail est nécessaire socialement. Ils nous prétendent que pour donner un sens à leur vie, il leur faut arriver à l’âge de la retraite, alors que le seul sens véritable de leur vie est d’être utile aux autres même en ramassant les ordures ou en balayant les surfaces. Ils nous font pleurer sur leurs petites retraites quand ils ont passé trop de temps à ne pas cotiser ; la solidarité n’est pas une béquille pour les paresseux.

 

Ce sont des cortèges de la honte qui obstruent nos boulevards. Ils réclament quand ils devraient se terrer pour cacher les petits avantages indus dont ils bénéficient dans une fonction publique obèse, inefficace et arrogante, dans des sociétés monopolistiques aux statuts et conventions collectives vermoulues. Ils représentent toute cette caste qui conduit le pays au déclin, arcboutés sur ce qu’ils ont, refusant d’étendre la solidarité à de nouveaux venus (les handicapés, les grands vieillards, les vrais exploités de l’économie 2.0) . Ils devraient susciter, lors de leur passage, un long cri de haine ou de mépris pour tant de petitesse et d’aveuglement.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2023 5 20 /01 /janvier /2023 15:46

Moïsi dans ses analyses géopolitiques oublie systématiquement quelques points qui nuisent à leur pertinence. Son apologie de l’OTAN qu’il présente comme le dernier rempart crédible contre une Russie impérialiste, l’âme de la lutte des valeurs de la démocratie contre le totalitarisme doit être sérieusement nuancée.

La présence parmi les membres de l’OTAN d’un pays comme la Turquie rend difficile le mythe d’une alliance dévolue à la défense de valeurs : quand elle aide l’Ukraine, elle soutient en même temps les Azéris dans leur anéantissement de l’Arménie, dernière enclave dans une région panturque ; quand elle combat le régime d’Assad, elle participe aussi à l’écrasement des Kurdes tant à l’intérieur de ses frontières qu’en Syrie ; quant aux valeurs de la démocratie à l’intérieur même de ce pays, le moins que l’on puisse dire est qu’elles sont largement méprisées par le président Erdogan ; la seule réalité de cette inclusion de la Turquie dans l’OTAN est le cynisme des occidentaux qui oublient leurs grands principes pour les seules réalités de l’importance de la base aérienne d’Incirlik, et de la force de l’armée turque à la frontière du Proche-Orient, des Balkans et du Caucase.

Le double égoïsme américain et allemand transforme l’Alliance Atlantique en un outil qui ne vise pas principalement la défense de l’Europe contre tout agresseur potentiel, mais la création d’une zone tampon entre l’Union Européenne et la Russie sous un condominium américano-germanique. Depuis la chute de l’empire des soviets les Etats-Unis se sont acharnés à démanteler une puissance russe déjà rabougrie : élargissement de l’OTAN à des anciens membres du Pacte de Varsovie, refus de la réintégration de la Crimée à la Russie, éclatement de la Serbie ; cette politique paraît disproportionnée par rapport à l’importance de l’ennemi supposé, bien éloignée de son affrontement avec la puissance grandissante de la Chine maintenant et de l’Inde dans le futur, aux antipodes de tout son isolationnisme consubstantiel ; les rationalités peuvent être de plusieurs ordre : volonté de stimuler les capacités défensives de l’Europe en créant des abcès sur ses flancs, idée d’un dépècement complet de la puissance coloniale résiduelle de la Russie tant en Asie Centrale (au profit du panturquisme) qu’en Sibérie (dans le prolongement de l’Alaska), création d’un protectorat économique allemand sur une Europe de l’Est incluant l’Ukraine et la Biélorussie. Toutes ces idées peuvent convenir à l’Allemagne : elles les a déjà mis en pratique dans la vassalisation économique qu’elle a entrepris avec la Tchéquie, la Pologne ; une sorte de partage d’influence avec les turcs n’est pas pour lui déplaire, la Turquie lui servant déjà de réservoir d’une main d’œuvre qui lui fait défaut ; quant à sa renonciation aux délices de l’utilisation à bas prix des matières premières russes, elle peut imaginer que ce n’est que provisoire et qu’il sera possible d’en retrouver la disponibilité avec un pays vaincu.

Dans tout ce panorama la place des pays méditerranéens (péninsule Ibérique, France, Italie, Grèce) est secondaire, cantonnée aux relations avec le Maghreb, pour laisser la Turquie et la péninsule arabique s’occuper de la stabilisation d’un Proche Orient qui s’élargit jusqu’à la Lybie. L’OTAN n’est pas et n’a probablement jamais été en état de mort cérébrale, mais est le fer de lance d’un l’impérialisme américain totalement avoué, avec comme mercenaires au sein de l’Union Européenne le bon petit soldat allemand, dans l'indifférence des intérêts de la France et de ses voisins du sud.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2023 1 16 /01 /janvier /2023 17:59

Oh Saint Macron, prend enfin de la hauteur, monte vite au ciel pour répandre tes bienfaits;

Rallie le paradis des business angels à Saint-Martin ou chez Mac-Kinsey

Pour mieux faire descendre sur terre le rêve de la société 2.0 et de l’homme augmenté.

Oh Zeus, Oh Jupiter, Oh l’Emmanuel parmi nous, rejoins les tes pareils … les Dieux.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2023 3 11 /01 /janvier /2023 10:40

Les metteurs en scène en mal de génie s’acharnent à revisiter Shakespeare ou Verdi. Les cuisiniers oublieux des traditions revisitent les recettes les plus sympathiques pour les rendre au choix étiques ou caricaturées. Tout un monde de faussaires, d’escrocs de l’imaginaire, de petits artisans sans talents s’ingénient à revisiter tout notre univers culturel pour mieux vendre leur performance.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2023 5 06 /01 /janvier /2023 14:53

Le maire de Pantin, en rajoutant un e au nom de sa ville, a-t-il pensé à ses collègues de Roubaix (Rou-baise), de Cherbourg (Chère bourge), de Périgueux (Péri gueuse), et tant d’autres malheureux obligés de renoncer à une telle novation. 

Ce Mair est un imbécil.

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2022 2 27 /12 /décembre /2022 11:47

Certes il possède une facilité d’élocution envoutante, je devine qu’il dispose d’une mémoire prodigieuse, de façon évidente il manifeste un attachement sincère aux individus. Mais ces qualités camouflent mal une incompréhension hallucinante des situations sociales et des problèmes économiques, et une procrastination proche de l’imbécillité devant les évènements.

Il est Gamelin ou Bazaine démissionnaires devant les allemands. Je me souviens que ce dernier, à juste titre avait été condamné à mort, et qu’on a injustement oublié d’appliquer cette juste sanction à l’autre arrogant et incompétent chef des armées.

Il est Necker ou Calonne dans la gestion de la dette. Ne pas oublier qu’ils finirent dans le mépris et l’obscurité de refuges à l'étranger pour avoir promis réformes et assainissement avec le succès que l’on sait.

Il est Charles le Simple avec Haganon ou Marie de Médicis avec Concini. Toujours garder en tête que le choix des entourages est primordial pour qui entend diriger la France; et le roi a subi la prison à perpétuité  et la reine l’exil jusqu’à sa mort.

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2022 2 27 /12 /décembre /2022 11:46

Dans un coin de la forêt d’Ardenne Sureau préside à l’enterrement de Blaise Cendrars dans un galimatias difficilement compréhensible. Il le couvre d’un déluge de « name dropping », lui qui haïssait la notoriété. Il immobilise dans une clairière à proximité des défaites de Sedan l’inconsolable guerrier. Il le dépouille de sa poèsie au prétexte d’une vague romance avec une héritière écervelée. Il fait prisonnier le voyageur impénitent de phantasmes qui nous indiffèrent.

« Un an dans la forêt » était le premier récit que je lisais de Sureau. Curieux cette avalanche de compliments à ce qui ressemble au mieux à une imposture.

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2022 2 27 /12 /décembre /2022 11:45

"Il est midi. Je vois l’église ouverte. Il faut entrer.
Mère de Jésus-Christ, je ne viens pas prier.

Je n’ai rien à offrir et rien à demander.
Je viens seulement, Mère, pour vous regarder.

Vous regarder, pleurer de bonheur, savoir cela
Que je suis votre fils et que vous êtes là.

Rien que pour un moment pendant que tout s’arrête.
Midi !
Etre avec vous, Marie, en ce lieu où vous êtes.

Ne rien dire, regarder votre visage,
Laisser le cœur chanter dans son propre langage.

Ne rien dire, mais seulement chanter
Parce qu’on a le coeur trop plein,
Comme le merle qui suit son idée
En ces espèces de couplets soudains.

Parce que vous êtes belle, parce que vous êtes immaculée,
La femme dans la Grâce enfin restituée,

La créature dans son honneur premier
Et dans son épanouissement final,
Telle qu’elle est sortie de Dieu au matin
De sa splendeur originale.

Intacte ineffablement parce que vous êtes
La Mère de Jésus-Christ,
Qui est la vérité entre vos bras, et la seule espérance
Et le seul fruit.

Parce que vous êtes la femme,
L’Eden de l’ancienne tendresse oubliée,
Dont le regard trouve le coeur tout à coup et fait jaillir
Les larmes accumulées,

Parce que vous m’avez sauvé, parce que vous avez sauvé la France,
Parce qu’elle aussi, comme moi, pour vous fut cette chose à laquelle on pense,
Parce qu’à l’heure où tout craquait, c’est alors que vous êtes intervenue,
Parce que vous avez sauvé la France une fois de plus,

Parce qu’il est midi,
Parce que nous sommes en ce jour d’aujourd’hui,
Parce que vous êtes là pour toujours,
Simplement parce que vous êtes Marie,
Simplement parce que vous existez,

Mère de Jésus-Christ, soyez remerciée !"

Paul Claudel 
La Vierge à midi, Poèmes de Guerre, N.R.F., 1914-1915

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2022 5 16 /12 /décembre /2022 15:20

Que certains aient des comportements non hétérosexuels est leur problème privé tant qu’ils n’en font pas étalage devant moi. Je trouve ces pratiques dégoutantes, et pécheresses, mais comme je suis bon chrétien je continue à me comporter, envers ceux qui les prisent, en indifférent. Ma patience ne trouve de limites que devant leur tapage médiatique (Gay Pride, manifestations LGBTXYZ) que je trouve vulgaire, leur prétention à l’universalisme (propagande dans les écoles, mariage pour tous) que je pense injustifiable, et leur maniaquerie clanique (en particulier dans le domaine dit de la culture, mais aussi au Gay d’Orsay ou au Conseil des Tatas) signe d' esprits étroits et infertiles.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2022 7 11 /12 /décembre /2022 11:08

Elle se vante de son écriture plate. Je n’en ai pas vu la saveur. Tout est pauvre, le choix des mots, l’absence de rythme, le refus de la musicalité. Certains disent qu’elle écrit « à l’os » ; je n’ai trouvé qu’un squelette qui a perdu sa moelle.

 

Son livre « La Place » que je viens d’achever est une autobiographie d’une rancœur envers des parents qu’elle juge insuffisants, d’une aigreur de son entrée dans un milieu intellectuel qui les lui a fait juger tels. Dans sa description d’un milieu modeste tout sue l’envie, le manque de joie, une fausse résignation. Ah quelle différence avec Mona Ozouf et sa description de son enfance dans « Composition française » quand la jubilation, la gratitude, remplacent le rance et le mépris ; c’est bien Mona Ozouf qui eut mérité le Prix Nobel.

Partager cet article
Repost0