Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 11:31

Une race particulière que celle des chers zauditeurs de France-Inter. Je l’imagine, lui, avec sa queue de cheval grisonnante descendant d’un crâne qui commence à se dégarnir, le jean craspouette, le tutoiement agressif méprisant toutes les règles de courtoisie et de respect, l’esprit encore embrumé de la nostalgie du communisme et des parties de jambes en l’air de Woodstock. Elle, le cheveux coupé court, la fesse et la poitrine gonflées de graisses véganes, la compassion pour tous ceux qui sont loin d’elle, la rancœur et l’envie pour tous ceux qui sont près d’elle, et surnageant sur ce brouet une haine du masculin qui s’étale dans un féminisme outrancier.

Je ne sais pas comment France-Inter a réussi a fédérer autour de ses émissions une foule aussi homogène, d’écologistes ayatollesques, d’antifa(sciste) qui se prennent pour des résistants face au Mal, d’antiracistes qui se pâment devant le  communautarisme, les ethnies en souffrance, de progressistes qui encensent la censure au nom du rejet du passé, qui prennent des déviances pour des nouveautés, qui s’abîment devant l’idolâtrie de leur petite personnes de ses désirs, de ses droits, de ses passions, de ses humeurs.

Que ces gens là parlent dans le poste, pourquoi pas. Ce qui est étonnant est qu’ils aient le monopole de la parole.    

Repost 0
Published by olivier seutet - dans medias
commenter cet article
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 11:59

Mon Dieu, ma famille, ma patrie.  Admirable devise du général de Montsabert qui traduit bien ce qui devrait nous mener : la transcendance qu’on ne doit pas ignorer, les gènes qu’on ne peut ignorer, la société qu’il ne faut pas ignorer.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 10:40

En dehors de la fachosphère qui existe sans aucun doute, prospèrent bien d’autres sphères qu'il importe de ne pas oublier :

  • la trotskosphère  un peu décatie mais qui garde encore une certaine verdeur politique,  sans pour autant mépriser les prébendes,
  • l’homosphère qui tisse ses liens dans tous les mondes de la communication,  avec la prétention bizarre de représenter un plus dans le domaine de l’art,
  • la gynécosphère qui bassine le monde avec sa frousse de ne pas voir reconnaître toute la valeur des femmes et invoque le respect d’une parité (nonsens démocratique), ou d’une égalité salariale (insulte au mérite),
  • le ballon rond du football avec sa foule de fanatisés qui idolâtrent des joueurs surpayés, pervers sexuels, et arrogants,
  • les ayatollahs verts de la Terre, qui au nom de notre planète ronde se répandent en annonces apocalyptiques pour notre pauvre genre humain si l’on ne se soumet pas à toutes leurs exigences,
  • les businessmen des cercles olympiques qui veulent faire fortune en vendant les prestations de leurs athlètes dopés à des foules peu convaincues,
  • et toute la foule des diverses associations et cercles de pensée qui mènent une lutte sans merci contre les ronds de fumée, les types un peu ronds,  les rond de cuir, les ronds de jambe, les ronds de serviette, les ronds points, etc…

 

Ah quelle admirable mécanique de précision qui tournoie tout autour de nous, avec ses cycles, ses épicycles !

Repost 0
Published by olivier seutet - dans social
commenter cet article
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 10:29

Métaphore horticole qui n’a rien à voir avec un quelconque planning  familial., ou une ardente obligation d’un commissariat au Plan. Les importuns , on les plante là.  

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 14:16

Astrologues de notre époque. A partir de modèles tout aussi farfelus que ceux des mages des temps anciens prétendent nous révéler l’avenir. Leurs armes sont identiques : les corrélations ; elles n’offrent aucune explication logique mais habillent de scientisme des séries (ou de position des astres, ou de données météorologiques) arbitrairement rapprochées.

Météorologues et astrologues ont surtout un point commun : abonder dans le catastrophisme, prédire l’apocalypse ; ils ont une différence : les uns croient à la culpabilité de l’homme, les autres à la force du destin. Le résultat est le même ; leur pseudo-science nous afflige et les rend importants.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 15:30

Après une loi médiocre et bavarde sur une prétendue moralisation de la vie publique, j’attends , par contre, beaucoup de la réforme de la Constitution  diminuant le nombre des élus à tous les échelons et qui pourrait supprimer les assemblées inutiles (comme par exemple le conseil économique et social) . Elle sera la première pierre pour reconstruire une classe politique digne de ce nom qui nous changera de la foule des demi-sels qui ont envahi les bancs de toutes les assemblées. La seconde sera nécessairement la définition d’un statut de l’élu ; il est indispensable pour enfin attirer des hommes de valeur dans la politique. Il faut qu’ils soient

  • peu nombreux,  pour que la sélection soit efficace,
  • très bien rémunérés,  à l’inverse ce que voudraient les populistes de tout poil, pour que leur fonction soit attractive et praticable sans rémunération annexe,
  • appuyés par des assistants nombreux et compétents qui puissent vraiment les aider dans leur double travail d’élaboration de la loi et du contrôle de  son application, comme cela se pratique par exemple aux EtatsUnis,
  • à l’abri des compromissions, en obligeant les élus à démissionner de la fonction publique, comme d’emplois dans des sociétés privées, ou de sinécures dans des associations,
  • avec une garantie de nonemploi d’une durée suffisante après la fin de leurs mandats,
  • sans aucune condition préalable sur leur passé ; le peuple est souverain et il est inimaginable qu’il ne puisse exprimer librement son choix ; toute instauration de critères de compétences, de moralité , de conduite passée, serait la voie ouverte à la dictature de bien pensants ou de modes.

Ce n’est qu’à ce prix que nos élus pourront enfin être des représentants respectés par le peuple. Et s’ils sont respectés nul doute qu’ils se conduiront d’une manière à la hauteur de leurs fonctions. 

Repost 0
Published by olivier seutet - dans politique
commenter cet article
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 10:59

Il n’a pas su assurer l’entretien de l’outil qui lui a été confié. De l’accident de 2013  à Brétigny (7 morts, 9 blessés graves), les experts mandatés par la justice ont conclu à un état de délabrement des voies connu des autorités de la SNCF. De l’invraisemblable pagaïe à la gare Montparnasse de cette fin juillet 2017  (kyrielle de trains annulés, pas de solution alternative offerte aux voyageurs), la seule conclusion provisoire est que l’on ignore le pourquoi le trafic n’a pu être assuré : le délabrement des installations est tel que l’on ne sait même plus ce qui est en panne.

Une constante dans tous les cas : le prolixe Guillaume Pépy est soudain frappé soit de sensiblerie soit de mutisme.  A Brétigny, il pleurniche en public sur les insuffisances de l’établissement qu’il est censé diriger, à la gare de Montparnasse, plus de communication, sinon celle déléguée à ses subordonnés. Dans les deux cas plus de rodomontades sur les lieux du crime, où dans la gare du bordel. Dans les deux cas, il manque à la mission qui lui est confiée d’assurer le transport de ses clients avec un minimum de sécurité et dans des délais qui ne soient pas incongrus. Sa défaillance ne provoque aucune réaction notable :  toujours coupable, jamais démis. En 2017, la ministre des transports (Dominique Borne qui avait déjà prouvé son incapacité à la tête de la RATP qu’elle n’a pas modernisé), est restée aphone ; son ministre de tutelle le virevoltant Nicolas Hulot n’a pas trouvé le temps d’exprimer une opinion qu’il n’a peut-être pas.

Par quel miracle des sanctions ne sont pas prise par le conseil de surveillance de la SNCF :  Valérie Pécresse, représentante du syndicat des transports de l’Ile de France, ne se mobilise pas ? Frédéric Saint-Geours, président du conseil de surveillance, ne convoque personne ?

Par quelle incongruité les autorités de l’état ne réagissent pas : seraient complices de l’aboulie du Guillaume Pépy ?

Repost 0
Published by olivier seutet - dans industrie
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 12:52

Putain ou nymphomane recyclée dans l’audiovisuel ou la politique.  Il est important de noter que l’on est pas libertine (ce qui serait stigmatisant) mais que l’on a des comportements ou une vie libertine (ce qui magnifie le libre-arbitre).

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 12:51

Ils sont immondes. Ils offensent la vue. Ils prétendent être malades, alors qu’ils bouffent sans arrêt. Une seule envie : leur financer un stage en compagnie des anorexiques dans les zones sahéliennes touchées par la famine.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 12:49

Un peu tombé dans l’oubli, le déplaisir est pourtant bien plus intéressant que la haine ou la phobie. Ces deux derniers mots sont utilisés à tort et à travers par tous les jobards qui occupent les ondes, et sont le pretexte pour les associations communautaristes d’intenter des procès d’intimidation de tous ceux qui ne professeraient pas leurs opinions légitimes ou absurdes.  Le déplaisir, en dehors de sa délicieuse saveur ancien régime, a l’avantage de bien exprimer cette situation où sans aller jusqu’à haïr, on ressent ou une indifférence teintée de mépris, ou un méfiance, ou un antagonisme. Il est urgent de combattre l’effrayante dictature des minorités de toutes sortes. Leurs opinions ne sont que les leurs. Il ne me convient pas qu’elles deviennent  obligatoirement les miennes. 

Je tiens à pouvoir exprimer des jugements sur des peuples dont je me méfie comme les allemands,  ou les inuits, sur des religions qui me déplaisent comme le calvinisme ou le salafisme, sur des pratiques sociales qui ne m’inspirent pas comme les combats pour la parité ou le droit à l’enfant. Il me déplairait d'en être empêché. Je ne vois pas pourquoi, à ce titre je serais taxé  de racisme (ou de culturalisme), d’islamophobie (ou de protestantophobie), de sexisme ou d’(homophobie).  Il me déplairait d'être insulté.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article