Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 13:42

Le plafond de verre maudit par des femmes, n’empêche malheureusement pas que le principe de Peter ne s’applique à certaines :

  • Et Christine Lagarde dont l’incompétence bancaire et économique, et l’absence de force de caractère tant vis-à-vis de ses supérieurs (Sarlozy en particulier), ou de ses collaborateurs (Stéphane Richard plus précisément), ne l’ont pas empêché d’accéder à la tête du FMI puis de la BCE ;
  • Et Delphine Ernotte carriériste chevronnée qui usa de toutes les influences possibles de ses réseaux pour à deux reprises se faire nommer présidente de France Télévision ; et pourtant le niveau intellectuel et moral de ce média, dit de service public, reste à faire peur aux trois quart du pays ;
  • Et Caroline de Haas cynique sans vergogne qui monnaie ses services pour blanchir administrations et entreprises en mal de féminisme ; elle est plus proche de l’extorsion de fonds que de la prestation de service.

Elles en rajoutent dans leur combat haineux contre les mâles blancs pour tenter de camoufler leur incompétence patente : elles se noient dans le ridicule en pérorant toutes les trois contre la testostérone et le virilisme. Tristes mégères trop pitres.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2021 6 12 /06 /juin /2021 19:38

Une petite baffe pour un petit Monsieur. Tarif : quatre mois de prison avec mandat de dépôt. Question suivante : combien pour un coup de pied au cul ? Moins douloureux peut-être, plus signifiant surement.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 16:38

Le pauvre garçon se noie. Ensablé au Mali. Englué dans une Europe allemande. Emberlificoté dans un OTAN plus américain que jamais. Quoi d’autre après les Beauvau de la Sécurité, les Ségur de la Santé, les Grenelle de l’Education, la Convention pour le Climat, le Grand Débat National, et j’oublie certainement d’autre congrès, forums, colloques, commissions, tous aboutissant à quelques petites crottes immédiatement qualifiées de progrès par quelques zélateurs aveuglés. Le procrastinateur s’abîme dans les prises de pouls, les prises de conscience, les coups de menton, les coups bas, oubliant l’essentiel au profit de l’accessoire, de la manœuvre, du ronflant, du pittoresque. Aux abois, il ressort ses vieilleries de vieux jeune, et des états généraux de la Justice, et une réforme des retraites dont personne ne sait rien.

Le masque tombe. La face égarée de l’incompétent aux prises avec une réalité trop complexe pour lui apparaît aux yeux de tous.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 15:53

Hybride : véhicule servant à transporter de lourdes batteries d’un point à l’autre.

Voiture électrique allemande : automobiles conçues pour rouler au lignite à plus de 200 km/h.

Eolienne : moulin à vent hachant les petits oiseaux dans un bruit d’enfer.

Panneau photovoltaïque : étouffe terrain qui empêche les rayons du soleil de nourrir le sol.

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2021 1 24 /05 /mai /2021 11:14

Parmi les grandes causes de notre époque, celle qui me sidère le plus est la défense des animaux. Mais pas de tous, de certains. Autant il serait légitime de protéger l’ours ou le loup, autant chevreaux, agneaux ou veaux passent à la trappe ; les uns parce qu’ils représentent la force, la ruse, la cruauté, et les autres la faiblesse, l’apathie, la peur ? La Fontaine et sa fable est bien loin. S’occuper des mammifères a de toute façon priorité sur les insectes et arachnidés : vous imaginez la réintroduction des scorpions en Provence, la verbalisation pour avoir écrasé une mygale ?

Cette cause animale pue l’anthropocentrisme : plus nous cousinons dans l’arbre du vivant, plus nous nous sentirions obligés de nous en soucier.

Elle a des relents de stigmatisation de tout ce que nous considérons comme laid, comme faible, comme venimeux : une caricature d’un eugénisme affligeant.

Elle veut nous faire avaler que nous ne sommes pas des prédateurs : transformer l’homme en herbivore est la déconstruction de l’histoire la plus énorme que l’on ait inventé.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2021 1 24 /05 /mai /2021 11:13

Mesure de capacité pour interdire spectacles et restaurants à tous ceux qui menacent madame Michu dans sa précieuse santé.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2021 1 24 /05 /mai /2021 11:11

Je ne sais pourquoi ils ont mis deux « s «  à pass. Outil d’oubli de la culture destiné à promouvoir mangas et concerts de rock, rap ou autres crétineries. Idée de président sous perfusion de You Tube.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2021 7 23 /05 /mai /2021 22:20

Obstacle transparent imaginé par les femmes pour expliquer manque d’ambition, manque de talent ? Ou plutôt prétexte pour ramasser un maximum d’avantages en stigmatisant une forteresse imaginaire. Cynisme féminin en tous cas quand on voit le nombre d’hommes dans les places fortes qu’elles ont déjà conquises dans l’éducation, la magistrature et qu’elles sont en train de conquérir dans la médecine.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2021 5 21 /05 /mai /2021 17:24

Un jour Mémona Hintermann, vieille gloire du journalisme, annonce toute frémissante que son mari n’a pas réussi à se suicider. Un autre Axel Kahn, carpette inusable des médias, proclame qu’il est rattrapé par la patrouille, expression ironique signifiant qu’il va bientôt mourir du cancer. Encore un autre une actrice dont j’ai oublié le nom comme beaucoup d‘autres spectateurs du cinéma, vient se répandre sur le viol/harcèlement qu’elle a subi le siècle passé.

Imaginent-ils à quel point leur sort terrestre nous laisse glacial ? Comprennent-ils que leurs plaintes habillées pour l’une en nécessité de briser le tabou, pour l’un en obligation de transparence, pour la dernière en discours libérateur nous semble surtout le comble de la prétention niaise. Axel semble indigné que sa carrière remplie d’honneurs soit interrompue et veut montrer qu’il surmonte ce drame avec la grandeur d’âme qui lui est propre ; vanité insupportable ; adoration de son moi ridicule. Mémona nous assomme de ses regards de tragédienne écartelée entre le geste de son mari et les états d’âme de son fils ; scénario obscur auquel on ne comprend rien et surtout auquel on ne veut rien comprendre tant les talents de la malheureuse sont ténus. Quant à l’anonyme du cinéma parlant, rien ne peut arrêter son dégoulis de paroles, mélange inharmonieux de révélations à l’aune de toutes les « metoo » du monde et d’éléments de langage soigneusement préparés par son agent artistique légitimement soucieux de ses futurs engagements.

Les seuls enchantés par ces personnages faisandés (longuement attendris par les sunlights) sont ceux qui les ont invité sur leur plateau.

Partager cet article
Repost0
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 12:05

Aramburu a publié « Patria » en 2016, et a rencontré un grand succès. Je viens de terminer ce roman. Trop long à mon goût, la fin est poussive à vouloir suivre jusqu’au bout le destin des protagonistes de son épopée. Une fois cette réticence exprimée, je ne veux plus marchander mon admiration pour cette fresque autour de l’ETA en Guipozcoa : un village au-dessus de Saint-Sébastien, des familles qui se connaissent toutes, et quelques jeunes qui se laissent embrigader dans un mouvement terroriste avec le soutien du curé et du patron de bar. Portrait terrifiant d’une contrainte sociale qui transforme les plus faibles d’esprit en assassins et de plus chante leur louange et dénigre les victimes.

Cette dérive d’un peuple fier dans l’absurdité est illustrée par fin d’une amitié entre la mère d’un terroriste et la femme d’un assassiné. Le roman fait écho à l’omerta qui règne dans tous les recoins qui abritent, voire glorifient ceux qui terrorisent : en Corse naguère, dans les cités soumises à l’islamisme aujourd’hui, dans une foultitude de pays africains. Une épopée qui touche à l'universel.

Partager cet article
Repost0