Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 18:47

La greluche de la place de Grève n’en finit pas d’enlaidir Paris, suivant en cela, les bons préceptes que lui a inculqués son Delanoë. L’esplanade des Invalides et la place de la Concorde, deux des plus beaux sites de Paris sont massacrés par la vandale andalouse. L’esplanade est envahie par des baraquements en toile blanche, des glissières, un macadam frais et puant, pour faire passer une course de voiture qui a place partout sauf là. La place de la Concorde est défigurée par des publicités étalées sur la façade d’un des hôtels de Gabriel, par la roue monstrueuse installée à perpétuité par un forain véreux, et par une structure incompréhensible au pied de l’obélisque.

Vomissures qu’elle rajoute à sa gestion chaotique des espaces verts de Paris : les mauvaises herbes envahissent les pieds des arbres et les trottoirs, devenant réceptacles de déjections et plastiques ; l’avenue Foch perd toute allure avec un aménagement des contre-allées auquel il ne manque plus que quelques nains de jardins pour parfaire l’étalage du mauvais goût.

Dégueulis qu’elle accumule à son laisser aller dans le nettoyage de la capitale : canettes brisées sur les escaliers, sacs en plastiques planqués dans les squares, débris alimentaires sur les trottoirs, pissotières dans tous les recoins de rues.

Il serait temps de reprendre en main l’éducation de l’inculte de l’hôtel de ville , de lui apprendre la différence entre le beau et le laid, le propre et le sale, le souhaitable et l’irritable.

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article

commentaires