Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2019 1 14 /01 /janvier /2019 17:04

Le président de la République nous incite à discuter collectivement. Il serait temps en particulier de nous débarrasser des verts pour enfin pratiquer l’écologie moins idéologique, moins totalitaire, moins inféodée à des associations aussi obscures que prétentieuses :

Réhabilitation du CO2 : il n’est pas ce poison qui annoncerait la catastrophe inévitable, mais l’élément constitutif de la vie ; chaque fois que nous respirons nous en émettons ; il est une des briques essentielles de la vie telle qu’elle est sur notre planète. Arrêtons l’imposture du combat climatique, les divagations sur un dérèglement climatique.

Réhabilitation des moteurs diesel : ceux qui sont produits aujourd’hui ne sont pas plus polluants que les moteurs à essence ; une contrevérité de prétendre le contraire ; un combat absurde de privilégier un carburant par rapport à l’autre. Ils sont aussi nocifs l’un que l’autre, avec le diésel peut-être un peu moins que l'essence.

Réhabilitation de l’énergie nucléaire : elle est nécessaire pour produire de l’énergie  grande échelle sans épuiser trop vite des ressources naturelles tels que les hydrocarbures et sans utiliser des ressources particulièrement polluantes comme le charbon. Le problème des déchets des centrales existe, mais n’est pas irrésolvable à condition d’y mettre les moyens pour en assurer le confinement.

Privilégier la frugalité dans la consommation des matières premières : en premier lieu et surtout, les économies d’énergie, mais aussi les économies des minéraux qui sont utilisés dans les produits que nous utilisons en investissant dans le recyclage, et enfin économiser sur les contenants en plastique en emballant moins, en jetant moins, en réutilisant plus.

Privilégier l’économie de proximité : arrêter de sous-estimer systématiquement le prix des transports qui sont particulièrement friands d’infrastructures onéreuses dont les coûts ne sont pas répercutés, qui utilisent des combustibles très polluants comme le kérosène ou le fuel lourd dont les frais de perturbation des environnements ne sont pas répercutés.

Privilégier le retour au respect de la vie : l’idée couvre tout aussi bien le respect des paysages et des biotopes, que le respect du sol et la modération dans les adjonctions qui sont faites pour le rendre plus productif, et que la protection des espèces à condition de les réguler quand il est nécessaire.

Lutter contre le laid, en démantelant les éoliennes qui enlaidissent nos paysages, en faisant dépérir les grandes surfaces qui encombrent et avilissent les périphéries des villes et des bourgs ; une petite taxe nationale sur le trop hideux serait la bienvenue.

Lutter contre l’étalement urbain, synonyme de surcoûts insupportable en terme de réseaux ; un rétablissement de la taxe d’habitation pour ces zones pavillonnaires serait opportun.

Lutter contre la pollution sonore : on oublie trop les méfaits du bruit, celui des pétrolettes pétaradantes dans la nuit, celui des grosses cylindrées aboyant dans des ruelles, celui des instruments dits de musique qui nous assomment de leurs rythmes binaires, de leur absence de mélodie et des hurlements des interprètes et de l’assistance en transe ; à sanctionner d’urgence, une source de recettes de poche pour l’état ou les collectivités locales.

Partager cet article

Repost0

commentaires