Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2019 7 26 /05 /mai /2019 09:36

Les capitaines de cette Europe de l’ absurde ont réussi à créer une monnaie sans politique économique, un pouvoir soumis aux exigences de n’importe quel pays faisant son chantage au nom de son droit de veto, un libéralisme niais ouvert à tous les dumpings des concurrents, à tous les pillages des pays émergents, un entité sans langue, sans frontière, sans histoire commune. Ce non-être est une prison épouvantable pour les peuples qui ont vu les usines s’enfuir, le chômage s’institutionnaliser, la présence dans les nouvelles technologies s’amenuiser, voire disparaître. La seule arme des dirigeants ineptes est de faire monter le pouvoir d’achat en important des produits à bas prix au prix de délocalisations, et de faire financer des transferts sociaux monstrueux par la dette.

 

Mais des dirigeants continuent de nous seriner leurs incongruités :

  • l’Europe c’est la paix ! Celle de Srebrenica et Sarajevo ? Celle du terrorisme que seule la France entend un peu combattre ?
  • l’Europe c’est la circulation des personnes ! Les plombiers polonais, les chauffeurs bulgares ? Les turcs et les maghrébins importés par des allemands des italiens et des espagnols stériles pour faire baisser les salaires ?
  • L’Europe c’est le domaine de valeurs de tolérance ! Tolérance à la charria ? Tolérance à la transformation de l’IVG en droit ? Tolérance envers les khmers verts et leurs idéologies régressives ?
  • L’Europe c’est la culture ! Oui de quelques élites, mais qu’en reste-t-il aux coeurs des cités islamisées, des banlieues dévolues au commerce de masse, de l’impérialisme des musiques esclaves des modes afro-américaines ?

 

Nous sommes pris au piège. Les anglais n’arrivent pas à se débarrasser  dans de bonnes conditions de la pesante tutelle bruxelloise. Les grecs n’ont pas pu s’extirper de la zone euro. Deux exemples inquiétants pour les peuples : ils sont arrimés à un bateau qui prend l’eau de toutes parts; ils sont dans une galère qui a perdu son erre; ils coulent  pavillon bas.

Partager cet article

Repost0

commentaires