Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2019 5 19 /07 /juillet /2019 15:30

La radio de service public a un urgent besoin d’être dératisée, dégénérée, déniaisée.

 

Les hordes de rats l’ont envahie, représentants de tous ces lobbies du bien penser : dehors ces héros sans nuances du combat contre le climat (ce qui en soit ne veut rien dire), de la lutte pour un monde décarboné (insulte à la vie qui est basée largement sur le carbone), des représentants d’une sexualité déchainée (avec une inclination pour la parodie de tout ce qui est la famille), des militants de toutes les minorités ethniques (qui n’arrêtent pas de baver sur la culture française).

 

Les fondues du genre féminin y trônent partout, qui lorsque qu’elles ne parlent pas de leur clito ou de leur vagin, pleurnichent sur les agressions dont elles sont victimes, se lamentent sur l’absence de présence médiatique des clowneries du sport féminin, et nous vantent sur tous les tons les médiocres ressorties de placards qu’elles n’auraient jamais du quitter.

 

La niaiserie y est étalée avec complaisance, une fois pour pleurnicher sur les pauvres (surtout s’ils ne travaillent pas), les migrants (uniquement s’ils viennent d’Afrique); une autre fois pour baver sur les fachos (tous ceux qui ne sont pas d’accord avec France-Inter), les nationalistes (Péguy d’après une journaliste ignare), les cathos (qui trop souvent ne comprennent pas le progrès de la PMA ou de la GPA); et encore

une autre fois pour encenser les ONG (parasites aux ressources obscures et à la présence en proportion), les écolos (comme Cohn-Bendit et ses idées sur l’enfance, Baupin et ses conduites à l’égard des femmes ou Rugy et ses opinions sur les frais de bouche), et les pratiquants des musiques du monde (afro-américaines ou maghrébines de préférence).

 

Il serait bon de purger Radio-France de tous ces encombrants. Qu’un camion poubelle emmène ces employés indélicats. Car ils sont mes employés : je les paie (du moins j’y contribue avec des millions de concitoyens): ils sont indélicats car ils me déplaisent et n’en ont cure; alors je prétend vouloir les virer.

Partager cet article

Repost0

commentaires