Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2019 1 29 /07 /juillet /2019 09:21

Il n’existe pas de droit à l’enfant. Nous ne sommes pas dans une société esclavagiste où le propriétaire d’un être humain pouvait revendiquer son droit sur sa progéniture. Nous devons refuser l’eugénisme et le droit d’avoir un enfant « beau », « sans tares », « sans origines ».

Il n’existe pas de droit au mariage. Pas de n’importe qui avec n’importe qui d’autre. Pas sans un consentement mutuel entre deux êtres de sexe différent.

Il n’existe pas de droit à l’avortement. La liberté de disposer de son corps que réclament les femmes est un voeu qui ne résiste ni à la réalité qui abime les corps au fils du temps et des accidents, ni au rêve d’un corps glorieux réservé à la résurrection et aux phantasmes propagés par des firmes de beauté.

Il n’existe pas de droit à mourir. Seule compte la contrainte du désespoir, de la vieillesse invalidante, de la peur de tortionnaires qui peut conduire quelqu’un à supprimer sa vie. Un acte de désespoir et d’impuissance.

Il n’existe pas de droit à l’impunité. Un parquet ne peut se vautrer sur la présomption d’innocence. Un journaliste ne devrait pas arguer d’une protection des sources pour absoudre un banal dénonciateur.

Il n’existe pas de droit à l’interdiction des opinions. Dans la pensée socialiste il a toujours été de bon ton d’interdire, ou au moins de tenter d’étouffer toute pensée qui contrevient aux dogmes de gauche.

Il ne peut exister de droit à sanctionner la bêtise. Ceux qui en professent en seront punis, tôt ou un peu plus tard, par la seule confrontation à la réalité.

Partager cet article

Repost0

commentaires