Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 11:40

Mais pourquoi  aucun candidat ne nous indique de solution crédible sur "le" problème français : l'absence de croissance économique suffisante, la désindustrialisation, la destruction des empois. Les uns ne jurent que par le maintien d'un libre-échangisme destructeur de notre tissu économique (Hollande, Sarkozy, Bayrou),  les autres par des solutions trop brutales et simplistes qui font fi des réalités économiques au profit d'idéologies étatistes (Le Pen, Melenchon).

 

Mais pourquoi tous les candidats ne nous proposent que des augmentations d'impôts (camouflées sous le double slogan "il faut faire payer les riches", et "il faut éliminer les niches fiscales") dont personne n'a jamais dit qu'elles conduisaient à une relance du pouvoir d'achat ou mieux à une relance de l'investissement.

 

Mais pourquoi  les candidats mentent en parlant de réduction des dépenses de l'état, alors qu'il s'agit au mieux, au vu de leurs propositions, de les stabiliser en euros courants :  qui peut croire que cet état bouffi, obèse, est un facteur d'expansion économique.

 

Mais pourquoi  cet aveuglement de ceux qui voudraient nous représenter, alors que tout le monde est inquiet pour son emploi, la survie de son entreprise, la pérennité de ses retraites et autres systèmes de solidarité sociale.  Chacun essaie de trouver désespérément  dans les programmes, discours, annonces chocs, un espoir de solution : mais rien; on lui parle de nourritures, de races, de scandales passés ou  venir, au mieux de déficit de l'état, mais motus et bouche cousue sur le dégraissage du mammouth (ça c'est tabou), la protection de nos industrie et de notre agriculture (ça c'est l'Europe), l'assainissement du fatras de nos lois qui a force de protéger les uns et les autres sont devenues un carcan (ça c'est le socle républicain).

 

Indolence étrange. Schizophrénie vis-à-vis d'électeurs, eux conscients des enjeux.

Dix candidats ont été choisis. Par qui, nul ne le sait vraiment : des militants de partis non représentatifs, des élus terrorisés par des rétorsions des autorités. Le résultat de ce non choix est que six candidats sur dix sont issus de la fonction publique :  Hollande, Cheminade,  Arthaud, Joly, Dupont-Aignan,  Bayrou; quatre sur dix sont des militants de mouvements trotskystes : Cheminade, Poutou, Arthaud, Mélenchon; trois sur dix sont des femmes pour des candidatures ou folkloriques, ou extrémistes   :  Le Pen, Joly, Arthaud. Quel menu! Quelle diversité ! Quelle recherche ! Comment s'étonner après une telle sélection, de se retrouver devant la vacuité des propositions. Changer pour quoi ? pour qui ?

Partager cet article
Repost0

commentaires