Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 12:32

Parmi les députés de la majorité à l'Assemblée, quelques uns ont voté contre le texte sur le mariage pour tous, ou se sont abstenus. La plupart ont expliqué publiquement les raisons de ce choix. Voici quelques extraits de leurs prises de position.

Bernadette Laclais députée maire PS de Chambéry, membre de la commission des affaires sociales, célibataire, catholique (?), vote contre

"Si l'extension du champ de l'adoption va de soi pour un enfant de l'autre conjoint issu d'une première union, est-il recevable de s'interroger sur la pertinence qu'il y aurait à créer par la loi une extension des situations dont on sait qu'elle posera très vite la question de la PMA et de la GPA ?" (in Tribune dans le Monde.fr du 8/11/2012)

Jérôme Lambert député PS  de Jarnac (petit-neveu de Mitterand), ancien de la JEC , vote contre

"Dans le cas d'un couple homosexuel, la filiation doit se matérialiser par le lien qui unit un enfant avec son vrai parent, mais pas avec les deux ... pour créer un lien d'ascendance il fau impérativement deux sexes différents"

Patrick Lebreton député maire de St Joseph à la Réunion, vote contre

Lui est allé jusqu'à dire qu'il ne célèbrerait pas d'union homosexuelle dans sa mairie. (www.ipreunion.com)

Gabrielle Louis-Carabin député PS de la Guadeloupe, vote contre

"Un enfant a besoin de savoir qui est son père et qui est sa mère"

Marie Françoise Bechtel, députée PS de l'Aisne, ancienne directrice de campagne de Chevènement s'abstient :

"La nouvelle loi reconnaît-elle un besoin social qu’il n’était plus possible de réfréner ? C’est le point de vue de certains ardents défenseurs du texte. Je n’y crois pas pour ma part et c’est un premier motif de mon abstention. Associations et porte-parole virulents ont sans doute largement confisqué l'opinion réelle du pays et trop impressionné les auteurs du projet.."

"Le principe d’égalité n'oblige pas à un traitement identique de situations différentes"

"Filiation et parentalité sont deux droits distincts, comme le sont l'acte de génération et l'acte d'éducation. En les assimilant par l'uniformisation avec le droit actuel du mariage, on ouvre plus de questions qu’on n’en résout et on le fait alors que d’autres solutions étaient possibles"

Jean-Luc Laurent, député PS du Val de Marne maire du Kremlin-Bicêtre, ancien chevènementiste s'abstient

Jean Philippe Mallé, député PS des Yvelines comme suppléant de Benoit Hamon, s'abstient

"C'est non pour le mariage, non pour l'adoption, non pour la procréation médicale assistée"

"Je me retrouve dans les positions de Sylviane Agacinski"

Dominique Potier député PS de Meurthe et Moselle, s'abstient

"Mais outre la méthode, mon désaccord le plus profond porte sur la rupture du lien entre la filiation biologique et celle inscrite dans le Code Civil.

Au-delà de ce débat législatif, je suis, avec d’autres, attentif aux risques d'une société qui privilégierait les droits et désirs individuels au dépend des repères constitutifs du bien commun et de la protection des plus fragiles."

Nestor Azerot député radical,  maire de Sainte-Marie à la Martinique, vote contre

« Moi, issu d’un peuple opprimé, où le système refusait à un homme et à une femme de se marier légitimement, où le mariage est une conquête de la liberté […] c’est parce que je suis un homme de gauche que je préfère l’humain à ce que sous-entend ce texte. Je ne [le] voterai pas »

Patrice Carvalho député PC de l'Oise vote contre

"Avec le pacs, ces gens sont protégés, avance-t-il.Un mariage, c'est entre un homme et une femme."

Alfred Marie Jeanne député indépendantiste de la Martinique, vote contre

soutient la position de son collègue Nestor Azerot

Jean-Philippe Nilor député indépendantiste de la Martinique, vote contre

soutient la position de son collègue Nestor Azerot

Gabriel Serville député radical de la Guyanne, s'abstient

 

La conclusion est que la plupart des arguments des parlementaires de l'opposition contre ce projet sont repris par ces députés de gauche. Ils sont même parfois plus catégoriques qu'eux. Il faut noter qu'ils expriment en plus, très souvent, une critique du parisianisme des idées contenues dans cette loi et du mépris sous-jacent des opinions de la province et encore plus de l'outre-mer. La critique la plus virulente, quoique exprimée avec beaucoup de mesure, vient de Marie-Françoise Bechtel (qui pourtant ne s'est qu'abstenue !)  qui dénonce l'absence de besoin réel, la manipulation sur la notion d'égalité,  et l'imperfection d'un texte qui va plus susciter de difficultés qu'apporter des solutions.

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier seutet - dans social
commenter cet article

commentaires