Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 17:25

Hollande déclare le 10 janvier 2013, à propos de l'assassinat de trois activistes turcs :  "C'est horrible, (cela touche) directement trois personnes dont l'une (était) connue de moi et de beaucoup d'acteurs politiques, car elle venait régulièrement nous rencontrer".

Le président de la France trouve normal de rencontrer une représentante d'un mouvement inscrit par nos alliés (Turquie, mais aussi Etats-Unis) sur une liste d'organisations terroristes. Ou il est cynique et considère que les traités signés par la France sont des chiffons de papier; mais encore faut-il qu'il ait un motif puissant pour offenser ainsi deux états importants; où plus probable il se prend pour une sorte de Danièle Mitterand entichée de kurderie , mais il devrait se souvenir que ce n'est pas lui la "première dame".

Hollande promet le 9 juillet 2012 aux représentants de la communauté arménienne le vote d'une nouvelle loi pénalisant la négation du génocide arménien.

Le président de la France trouve normal de mettre à l'index un état plutôt démocratique qui a certes un peu de mal avec son histoire. Encore une offense gratuite envers les turcs pour un profit que l'on ne saisit pas très bien; à moins qu'il ne considère qu'il est de bonne politique étrangère de satisfaire un groupe de pression en France. Et si notre pays avait accueilli des immigrés Manhattan, membres de la grande tribu des Delaware, rescapés des massacres, aurait-il fallu mettre à l'index les Etats-Unis pour leur génocide des Indiens ?

A travers ces deux exemples, apparaît l'inconsistance d'une politique étrangère avec un pays qui joue un rôle majeur en Méditerranée, Proche-Orient et sud de l'Europe. La Turquie réagit très mal à ces piqures : elle ne les comprend pas; nos deux pays ont des objectifs communs évidents, ramener la paix  en Syrie, au Liban, développer des liens économiques déjà très nourris, se méfier de l'impérialisme iranien, jouer les intercesseurs entre Israël et le monde arabe, promouvoir des régimes apaisés dans le monde arabe. Mais le mot de Turquie n'a pas l'air d'exister dans la bouche de notre chef de l'état. Il imagine vaguement une visite, mais préfère d'abord se consacrer à nos anciennes colonies. Il est trop vieux dans un monde trop jeune pour lui. L'avenir d'aujourd'hui, autour de la méditerranée se situe aux deux extrémités de ce bassin : le Maroc et la Turquie; les deux pays qu'Hollande a choisi d'ignorer, il préfère une Algérie, sans aura, sans prestige, emprisonnée dans une rente pétrolière exploitée par quelques nomenklaturistes. Il néglige, pire il offense gratuitement, un pays influent, débouché des riches royaumes pétroliers de l'Asie Centrale, pont entre l'Orient et l'Europe, à l'économie dynamique, au peuple avide de se développer par son travail.

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier seutet - dans monde
commenter cet article

commentaires