Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 17:41



Entre une Grande-Bretagne qui n’arrive toujours pas à se libérer de son lien atlantique, ou de sa mémoire de puissance mondiale  (artificiellement prolongée par les mythes de la livre et de la place financière de Londres), et une Allemagne qui revient depuis vingt ans à son vieil atavisme du Drang nach Osten (concept qui remonte au moins à Charlemagne), l’Europe n’existe guère en effet. Inutile de le déplorer (ou de s’en féliciter), il faut s’en accommoder en trouvant des solutions alternatives.  Le mythe du couple franco-allemand n’a aucune réalité depuis la chute du mur de Berlin : la France a de fait contribué à la reconstruction de l’Allemagne de l’Est en acceptant la zone euro avec ses taux d’intérêts élevés qui ont permis le financement du rattrapage de l’Allemagne de l’est au détriment de nos entreprises; elle a suivi l’Allemagne dans sa hâte à désintégrer la Yougoslavie ; elle a encore suivi en intégrant trop vite des pays de l’Est qui n’avaient pas de conscience européenne, mais une peur bleue du retour d’un impérialisme russe.  On se moque, à tort à mon avis, des exigences tchèques quant aux Sudètes pour accepter de signer le traité de Lisbonne.  Le mythe franco-allemand est mort depuis longtemps. Il faut se retrouver une raison de vivre européenne avec des pays comme l’Italie ou l’Espagne qui ne sont pas concernés par les ambitions germaniques.

référence : éditorial de Dominique Seux, Les Echos du 9/11/2009

Partager cet article
Repost0

commentaires