Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 10:41

Pourquoi faire une armée grecque (80 000 professionnels, 98 000 conscrits)  ? Pour dépenser 6 milliards d’euros ? Pour attaquer la Turquie et être immédiatement mise en déroute ? Pour préparer de nouvelles promotions de colonels grecs ?

Pourquoi faire un clergé orthodoxe rémunéré par l’Etat ? Pour administrer les 130 000 hectares de propriété de l’Eglise exonérés de taxes foncières ? Pour gérer toutes les fondations, et associations exonérées d’impôts sur les revenus ?

Pourquoi faire une fonction publique pléthorique, corrompue, inefficace ? Pour gérer les pots de vin qu’elle perçoit ? Pour ne pas percevoir les impôts qu’elle est chargée de collecter ? Pour manifester contre les plans de rigueur sur la place Syntagma ? Pour bloquer par des grèves le peu d’activité économique résiduel ?

Pourquoi faire une classe politique partagée depuis des lustres entre les clans Caramanlis et Papandréou ? Pour se partager des prébendes ? Pour faire la manche dans les organisations européennes et internationales ?

C’est de tout cela que les grecs doivent répondre. Entrés par effraction dans l’Europe sur le présupposé qu’ils étaient des héritiers d’une civilisation disparue depuis plus de deux millénaires, pas surveillés par une organisation bruxelloise dont on peut se demander à quoi elle sert, tricheurs dans les négociations qu’ils mènent depuis deux ans avec les autres pays de la zone euro, qu’espèrent-ils sinon une fois de plus faire chanter les allemands pour mieux prolonger l’indécence de l’existence de ce simulacre de régime.

La seule réponse n’est pas à une question que l’on ne connait pas lors d’un référendum hypothétique, mais le renversement  de ce régime, et l’organisation immédiate d’élections  pour une assemblée constituante.  Si le peuple grec n’est pas capable de cet effort que ses armateurs le rembarque et qu’ils aillent porter ailleurs leurs cadeaux empoisonnés.

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier seutet - dans monde
commenter cet article

commentaires