Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 10:49

Le mariage homosexuel n'est ni moral, ni immoral, il est  la reconnaissance qu'une déviance reçoit l'approbation de la loi; le problème ne se limite donc pas au confort vis-à-vis des autres de deux êtres de même sexe qui veulent afficher leur amour; il devient l'affaire de ceux qui se retrouvent pris dans l'obligation, non pas de respecter l'existence de comportements qu'ils ne comprennent pas, mais de forcer leur approbation de ces comportements. L'exemple le plus criant est qu'irrévocablement le mariage homosexuel entrainera l'autorisation de "créer" des enfants par adoption, procréation médicale assistée, voire gestation par autrui :  qui sait si une  femme obligée d'abandonner son enfant souhaite qu'il entre dans une famille homoparentale, qui a prétendu qu'une femme qui porte un enfant pour autrui n'est pas en train de marchandiser un être humain. Et bien d'autres questions se posent : au nom de quoi les parents d'un couple homosexuel seraient-ils obligés de passer de l'approbation tacite et affectueuse à la reconnaissance forcée d'une filiation mercantilisée; pourquoi les conséquences pécuniaires de telles unions devraient-elles être supportées par ceux qui ne les approuvent pas et pourtant y apporteront leur écôt  : héritages, pensions de réversion.

 

Si la loi est là pour encadrer le possible, elle n'est pas là pour autoriser les pratiques existantes au prétexte de faire respecter des mots flous qui s'appellent l' "amour ", ou le "bonheur individuel"; sinon à ce titre on ne voit pas pourquoi les liaisons incestueuses ne pourraient entrer également dans un cadre législatif; celà existe chez les humains comme dans le règne animal; pourquoi cette déviance là est unanimement rejetée ? Parce que les moeurs n'ont pas encore assez progressé ? Parce que ce tabou est encore trop fort ? La loi a été inventée par l'homme, non pour créer le bonheur des individus, mais pour infliger des sanctions à ceux qui troublent l'ordre social; la loi n'est pas un outil d'épanouissement des désirs, elle n'existe pas pour donner des droits, elle ne crée que des obligations à tous pour assurer le respect de quelques uns. Si le respect des minorités, à travers la loi, est même devenu l'âme même des démocraties modernes, celà ne signifie nullement que l'empire des sens de quelques uns triomphe sur ceux qui ne sentent pas concernés et même violentés dans leur respect des tabous.

 

L'empire des sens est quand même la véritable raison de tout ce battage qui n'est que la suite logique de tout le délitement  subi par notre culture : le mots de fidélité est devenu risible (quoique non vieillot quand on voit les ravages de proches atteints de peines d'amour), le libertinage (mieux porté que le vagabondage sexuel) est une valeur cathodique, le désir d'enfant est abandonné au profit du droit à l'enfant (expression atroce pour les parents qui attendent vainement une naissance). Quoi de plus logique dans cette déroute hédoniste que de réclamer un droit à progéniture pour ceux qui veulent vivre une vie de parents sans en avoir les caractéristiques, ni expérimenté les douleurs. Quoi de plus logique que d'interdire de parole collective les épicuriens, les stoïciens, les chrétiens, les musulmans, les juifs, les zoroastriens et j'en passe !

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier seutet - dans social
commenter cet article

commentaires