Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 11:14

Dans notre monde de parlotte, le dialogue est devenu un paradigme.  Il a ses modes d'expression : assemblées, conventions, réunions, comités, entretiens, émissions interactives, d'autres plus anciennes comme discussion sur le zinc, d'autres plus modernes comme blogs, ou tweets. Il a ses rites : questions des chers auditeurs pendant une émission de radio, parole à des intervenants à la fin d'un discours, écoute compassionnelle de tous ceux qui n 'auraient pas votre niveau intellectuel  ou culturel (malades, enfants, handicapés), verbalisation de l'indicible (accidentés de la vie, minorités souffrantes) . Il a ses  passages obligés : ouverture (elle est la preuve de la largeur d'esprit, jamais de l'approximation, de l'imprécision, du relativisme) , tolérance (elle est proclamée obligatoire pour tous ceux qui trouvent intolérables certaines situations),  travail en équipe (la décision individuelle, l'opinion individuelle se doit d'être noyée dans un élan collectif), démocratie participative (les minorités ont tort sauf si elles sont opprimées).

Le dialogue moderne, s'éloigne tant de la maïeutique que de l'information réciproque. Il ne s'agit plus de trouver un raisonnement, ou d'acquérir des connaissances pour mieux formuler une conclusion. Il faut imposer des modes de pensée par ce que l'on appelait jadis la propagande, le prosélytisme,  la manipulation. La nouveauté est qu'il est présenté comme une médecine douce, homéopathique, dans laquelle la qualité d'écoute devient l'outil insidieux de la mise en condition de celui que l'on est censé écouter; une sorte de psychanalyse appliquée à des groupes.

Le dialogue moderne est ennemi de l'action. Il est consensuel, elle est "clivante",  il est apaisant, elle est "stigmatisante", il est porteur de valeurs, elle est porteuse de brisures donc d'inégalités nouvelles, il est le symbole de la précaution, elle entraîne dans l'inconnu. La nouveauté est qu'il est une drogue douce qui endort les paresseux dans le confort de ses droits acquis, les rentiers dans la perpétuation de leurs privilèges.

Le dialogue est l'arme des puissants pour mieux asservir la foule.  Rien de très nouveau dans l'histoire. La seule modernité est que les outils de communication contemporains, les outils de contrôle d'un état moderne, ont transformé la parlotte en moyen inattaquable du triomphe du despotisme démocratique.

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article

commentaires