Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 22:42

La caricature animale devient suspecte, ou plutôt nauséabonde. Faut-il interdire les crocodiles dans les marigots de la politique, les requins dans l'univers impitoyable de la finance, les hyènes , les chacals, les chiens qui ricanent,  hurlent , aboient dans les médias, les cloportes,  vieux crabes et autres singes qui empêchent les jeunes de prendre les places,  les infâmes vers de terre,  lombrics, vipères lubriques représentants de la réaction,  les cafards, grenouilles de bénitiers, punaises de sacristies  qui encombrent les églises, les moustiques, microbes, morpions qui piaillent dans les écoles,  les rats de bibliothèque,  les chevaux de retour, les ours mal léchés,  les sales chameaux,  sans compter ceux qui lézardent, serpentent,  fourmillent, singent, ceux qui croassent, cancanent, aboient, les éléphantesques, les  gueules de raies, mais aussi les maquereaux,  les cochons, les porcs, les boucs, et que dire des ânes, des veaux, des boeufs, des autruches, des perroquets , sans oublier les anguilles si adroites, les renards si rusés, les loups si voraces ? Que d'injures depuis la nuit des temps se sont déversées sur un individu, une catégorie d'individu, pour leur ôter leur dignité humaine, les avilir, en les ravalant au rang des animaux. Heureusement une nouvelle aube se lève, une révolution sociétale est en marche qui saura ne plus relativiser des expressions  aussi abjectes. Le glaive de la Justice saura pourfendre des comportements moutonniers où l'injure de l'un sert d'excuse à l'injure de l'autre.

Partager cet article

Repost0

commentaires