Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 14:12

Chiraquiens historiques (sauf, exception notable, Baroin) et sarkozystes à l'affût sont bizarrement entrés dans une sainte alliance et font semblant de s'offusquer des propos de Fillon : ils préfèrent voter pour le plus sectaire si on leur laisse le choix. Raffarin, tiré d'un néant d'où il n'aurait jamais du sortir, bateleur du Grang Journal, héros autoproclamé d'un humanisme niais, nous parle de ligne rouge franchie. Morano, virago du sarkozysme, est cramoisie de colère à l'idée que l'on pique les idées de son idole. Balkany, éternel repris de justice, défouraille. Et Juppé ? Il se contorsionne pour défendre le dogme du "ni-ni", tout en critiquant Fillon, sans se préoccuper des opinions de ses électeurs, quoiqu'en blâmant le sectarisme du PS, mais avec le souci de préserver l'idée antédiluvienne d'un Front Républicain, et derrière la tête la seule et unique préoccupation de demeurer un possible candidat de rassemblement de l'UMP. Much ado about nothing nous dirait le vieux Willie : toutes ces querelles ne sont qu'un paravent pour cacher l'impérieuse obligation de la droite de glaner un maximum d'électeurs pour gagner une quelconque élection; comme il ne reste à gauche que des vieux grognards indéfectibles, il faut chercher ailleurs de nouveaux supports.

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier seutet - dans politique
commenter cet article

commentaires