Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 16:15

Ce rapport a été commandé par Madame Vallaud-Belkacem. Elle en est tellement fière qu'il est consultable sur le site de son ministère des droits de la femme. Lecture édifiante.

Même approche de l'égalité que dans le mariage pour tous : nier les réalités physiques et psychologiques pour affirmer le primat de la volonté; comme on est parent non pas parce qu'on peut l'être mais parce qu'on veut l'être, le même raisonnement est appliqué aux enfants  de la crèche : ils doivent avoir les comportements qu'ils veulent avoir et non pas ceux qui sont naturels à une future femme ou un futur homme.  L'idéologie sous-jacente est patente : que l'orientation sexuelle de chaque individu s'éveille le plus tard possible.

Absence des parents et de leur rôle dans ce rapport : les seuls spécialistes sont les pédagogues et autres assistants. Pour mieux exprimer leur méfiance (ou leur antipathie) du cocon familial, les auteurs inscrivent à deux reprises dans leur rapport cette phrase qui éclaire sur leur volonté d'embrigadement : " nombre d'enfants de cette tranche d'âge ...  échappent à l'influence d'une action publique : ce ne sont que 30% des enfants qui sont accueillis par des intervenant professionnel ...". Cette méfiance des géniteurs laisse d'ailleurs ouverte la question : les auteurs du rapport ont-ils des enfants ?

Jargonisation bien dans le style des ultra -féministes. Le meilleur exemple de ces dérapages est "la castration psychologique opérée aux dépens des filles" que les auteurs croient déceler dans l'éducation actuelle de la petite enfance; les pauvres chéries seraient incitées à jouer à la poupée, au lieu de se battre avec des sabres de plastique. Jargon soutenu par un postulat particulièrement faible : sont qualifiés de stéréotypes ce qui ne plait pas aux auteurs, et de catégories ce qu leur convient.

Aveu de leur acceptation, avec des réserves qui hésitent entre le cynisme et le ridicule,  à la théorie du genre : "la mission n'a pas fait le choix d'adopter une position de neutralité totale ... à la fois parce que la société ne peut entendre un tel message aujourd'hui et pour ne pas enlever toute légitimité  la question de la différence des corps dans le développement du petit enfant".

Qui a demandé à la ministre de se focaliser sur ce sujet ? Comment se fait-il qu'elle laisse s'introduire en France une théorie aussi discutable ? Pourquoi ne pas voir dans cette logorhée  une atteinte aux droits les plus fondamentaux de parents : donner, transmettre des valeurs qui ne sont pas nécessairement celles d'experts en pédagogie ? Que cherche le ministre : crée un nouveau clivage dans la société entre ceux qui préfèrent confier l'éducation de leurs enfants à des pédo-spécialistes et ceux qui préfèrent faire confiance à leurs expériences propres et leurs intuitions personnelles ?

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier seutet - dans éducation
commenter cet article

commentaires

JimCarnoy 29/05/2013 22:20

Je partage tout à fait votre analyse. Une précision toutefois : la neutralité dont il est question n'est pas celle des auteurs du rapport, mais celle des crèches suédoises, dites "gender neutral".
Par contre ce qui est intéressant, un peu plus loin dans la phrase, c'est le terme "aujourd'hui". On va en remettre une couche et demain sera le matin du grand soir...

Archibald 10/04/2013 09:52

http://lavendeeautrement.over-blog.com/article-theorie-du-genre-suite-la-castration-psychologique-116968654.html

Archibald 10/04/2013 08:36

J'ai été, comme vous, stupéfait par les progrès de la théorie du genre dans notre pays. Surtout, des ministres lui donnent une accélération qui n'est justifiée que par leur foi. J'ai écrit un
article complémentaire du vôtre puisque je traite d'un rapport du ministère de la recherche et de l'enseignement supérieur :
http://lavendeeautrement.over-blog.com/article-la-theorie-du-genre-ou-le-deni-de-democratie-116835159.html