Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 11:46

Pour se mettre l'eau à la bouche, d'abord, une éloquente petite comparaison entre Russie et France :

                  2005         2006        2007      2008        2009        2010         2011         2012       2013

Croissance du PIB réel  (source OCDE)

Russie       6.4%         6.2%         8.5%      5.2%       -7.8%       4.5%          4.3%        3.4%        1.5%

France      2.5%         2.3%         -0.1%    -3.1%       1.7%        2.0%         0%            1.5%

Taux de chômage sur population active (source OCDE)

Russie      7.6%        7.2%         6.1%      6.4%        8.4%         7.5%         6.%            5.5%

France     9.3%        9.%           8.4%      7.8%         9.5%        9.7%          9.6%         10.%

Certes Poutine n’est pas un parangon de toutes les vertus économiques ; certes l’oligarchie véreuse règne toujours sur le pays ; certes il peine à sortir son pays du statut d’un simple exploiteur de ses richesses naturelles ; mais il faut avouer que malgré tous ses défauts il arrive à des résultats économiques devant lesquels baverait un gouvernant de notre pays. Un peu de respect pour un certain savoir-faire ne serait pas inutile.

Oui, mais, c’est un dictateur ! Il muselle son opposition, il truque les élections, il bâillonne la presse. Il ne serait pas inutile de replacer ce pays dans son contexte historique. Je crois que la Russie n’a jamais connu une période de démocratie (toute relative) aussi longue. A part la période de Kérinsky, fort brève, et des ères d’anarchie du style de celle d’Eltsine, je crois que le pays n’a jamais expérimenté d’époque plus douce pour le peuple russe. Un peu de tolérance pour un régime qui succéde à des siècles de tyrannie serait la bienvenue.

J’allais oublier le pire : il a emprisonné les Pussy Riots, punks iconoclastes, et il a interdit la propagande homosexuelle envers les adolescents. Voilà les véritables péchés de ce bon Vladimir, tels que vomis par nôtre intelligentsia : il réprime des fauteuses de troubles, et barre la porte des écoles à des plaisirs de la chair. Déjà la lutte contre les stéréotypes est un combat douteux en France, inutile de l'exporter.

Tout cet acharnement se résolvait dans le frémissement de plaisir des journalistes en évoquant les idées que Sotchi ne serait pas prêt à temps, qu’il n’y aurait pas de neige, et que les athlètes gays feraient un scandale. Rien de tout cela. Ne reste que le fumet de la haine de lobbies gays. La russophobie est une erreur tactique évidente : personne ne voit l’intérêt à court de se mettre à dos le président de la Russie surtout pour des raisons qui n’ont rien à voir avec nos intérêts nationaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier seutet - dans monde
commenter cet article

commentaires