Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 12:12

Valérie, je crie ton nom ! Qu'es-tu devenue ?

 T'aurait-il claquemurée dans le sérail de l'Elysée ? En tous cas tu avais été interdite de présence sur le site web de la présidence de la République : plus de première dame, plus de Valérie, plus de Trierweiler, pas même de Massonneau; et puis hier tu as été réintroduite discrètement sous le nom d'un ancien mari (ça fait penser à la veuve Scarron) comme compagne du président (dame de compagnie aurait eu plus de classe).

Ta liberté d'expression a été réduite, tu as eu le droit, pauvre malheureuse qui rêve d'un mariage en grande ou petite pompe avec ton adoré dans l'intimité de l'Elysée, à annoncer que tu assisterais à la prochaine union de deux sodomites ! Toi qui imagine des voyages en amoureux dans des contrées lointaines, te voilà intimée de soutenir des zozos qui refusent la construction d'un aéroport.

Ta présence est rationnée : plus de sorties avec Monsieur Merkel, le duc d'Edimbourg ou l'homme de compagnie de Monsieur Elio di Rupo; oubliés les petits déjs et les promenades avec les copines, Elsa Antonioni-Monti, Elvira Fernandez Balboa-Rajoy,  ou Samantha Sheffield-Cameron. Maintenant ton quotidien ce sont les orphelinats, les hôpitaux, les bonnes oeuvres quoi (c'est du Madame de Maintenon tout craché).

Valérie sur ta lampe qui s'éteint j'écris ton nom.

Valérie sur ton lit coquille vide j'écris ton nom.

Valérie sur les murs de ton ennui j'écris ton nom.

Valérie sur ta solitude nue j'écris ton nom.

Tu es favorite, et tu as perdu ta liberté dans la torpeur du gynécée.

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier seutet - dans portrait
commenter cet article

commentaires