Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 10:39
Dernière déclaration du ministre de la police Manuel Valls : « Il faut combattre ceux qui commettent des actes racistes à l’encontre des musulmans et en même temps ceux qui s’en prennent aux institutions de la République». Une courte phrase et deux insanités. Que peut bien vouloir dire «un acte raciste envers un musulman » ? Qu’est ce que ce méli-mélo entre une race et une religion ? Un premier pas pour tenter d’assimiler toute manifestation d’islamophobie à un acte punissable pénalement ? Pourquoi serait-il interdit de combattre une religion quelle qu’elle soit ? Et Dieu sait si nos gouvernants ne se privent pas de plaisanteries douteuses (comme le président), de répression disproportionnées (comme le ministre de l’intérieur), de déclarations de haine (comme Peillon) sur le catholicisme ; mais il semble pour eux qu’il y a religion et religion, et que l’Islam dispose d’un statut privilégié qui implique une protection particulière de ses pratiques et de ses fidèles ; et qu’attaquer cette foi là est un sacrilège contre notre pays, un péché contre des valeurs, une apostasie de nos idéaux. Qu’entend-il par « il faut combattre ceux qui s’en prennent aux institution de la République » ? Serait-ce à dire que notre fier catalan n’aime plus la révolution (belle attitude pour celui qui se revendique comme jacobin) ? Ou peut-être même qu’il est interdit de critiquer le fonctionnement d’une république bananière, de pointer les dérives d’un régime englué dans la défense des avantages acquis (ce qui en d’autres temps était dénommé privilèges), de stigmatiser la mainmise d’une caste (celle des fonctionnaires et assimilés) sur l’ensemble des rouages de l’état, de vilipender des ministres incultes, et un président aboulique ? Voulait-il tout juste dire que la façon de s’habiller dans la rue relève des institutions de la république, alors que l’abatage rituel, la sanctuarisation du ramadan, le refus de l’examen de femmes musulmanes par des médecins hommes, la non-mixité dans des lieux publics relèverait d’on ne sait quel respect de coutumes importées d’ailleurs ? Triste ministre, empêtré entre sa démagogie envers une ethnie arabe qui a voté à 85% pour les socialistes, et son populisme envers des habitants qui ne supportent plus les manifestations ostentatoires d’une religion conquérante. Pitoyable représentant d’un gouvernement qui croit qu’il a tout dit lorsqu’il proclame « il faut défendre la République » . Laquelle ? Celle qui est laxiste sur le fond (toutes les religions sont acceptables) et rigide sur les détails (le port d’un foulard, d’une burkha) ? Celle qui sape les fondements de la famille occidentale et ferme plus ou moins les yeux sur la polygamie, l’excision, le droit coranique privé. Je n’arrive pas à comprendre qu’un homme aussi vacillant sur ses intentions puisse bénéficier d’une telle aura médiatique.

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier seutet - dans portrait
commenter cet article

commentaires