Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2018 3 11 /04 /avril /2018 11:45

De sa vieille voix elle nous serine journellement sur France-Inter son immuable compendium :

  • je hais toutes les religions, sauf bien entendu le boudhisme serein, l’islamisme tolérant,  et tous les animismes au titre de la préservation des cultures ;
  • je hais la pédophilie des clercs de l’église catholique, mais adôôre toutes autres déviances sexuelles, tout autre libertinage, toute autre dépravation ;
  • j’adôôre tous les migrants,  les bleus, les rouges, les verts, surtout s’ils viennent en France enrichir notre culture, fertiliser notre patrimoine génétique, rendre plus performante notre économie et je hais tous ceux qui ne les adôôrent pas ;
  • j’adôôre la république des valeurs, même celle des massacreurs de septembre 1792, même celle des incendiaires de 1871,  même celle des antisémites  proudhoniens et anarchistes,  même celle des affairistes francs-maçons ;
  • je hais toutes les droites, l’extrême, la dure, la maurassienne, la barrésienne, la nationaliste, la patriotique, la fasciste, l’ultra, la conservatrice,  la réactionnaire; j’adôôre toutes les gauches même celles qui ont pu un temps avoir des faiblesses coupables avec le stalinisme, le léninisme, le trotskysme, le maoïsme, le castrisme ;
  • je hais les hommes qui ont fait subir un esclavage millénaire aux femmes, qu’ils disparaissent des postes à responsabilité grâce à des quotas, qu’ils sortent des musées au profit des VigéeLebrun, Valadon, Camille Claudel, qu’ils sortent des bibliothèques pour laisser place aux George Sand, Colette et autres Sagan, qu’ils sortent de l’histoire pour que l’on puisse enfin donner leur place aux Agrippine, Marie de Médicis, Olympe de Gouges et autres oubliées.

Et sa voix éraillée, poursuit son inusable litanie de ses adorations prévisibles et de ses immuables détestations. Dans son studio transformé en chapelle incantatoire, elle nous rassasie de sa liturgie  puisée aux sources sacrées du France-Interisme.

Partager cet article

Repost0
5 avril 2018 4 05 /04 /avril /2018 11:29

Les élections à la proportionnelle sont la négation de la démocratie représentative. Au prétexte de représenter fidèlement les opinions des élus elles aboutissent de facto à remettre le pouvoir entre les mains des partis. Le député, élu sur une liste régionale ou nationale, n’est plus le représentant du peuple dans sa circonscription mais le représentant du parti préféré par le peuple.

La démocratie directe peut s’exprimer par le référendum. Les apparatchiks qui ont confisqué le pouvoir n’y ont recours que le dos au mur. Ils préfèrent le recours au Congrès, instance abracadabrantesque, qui empêche le peuple souverain d’exprimer sa voix, voix confisquée par manœuvres d’appareils.

L’instillation d’une dose de proportionnelle ne fait que renforcer le mouvement qui confisque la volonté populaire au profit de la sagesse d’élites autoproclamées :

  • la première étape a été le non cumul des mandats qui a fait déserter l’hémicycle par toutes les grandes voix ; les meilleurs se sont réfugiés dans leurs fonctions de maire ou de président du conseil régional ; les députés ne sont plus que des pantins choisis entre les barons locaux et les instances nationales ;
  • la deuxième étape est le non renouvellement des mandats, au nom d’une prétendue modernisation de la politique ; erreur c’est le droit que s’arroge l’exécutif de ne pas voir renouvelé des élus appréciés par le peuple.
  • La troisième est l’arrivée dans l’enceinte de l’Assemblée Nationale de députés hors-sol qui auront encore plus que les autres perdu le contact avec leurs électeurs et seront dans la main des partis.

La transparence, le renouveau du personnel politique, la juste représentation des opinions,  et j’allais oublier la funeste loi sur les quotas (qui contrevient d’ailleurs au principe d’égalité de la déclaration des Droits de l’homme), sont des mascarades imaginées par des apprentis sorciers qui insidieusement souhaitent fortifier leur pouvoir et ne pus le laisser entre les mains d’un peuple indocile.

Partager cet article

Repost0
29 mars 2018 4 29 /03 /mars /2018 10:34

Pourquoi tant de haine ?  Poutine  est vilipendé par nos médias parce qu’il a été trop bien élu (suspect…), parce qu’il jugule la presse (incontestable, mais la nôtre est  bridée par les bien-pensants de gôche), parce qu’il s’affiche dans des saynettes sportives ridicules (certes, mais qui se moquait de nos politiques en train de faire du jogging ?) ; les critiques se font un peu plus sérieux quand ils dénoncent le mode de gestion économique de la Russie, la trop grande dépendance envers les matières premières, la corruption des ploutocrates, le manque d’investissements dans les infrastructures ; rien de tout cela est faux, mais manque d’indulgence quand on revient à l’état de jachère du pays laissé par Eltsine, l’incroyable retard économique maquillé par les communistes. Enfin arrivent les grosses critiques sur l’action extérieure de Poutine : elles peuvent se ranger dans deux catégories :

  • l’intervention au Proche-Orient,
  • l’intervention en Ukraine

1° L’intervention au Proche-Orient

Egarés par leur haine, le leitmotiv des journalistes occidentaux est le soutien immoral qu’il apporte à Assad (« le boucher de Damas ») ; la pensée stratégique des russes, visant à pérenniser leur présence en Méditerranée Orientale à travers des bases en Syrie, a été niée d’abord par les américains puis par les européens qui n’y ont vu qu’une tactique à usage intérieur visant à flatter l’orgueil russe. Ces explications trop courtes font litière d’une nécessité fondamentale pour ce pays continent qui ne dispose que de peu d’accès maritimes navigables à l’Ouest : des ports soit encombrés de glace comme Arkhangelsk, soit ouverts sur des mers quasi fermées comme la Baltique ou la mer Noire.

2° L’intervention en Ukraine

Là encore, Poutine est animé par une pensée stratégique extrêmement claire qui fait de la Crimée la citadelle du pays sur la mer Noire, et de l’Ukraine la maison-mère de l’état russe qu’il n’est pas question de voir s’allier avec des ennemis. Ces options ont été niées par les occidentaux (menés par les américains, suivis aveuglément par les européens) au nom de prétextes particulièrement futiles : l’annexion de la Crimée a été contestée au nom de lois internationales particulièrement flexibles ; c’est admis pour Israël qui a annexé d’abord Jérusalem-Ouest, puis maintenant Jérusalem Est, c’est admis pour le Kosovo qui est arraché à la Serbie, c’est oublié pour la Turquie qui a instauré une république turque de Chypre; mais il est refusé que la population très majoritairement russophone de la Crimée vote son rattachement à la Russie. La neutralisation de l’Ukraine n’a même pas été évoquée par les occidentaux qui ont hurlé, à qui mieux mieux, la destinée de ce pays à rejoindre l’Union Européenne ou l’OTAN ; une véritable provocation.

 

Un comportement irréaliste des gouvernements occidentaux contribue à rejeter la Russie dans des alliances contre nature comme avec la Chine (avec tout le problème de la Sibérie Orientale), ou avec la Turquie (et tout le problème des musulmans turcophones du Sud de la Russie ou des pays limitrophes de l’Asie Centrale). Il ne suffirait de pas grand chose pour que la Russie revienne à son tropisme naturel qui serait une alliance à long terme avec l’Europe Occidentale, encore faudrait-il que Baltes et Polonais ne fassent pas de l’obstruction au nom d’intérêts qui sont les leurs mais pas ceux de leurs autres partenaires. Un enjeu formidable est entre les mains de notre président : réconcilier la Russie, avec la France, puis l’Europe, pour la ramener enfin dans une politique de développement commun qui fera la richesse des deux parties ; oublier ce pacte antédiluvien de l’OTAN qui a perdu toute raison d’être, sauf d’être une marionnette entre les mains de américains ; recréer une force militaire européenne, non pas dirigée contre la Russie, mais alliée de la Russie pour défendre l’Eurasie.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2018 4 22 /03 /mars /2018 09:47

Oxymore. Le peuple des bas-fonctionnaires ne peut encore faire moins que ce qu'il fait habituellement. A moins qu'il ne s'agisse d'une grève du zèle.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2018 1 19 /03 /mars /2018 09:42

Terme qui met en exergue la fragilité des politiques vis à vis de leur passion :

Fillon s’est tant embrelucoqué de fringues seyantes qu’il en a perdu l’imperdable.

Hollande s’est tant embrelucoqué de Macron qu’il en a ruiné sa fringale de pouvoir.

Marine s’est tant embrelucoqué de Filippot qu’elle en a oublié de réviser ses fiches.

Partager cet article

Repost0
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 14:28

Le populisme d’en bas est la revanche de la démocratie sur des élites autoproclamées. L’autisme des journaleux et des apparatchiks gouvernementaux finit par irriter ceux qui les paient et les élisent. Et plus les discours des maîtres d’en haut se radicalisent en prétendant imposer des certitudes sociétales, comportementales,  marquées du sceau de valeurs qu’ils prétendent non discutables, plus les peuples ne résistent plus à l’envie de leur botter le cul. Ce que la démocratie est pénible pensent les Clinton, Renzi, et autres Cameron ; ce que les peuples sont vulgaires gémissent bobeaux déculturés et rurbains déracinés.

 

Partager cet article

Repost0
12 mars 2018 1 12 /03 /mars /2018 20:47

Réservé par des journalistes qui n’ont pas la banane aux pays qui alimentent leur vindicte : le régime du boucher de Damas par exemple, ou le régime de Poutine.

Partager cet article

Repost0
7 mars 2018 3 07 /03 /mars /2018 11:31

A bas la guerre des sexes : aux monologues du vagin, préférer les dialogues avec le pénis. 

Partager cet article

Repost0
7 mars 2018 3 07 /03 /mars /2018 11:28

Elles veulent être mises à l’honneur ? Exauçons-les.

- Anne Lauvergeon a conduit avec une détermination farouche la société AREVA à la quasi-faillite ; elle n’a pas oublié dans l’affaire de récompenser les efforts de son époux pour l’aider dans sa furie destructrice ;

- Christine Angot a rabaissé la littérature à des commentaires abscons (mais progressifs, bien entendu) sur sa vie sexuelle et le commentaire médiatique à des injures envers ceux qui lui ont déplu ;

- Anne Hidalgo a tout fait pour Paris : enlaidissement (Place de la République), augmentation des embouteillages (merci à des piétonisations sans concertation), accueil des rats dans tous les squares de la capitale ;

Une caractéristique commune est leur volonté de puissance, leur arrogance vis à vis des autres, leur ton inflexible et tranchant. Elles veulent être au premier rang ? Normal qu’elles se ramassent des coups de pied au cul. C’est la sanction de l’échec. Elles nous la font testéronnées, à ce jeu je préfère des hommes.

Partager cet article

Repost0
2 mars 2018 5 02 /03 /mars /2018 17:06

Je ne comprends pas le combat féministe quand il se réduit à des querelles de quotas ; derrière la différence de genre, qui est évidente et ne résume pas à des stéréotypes, la seule chose qui compte est qu’il existe un être humain. Il faut le défendre quand il est agressé, insulté, méprisé ; la détermination du sexe est accessoire dans ces cas.

Je suis atterré des paroles dites libérées de femmes qui se sont plaintes d’un Weinstein qui, dans sa chambre, sortait nu de sa salle de bains. Elles nous prennent pour des imbéciles ? Elles sont montées, comme l’indiquait jadis la sous-maîtresse.

Je suis affligé des propos d’une Sophie Marceau qui réclamait hier une parité dans la production des films en France entre réalisateurs masculins et féminins. Elle se sent incapable de réussir avec ses seuls talents ? Joli châssis, rien dans la cafetière, disait quelqu’un qui avait tourné avec elle.

Je suis parfaitement indifférent à ces querelles de répartition des tâches ménagères, sauf à penser que certaines ont plus de talents que d’autres pour élever des enfants en bas âge. Faudrait-il juger insultant de devoir prendre en main l’éducation des très jeunes ? Beaucoup considèrent pourtant que c’est une période essentielle dans toute éducation.

Quand finiront ces monologues vaginaux péremptoires qui font la joie de toutes ces pimbêches, Caroline de Haas, Roselyne Bachelot et autres Marlène Schiappa ! Vivement un peu de dialogue entre le masculin et le féminin.

Partager cet article

Repost0