Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 16:16

Les fonctionnaires, représentés par un gouvernement à ses ordres, font la poche des autres citoyens avec un cynisme confondant. D'un côté accroissement des impositions de 20 milliards sur les personnes physiques et les sociétés (qui, in fine ne sont rien d'autre que des personnes, salariés, créanciers, actionnaires), et de l'autre non augmentation globale des budgets de l'état que l'on nous présente comme une économie de 10 milliards. La farce serait drôle si les dindons n'en étaient pas tous les non-fonctionnaires; on glousserait si l'on ne voyait les renards se goberger dans le poulailler.

 

Sous le prétexte de ne pas dresser une France contre l'autre, il est d'usage d'admettre que notre fonction publique est exemplaire et que toute atteinte à son effectif ou à son niveau de vie aurait pour conséquence la baisse de la qualité des services publics. Au nom de quel intérêt supérieur faut-il consentir à ces mensonges : la crainte de grèves, la peur d'une guerre civile, la sanctuarisation de l'état à la française.  Qui n'a pas mis en évidence les doublons, les empilements, le népotisme, la dolce vita de la fonction territoriale (rapport Dosière, en dernier lieu). Qui ne s'est pas moqué des commissions multiples, des hautes autorités innombrables, des cabinets pléthoriques, du favoritisme qui sont la bouffissure de l'état central.  Qui ne s'est pas plaint de l'amalgame invraisemblable de lois votées en rafale, contradictoires entre elles, suivies de décrets qui s'éloignent de ce qu'a prévu le législateurs, et de circulaires qui s'en écartent encore davantage.  Tout celà figure dans les rapports documentés annuels de la Cour des Comptes, ou du Conseil d'Etat (sur l'inflation législative en particulier) : mais les aboiements peuvent retentir et la caravanne de l'état continuer son train-train brinqueballant.  Le gouvernement feint de diriger un char qui va au train que lui impose son attelage : les français sont des veaux menés par des boeufs.

 

Après l'incurie des années Chirac, les fausses réformes des années Sarkozy, voici maintenant venu le temps de la satisfaction des promesses données par des démagogues aux fonctionnaires qui les ont portés au pouvoir avec le respect de trois dispositions fondamentales : pas touche aux effectifs (les réductions d'emplois sont bonnes pour le privé), pas touche au statut (la flexisécurité s'est bien pour ceux connaissent déjà la précarité), pas touche au salaire (la baisse de l'intéressement, la hausse des cotisations dans les entreprises c'est nécessaire pour les autres).

 

Mais quand procédera-t-on au sacrifice de ces boeufs trop gras aux dieux de la prospérité ? Espérons qu'il ne faudra pas attendre cinq ans. 

Repost 0
Published by olivier seutet - dans politique
commenter cet article
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 10:49

Le mariage homosexuel n'est ni moral, ni immoral, il est  la reconnaissance qu'une déviance reçoit l'approbation de la loi; le problème ne se limite donc pas au confort vis-à-vis des autres de deux êtres de même sexe qui veulent afficher leur amour; il devient l'affaire de ceux qui se retrouvent pris dans l'obligation, non pas de respecter l'existence de comportements qu'ils ne comprennent pas, mais de forcer leur approbation de ces comportements. L'exemple le plus criant est qu'irrévocablement le mariage homosexuel entrainera l'autorisation de "créer" des enfants par adoption, procréation médicale assistée, voire gestation par autrui :  qui sait si une  femme obligée d'abandonner son enfant souhaite qu'il entre dans une famille homoparentale, qui a prétendu qu'une femme qui porte un enfant pour autrui n'est pas en train de marchandiser un être humain. Et bien d'autres questions se posent : au nom de quoi les parents d'un couple homosexuel seraient-ils obligés de passer de l'approbation tacite et affectueuse à la reconnaissance forcée d'une filiation mercantilisée; pourquoi les conséquences pécuniaires de telles unions devraient-elles être supportées par ceux qui ne les approuvent pas et pourtant y apporteront leur écôt  : héritages, pensions de réversion.

 

Si la loi est là pour encadrer le possible, elle n'est pas là pour autoriser les pratiques existantes au prétexte de faire respecter des mots flous qui s'appellent l' "amour ", ou le "bonheur individuel"; sinon à ce titre on ne voit pas pourquoi les liaisons incestueuses ne pourraient entrer également dans un cadre législatif; celà existe chez les humains comme dans le règne animal; pourquoi cette déviance là est unanimement rejetée ? Parce que les moeurs n'ont pas encore assez progressé ? Parce que ce tabou est encore trop fort ? La loi a été inventée par l'homme, non pour créer le bonheur des individus, mais pour infliger des sanctions à ceux qui troublent l'ordre social; la loi n'est pas un outil d'épanouissement des désirs, elle n'existe pas pour donner des droits, elle ne crée que des obligations à tous pour assurer le respect de quelques uns. Si le respect des minorités, à travers la loi, est même devenu l'âme même des démocraties modernes, celà ne signifie nullement que l'empire des sens de quelques uns triomphe sur ceux qui ne sentent pas concernés et même violentés dans leur respect des tabous.

 

L'empire des sens est quand même la véritable raison de tout ce battage qui n'est que la suite logique de tout le délitement  subi par notre culture : le mots de fidélité est devenu risible (quoique non vieillot quand on voit les ravages de proches atteints de peines d'amour), le libertinage (mieux porté que le vagabondage sexuel) est une valeur cathodique, le désir d'enfant est abandonné au profit du droit à l'enfant (expression atroce pour les parents qui attendent vainement une naissance). Quoi de plus logique dans cette déroute hédoniste que de réclamer un droit à progéniture pour ceux qui veulent vivre une vie de parents sans en avoir les caractéristiques, ni expérimenté les douleurs. Quoi de plus logique que d'interdire de parole collective les épicuriens, les stoïciens, les chrétiens, les musulmans, les juifs, les zoroastriens et j'en passe !

Repost 0
Published by olivier seutet - dans social
commenter cet article
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 10:23

La crise gouvernementale s'aggrave : le premier ministre a été balancé par dessus bord après avoir révélé pendant l'été la profondeur de son aboulie; les réformes dites sociétales du style mariage gay sont précipitées pour tenter de faire croire qu'il se passe quelque chose au sein des ministères; le président sombre dans l'incohérence économique.

 

Qu'a dit le président :

- il fait 10 milliards d'économies sur en fait des grands travaux (canal Nord-Sud, Lignes de TGV, rénovations de sites etc...) qui auraient pu nourrir l'économie et ne propose strictement aucune mesure de restriction des dépenses de fonctionnement (nombre de niveaux d'administrations, doublons, gaspillages de libéralités envers les associations)

- il ponctionne 20 milliards sur ceux qui travaillent, et sur les entreprises déjà exsangues

Il ose appeler celà un combat,  il  ose prétendre que l'effort demandé est une manifestation de patriotisme.

 

Un peu de vergogne, Monsieur le Président :

- pourquoi n'avez vous pas proposé l'abolition de l'intégralité des niches fiscales, pour ne rétablir que celles qui réellement concourent à notre développement économique (un excellent rapport a été fait et donne toutes les pistes nécessaires),

- pourquoi n'avez vous pas suspendu tout recrutement de personnel  par l'état et demandé que les administrations territoriales et de santé fassent de même, pour une période de deux ans, sous réserve de recrutements ciblés pour les  administrations qui concourent à la santé et à la sécurité des français (vous faites l'inverse et proposez d'encore des contrats d'embauche subentionnés par l'état pour faire on ne sait quoi),

- pourquoi n'avez vous pas suspendu tout versement aux associations de tout poil, sous réserve d'examen de leur réelle contribution au bien-être de nos concitoyens (un assainissement budgétaire et surtout moral pourtant indispensable),

- pourquoi n'avez-vous pas évoqué le déficit absurde de la sécurité sociale (absurde pace que dans un système de solidarité cotisants/bénéficiaires il ne devrait jamais y avoir de déficit) et la nécessité de baisser les remboursements aux bénéficiaires, mais aussi de faire cesser le scandale du non-paiement par l'état de ses obligations envers la sécurité sociale,

- pourquoi n'avez-vous pas évoqué le déficit de l'UNEDIC et le devoir impérieux d'arrêter immédiatement les abus (le milliard des intermittents du spectacle par exemple) et de fournir les ressources nécessaires pour que soit assurée le maintien d'indemnités décentes pour les chomeurs à venir.

 

Mais vous n'avez que le courage de faire des réformes, de trancher dans le vif, de remettre à plat des situations de rente et de surconsommation. Vous croyez qu'il vous faut appliquer votre programme démodé, inadapté, conçu par des esprits aigris qui croient que l'égalité est une vertu, et la réussite un vice. A candidat mou, très logiquement est associée une action molle. Rien de churchillien, voire de gaullien, dans le catalogue de mesurettes que vous avez présenté. Ce n'est pas en fronçant le sourcil, et en aboyant contre ceux qui travaillent, que l'on peut faire croire que l'on a de l'autorité.  De tout évidence, après votre été d'indolence, vous n'avez toujours pas pris la mesure de la tâche qui vous a été confiée. Je ne vois qu'une solution, acceptez le verdict des faits : vous n'êtes pas  la hauteur, et comme Neville Chamberlain, il serait urgent que vous vous effaciez.

Repost 0
Published by olivier seutet - dans politique
commenter cet article
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 10:47

Vision caricaturale des Etats-Unis de Bernard Guetta. D'un côté le "conservatisme réactionnaire" représenté par Mike Romney , qui dans l'esprit de ce chroniqueur impartial se résume à un retour aux conditions économiques ayant permis l'éclosion de la crise financière; c'est "le sabre, la finance et le goupillon, la loi de la jungle et de l'ordre moral" parce qu'il refuse la réduction des budgets de la défense, et la libéralisation de l'avortement. De l'autre Barak Obama est le représentant de "l'amérique généreuse face à celle de l'égoïsme social", de la "défense des plus pauvres".

Dans ce langage outrancier, le chroniqueur ne décrit rien de la réalité des Etats-Unis d'aujourd'hui : lz coupure entre zones riches (la Californie des starts-ups du web, le mid-west du shale gaz, le Texas et sa croissance économique soutenue), et zones appauvries  (les downtowns de Detroit,  la Nouvelle Orléans, Pittsburgh etc...), le chômage des ghettos noirs (pour lesquels Obama n'a pas fait grand chose), la faillite financière qui s'est aggravée pendant les quatre dernières années avec la fuite en avant dans la dépense, le déficit. Ce que Bernard Guetta décrit, a travers les marionettes qu'il tente de faire bouger sur son théâtre d'ombres, est son univers intellectuel français : la croyance que la démocratie s'exprime dans un état omniprésent, la conviction que la tyrannie est légitime lorsque une majorité la soutient, la lutte manichéenne entre d'un côté l'argent, l'égoïsme, le libéralisme économique, incarné par des riches, et de l'autre la générosité, la répartition des richesses, la défense des droits de l'homme et de l'environnement..

La panorama que nous propose Guetta de la lutte des prétendants à la présidence des  Etats-Unis, n'est que le reflet  d'une vision empreinte de religiosité issue des tréfonds des siècles : le dualisme, la lutte du Bien et du Mal, Ahura Mazda contre Ahriman, Dieu contre Lucifer. Le malheur est que notre pauvre chroniqueur veut inscrire ce propos dans un cadre laïque, et que l'on ne voit pas très bien pourquoi une moitié de la population se complait à continuer de pêcher en vénérant des idoles du mal alors que le péché n'existerait pas; à moins que l'on considère qu'il s'agisse de péchés que de maugréer contre la prévalence des théories environnementales, lutter contre l'autoritarisme de l'état centralisé, combattre les errements des politiques d'assistance sociale.  Mais alors, il n'est plus question de démocratie et de liberté de pensée, mais de dictature et de formatage des esprits.

Repost 0
Published by olivier seutet - dans medias
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 09:05

Une diplomatie se définit par la clarté des objectifs, la crédibilité des intentions et par dessus tout le choix de l'axe principal de l'effort. C'es en respectant l'ensemble de ces paramètres qu'une action diplomatique peut efficacement oeuvrer.

C'et donc à juste titre que le chef de l'état a mis en exergue l'instabilité du monde d'aujourd'hui née de l'effacement de la superpuissance américaine et de l'absence de pouvoirs régionaux influents et responsables; la menace terroriste et surtout la dissémination nucléaire deviennent des enjeux majeurs; l'Iran se retrouve légitimement en première ligne de ses préoccupations : il développe le nucléaire, probablement à des fins militaires; il menace ses voisins (péninsule arabique, Irak, Israël).  Parmi les nouveaux moyens d'actions contre l'Iran, tenter d'agir sur son allié, la Syrie, qui est devenu un maillon faible du fait des barbaries de son régime est légitime. L'intention reste crédible, lorsque elle se limite à la mise en place de contraintes que je qualifierais d'hors-sol : zones d'exclusion aériennes plus ou moins élargissables, zones d'exclusion terrestres elles aussi modelables en fonction des circonstances, dont la mise en place peut se faire à partir de notre allié turc, et avec l'appui des bases américaines du secteur. L'objectif  est symbolisé à outrance  Bachar El Assad doit partir; mais c'est en celà qu'il devient un outil opérationnel simple; le plus complexe, les conditions de son départ, les conditions de son remplacement restent entièrement floutées afin de laisser les mains libres à toutes les négociations possibles avec les oppositions, les transfuges, et l'acteur incontournable et stratégique qu'est la Russie en cette partie du monde.

Il est dommage que le président ne se soit pas livré au même exercice  sur le plan de la diplomatie économique.  La faiblesse de son discours sur l'Europe témoigne de l'insuffisance de l'analyse : à quoi sert l'Europe ? Une zone de culture commune, un futur pays, un contrepoids aux pays émergents; quelles leçons faut-il tirer des décennies passées d'existence de l'Euroland  ? Fut-ce un boulet, un frein, une étape. Faute de ces réflexions, l'objectif  reste flou; certes c'est pour ne froisser personne, mais on ne voit pas comment une équipe peut aller quelque part sans s'être fixé le choix des étapes. L'intégration budgétaire que l'on comprend en filigrane est absurdement prise comment un but alors qu'elle serait tout au plus un moyen.

La même confusion, du coup, s'installe quant à l'axe d'effort choisi : les petits pas et le pragmatisme deviennent des choix alors qu'ils ne sont au mieux qu'une méthode.

L'ensemble de cette diplomatie européenne devient de ce fait non crédible : qu'en pensent les cofondateurs de l'Europe (Allemagne, Italie), qu'en pensent les adhérents instables (Grande Bretagne, Espagne, voire Pays-Bas). L'impression laissée est que le poids des dettes est devenu le moteur de notre action diplomatique : le problème 'est plus de savoir où l'on va, mais d'éviter les coups de pieds au cul de la finance internationale. Une telle absence d'ambition nous laissera comme un bateau sans pilote, errer  au gré des vents, et des courants, sous l'influence des diktats allemands, des frousses des grands contributeurs mondiaux, et des petitesses bruxelloises.

Repost 0
Published by olivier seutet - dans monde
commenter cet article
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 22:34

Deux voyous disparaissent.  L'un arrogant, drogué, a triché pour gagner des Tours de France. L'autre tout aussi arrogant, vautré dans sa débauche et ses stupéfiants a trompé les spectateurs du petit écran sur sa personnalité. Lance et Delarue. L'un a gagné beaucoup d'argent  en ne ménageant ni ses efforts, ni la tyrannie qu'il faisait régner sur le peloton; il était certes un champion, mais d'autres l'étaient peut-être tout autant voire plus que lui et ont été écarté pendant des années des podiums. L'autre a gagné plein de fric, avec ses émissions racoleuses, accaparant de précieuses heures de diffusion sur une chaine publique au détriment de talents moins voyeurs.

L'intéressant est le traitement que les médias leur offrent. Pour Lance, il n'est pas de mots assez durs pour stigmatiser, avec  raison, sa conduite, pour déplorer le discrédit qu'il risque d'infliger à un sport déjà mal en point, pour célébrer la chute du héros qui ne méritait pas sa place. Pour Delarue, après un bref moment d'hésitation, les médias se sont repris pour voler au secours de la star déchue : et que Drucker s'attendrisse sur son professionnalisme, sur son combat contre la maladie; et que Filippetti  se croie obligée de sortir dans un communiqué "qu'il fut un animateur de talent" , en ne minimisant qu'à peine l'éloge avec une allusion discrète à "ses faiblesses" que bien entendu "il a affronté avec courage" ; pour Christophe Dechavanne, sa disparition n'est rien d'autre qu'une "catastrophe", et s'il était "givré" c'est comme tous les gens de son métier ; Pierre Lescure qui le trouve "exemplaire"; Laurence Ferrari qui le respecte et veut lui rendre hommage; Sophie Davant qui voit en lui un "être hors du commun" .

Pour couronner le tout le service public ne trouve rien de mieux que de programmer une soirée spéciale pour  ce zigoto.

Un tel dérapage montre que cette famille de l'audiovisuel est surtout une mafia qui lorsqu'elle ne peut plus pratiquer l'omerta, tente encore de couvrir ce contre exemple vivant. A croire qu'ils sont tous de la même étoffe. Seraient-ils tous à jeter au linge sale ?

Repost 0
Published by olivier seutet - dans medias
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 12:09
Xavier Bertrand l’inoubliable ministre de la Santé qui a interdit la cigarette dans les lieux publics, le ministre du travail qui a réussi entre 2007 et 2012 à ne rien faire pour tenter de réduire un code du travail boursouflé (sans compter toute la jurisprudence de la chambre sociale de la Cour de Cassation qui tente de pallier de puis des décennies les contradictions et insuffisances des textes). Christian Estrosi l’impérissable sous-ministre une fois à l’aménagement du territoire, une fois à l’industrie, dont personne ne se souvient de la contribution au développement industriel du pays. Nathalie Kosciusko-Morizet, la muette du sérail pendant la campagne de Nicolas Sarkozy, qui se lance maintenant dans la surenchère écologique et milite pour l’interdiction de la recherche sur les gaz de schiste, qui bien entendu est favorable au mariage gay. La présence au milieu des six candidats à la présidence de l’UMP, d’un paresseux sans idées, d’un zozo aux idées courtes et d’une femme dont les idées sont étrangères à celles de ce parti, pose la question du renouvellement des hommes politiques de droite. Ces trois candidats n’ont certes pas la moindre chance d’emporter l’élection au sein du parti, mais leur volonté et leur acharnement à participer à cette compétition laisse pantois : ils veulent être de futurs incontournables, alors qu’il serait urgent de les balancer aux oubliettes de l’histoire ; ils veulent être des dirigeants du futur alors que leur action passée laisse au moins interrogatif. La question qui se pose est simple, pourquoi arrivent-ils à se distinguer alors que bien d’autres personnalités le mériteraient plus. Chacun des cas amène une réponse différente. NKM est le type d’homme politique qui met son intelligence au service des idées les plus incongrues, les défend avec astuce, sans que je sois sur qu’elle y croie un instant : elle est pour moi l’incarnation du cynisme. Estrosi est le parfait exemple du bellâtre qui ramasse des slogans là où il le peut, et s’en fait une guirlande qu’il montre sur toutes les estrades : il est la personnification du populiste bateleur. Xavier Bertrand est l’antithèse de l’homme d’action ; il ne croit qu’à la résolution des problèmes par l’emberlificotage des réponses, qu’à la noyade des difficultés dans le marais des commissions ; il est l’archétype de l’homme des réseaux faute d’être un homme résolu. Ces trois seconds couteaux ne se ressemblent guère, et pourtant derrière chacun d’eux se profile l’absence inquiétante de toute charpente : l’une prend ses idées à gauche, l’autre les ramasse dans le caniveau, le troisième n’a que celles qui arrangent son entourage. Mon seul souhait est que ces trois là s’écroulent dans leur propre inanité
Repost 0
Published by olivier seutet - dans portrait
commenter cet article
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 11:24
Angela Merkel, qui l’eût cru, se met en piste pour remporter une médaille de l’humour : elle aurait invité notre cher président à une représentation au Festival de Bayreuth du Vaisseau Fantôme de Wagner ; le titre en allemand de cet opéra est « Der Fliegende Holländer » ou le Hollandais volant. La symbolique de cette charmante idée est incroyablement riche : - allusion au Hollande en train de faire les poches des français avec une bonhommie naturelle, et la complicité de son sbire de premier ministre et de sa bande de parlementaires ; - évocation du capitaine de pédalo brocardé par ses futurs ministres, promu au rang de commandant d’un vaisseau volant au-dessus des flots de la crise ; - interrogation sur le flou, l’indicible, l’approximatif, en un mot le caractère fantomatique de l’action de notre François national. Serait-ce un épidémie que cette tendance des autres dirigeants à ce foutre de la gueule de notre coquelet gaulois : après Cameron et ses plaisanteries sur le tapis rouge qu’il voulait déployer en faveur de nos futurs exilés fiscaux, après Poutine qui ne répond pas à une journaliste lui demandant , en pleine conférence de presse à l’Elysée, ce qu’il pensait de Hollande, maintenant Angela qui se met à dauber directement sur notre héros ?
Repost 0
Published by olivier seutet - dans monde
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 11:37
L’Italie se débat dans les difficultés, avec Mario Monti en permanence aux aguets ; l’Espagne est au bord du gouffre avec Mario Rajoy sur le pont, le Syrie (ancien protectorat français) est en pleine guerre civile avec un Bachar al-Assad que lâchent ses fonctionnaires, une partie du Mali (ancienne colonie française) a fait sécession et devient un nouveau havre pour terroristes, et le président et sa maîtresse sont partis en train pour leur vacances à Brégançon. On se croirait en plein Goldoni ; il est hors de question de continuer de s’occuper de ses affaires, il ne faut pas se demander si l’on est ruiné ou au bord de la ruine, une seule préoccupation : « partir en villégiature » et s’y montrer avec sa dulcinée dans sa maison de campagne. La normalité flirte avec la désinvolture. Le slogan, « je suis comme vous », est une insulte pour ceux qui sont obligés de continuer de travailler pour la simple raison qu’ils viennent de trouver un boulot après une période de chômage. La franchouillardise de ce Monsieur Prudhomme (qui a oublié son exclamation devant la mer : une telle quantité d’eau frise le ridicule !) s’étale dans ses haines affichées de certains excès, et son obstination butée sur ses convictions. Le calendrier du premier ministre n’est pas disponible sur le site du gouvernement, le calendrier du président de la république s’arrête au 1er août sur le site de l’Elysée ; se reposent-ils après avoir assommé une grande partie des français d’un substantiel relèvement des impôts ? ou bien réfléchissent-ils à quelque nouveau tour de vis fiscal ? ou encore méditent-ils sur une révolution des mœurs de ceux qui ne leur ont rien demandé ? Diriger un pays ne peut se borner à humer le vent, lancer des piques contre les riches ou la finance, prendre le contrepied systématique de son prédécesseur, et faire la sieste pendant l’été. L’oisiveté troublante du gouvernement a eu pour corolaire l’absence de réformes structurelles proposées au parlement, pourtant réuni en séance extraordinaire : il n’a voté que les plus ordinaires des lois, consistant à boucher les trous du budget par des recettes exceptionnelles. Pic et Ploc (François et Jean-Marc) nous font de la figuration, nous endorment avec leur catéchisme socialiste, nous bercent de leur normalité. Le réveil va faire mal.
Repost 0
Published by olivier seutet - dans politique
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 12:22
Mikhail Rudy est un extraterrestre. Avec un tempo mesuré, il nous a donné une interprétation divine des visions fugitives de Prokofiev, et de Petrouchka de Stravinski, avec en plus le régal dans un des bis d’un nocturne de Chopin. Rien de moins ostentatoire que son jeu : économie de mouvements, discrétion dans l’attitude, absence de brio technique, tout est au service de la précision, de l’art de respecter les pauses et silences. J’ai moins aimé les Tableaux d’une exposition de Moussorgski, qu’il accompagnait de la projection d’un film d’animation d’après le spectacle conçu pour cette musique par Vassili Kandinsky : peut-être ne suis-je pas sensible à l’art pictural de ce maître, et ces images, pour moi, plutôt que de suggérer un « art total », m’empêchaient de bien écouter la musique. Mais qu’importe, face à l’enthousiasme montré par ce pianiste.
Repost 0
Published by olivier seutet - dans tregor
commenter cet article