Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2019 4 13 /06 /juin /2019 10:15

Acte II ?! Quelqu’un pourrait-il dire au chef de gouvernement et au chef de l’état qu’il n’est pas question de théâtre. Les jeux politiciens présentés comme le tournant du quinquennat sentent le vaudeville : j’équilibre par un peu de sociétal (la PMA pour les lesbiennes) et un brin de populisme (moins d’impôts pour ceux qui en paient déjà peu), les économies nécessaires sur les chômeurs et les futurs retraités.

 

Pièce de boulevard où l’on préfère clamer sur scène, avec force, que l’on va continuer à faire des réformes que l’on a, naguère, à peine effleurées. Jeu de dupes où l’on feint d’accorder des rabais sans avoir la moindre idée de savoir comment il faudra boucher le gouffre des finances publiques.

 

Vraie farce où l’on feint de proposer des réformes institutionnelles pour s’écrier que des méchants (le Sénat) ne veulent pas y consentir, où l’on badigeonne de vert de simples mesures de bon sens (économies d’énergie, lutte contre la prolifération des plastiques), où le changement de méthode est proposé par Polichinelle au nom de Matamore.

 

Vrai drame pour tous ceux qui voient avec affliction cette pantalonnade du passage d’une politique Louis-Philipparde à celle de Badinguet.

Partager cet article
Repost0
11 juin 2019 2 11 /06 /juin /2019 12:20

La caste des architectes des monuments historiques a fait corps. Philippe Villeneuve responsable du chantier de rénovation de la cathédrale de Paris avant l’incendie n’a pas été inquiété : ni responsable, ni coupable. Quand même responsable du chantier de la reconstruction : à titre expiatoire ? Il a su la laisser bruler, il saura bien la sortir de ses cendres !

Le présumé non-coupable, et non-responsable nous tartine de ses affirmations péremptoires dans le journal Le Monde :

  • « la flèche de Viollet le Duc était un chef d’oeuvre"; c’est une opinion, que beaucoup d’autres n’ont jamais partagé; pastiche hideux, elle ne valait qu’à condition d’être vue de loin;
  • « La charte de Venise  nous oblige à reconstruire la flèche telle qu’élevée par Viollet le Duc » ; cette charte n’est ni une loi, ni un traité, mais le compte rendu d’un symposium d’architectes; elle ne s’impose ni aux décideurs, ni aux visiteurs et admirateurs de la cathédrale, ni au clergé et aux fidèles;
  • « Les murs peuvent s’écrouler d’un jour à l’autre » prétend-il pour dire qu’il faut prendre son temps; certes il est urgent de consolider et d’expertiser avant de décider quoi que ce soit, mais il ne va pas prétendre qu’il a été incapable en deux mois d’étayer les murs.

 

Pour résumer l’opinion de tout ce corps : « il faut laisser faire ceux qui connaissent ». Jamais. Prétendus spécialistes, qu’ils se cantonnent aux techniques de constructions et qu’ils laissent l’esthétique à tout le monde.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2019 7 09 /06 /juin /2019 21:30

L’avilissement des femmes prend chaque jour de l’ampleur. Toujours un profiteur quelque part pour faire du spectacle avec quelques pauvres filles qui se trémoussent sur une pelouse, singeant les footballeurs dans ce qu’ils font de plus ridicule. Et quelques féministes obtuses, ou un couple présidentiel à la recherche éperdue d’un peuple introuvable, se réjouissent de ce nouveau gloubi boulga servi à des spectateurs éberlués.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2019 7 26 /05 /mai /2019 09:36

Les capitaines de cette Europe de l’ absurde ont réussi à créer une monnaie sans politique économique, un pouvoir soumis aux exigences de n’importe quel pays faisant son chantage au nom de son droit de veto, un libéralisme niais ouvert à tous les dumpings des concurrents, à tous les pillages des pays émergents, un entité sans langue, sans frontière, sans histoire commune. Ce non-être est une prison épouvantable pour les peuples qui ont vu les usines s’enfuir, le chômage s’institutionnaliser, la présence dans les nouvelles technologies s’amenuiser, voire disparaître. La seule arme des dirigeants ineptes est de faire monter le pouvoir d’achat en important des produits à bas prix au prix de délocalisations, et de faire financer des transferts sociaux monstrueux par la dette.

 

Mais des dirigeants continuent de nous seriner leurs incongruités :

  • l’Europe c’est la paix ! Celle de Srebrenica et Sarajevo ? Celle du terrorisme que seule la France entend un peu combattre ?
  • l’Europe c’est la circulation des personnes ! Les plombiers polonais, les chauffeurs bulgares ? Les turcs et les maghrébins importés par des allemands des italiens et des espagnols stériles pour faire baisser les salaires ?
  • L’Europe c’est le domaine de valeurs de tolérance ! Tolérance à la charria ? Tolérance à la transformation de l’IVG en droit ? Tolérance envers les khmers verts et leurs idéologies régressives ?
  • L’Europe c’est la culture ! Oui de quelques élites, mais qu’en reste-t-il aux coeurs des cités islamisées, des banlieues dévolues au commerce de masse, de l’impérialisme des musiques esclaves des modes afro-américaines ?

 

Nous sommes pris au piège. Les anglais n’arrivent pas à se débarrasser  dans de bonnes conditions de la pesante tutelle bruxelloise. Les grecs n’ont pas pu s’extirper de la zone euro. Deux exemples inquiétants pour les peuples : ils sont arrimés à un bateau qui prend l’eau de toutes parts; ils sont dans une galère qui a perdu son erre; ils coulent  pavillon bas.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2019 7 26 /05 /mai /2019 09:26

Je n’ai de phobie pour personne. Pourquoi donc haïrais-je ?  Pourquoi n’accompagnerais-je ? Pourquoi ne convertirais-je pas ?

Mais pour beaucoup j’ai de l’indifférence voire du mépris, non pour leur personnes mais pour leurs modes de vie, leurs croyances, leurs attitudes, leurs cultures.

J’adore les homosexuels, j’ai horreur de leurs pratiques sexuelles.

Les musulmans me sont indifférents, leur religion me paraît entachée d’erreurs.

La phobie est une sorte de maladie des nerfs dont on vous affuble si vous ne supportez pas certaines moeurs ou certaines pensées. Je ne comprends pas quelle est la pathologie de trouver la sodomie dégoutante et de réprouver la charria.

Finalement j’ai peut-être, quand même une phobie c’est celle de ceux qui me traitent de phobiques.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2019 6 25 /05 /mai /2019 11:08

Il devient de plus en plus clair que la liberté de la presse en France ne coïncide plus avec la liberté d’expression. Une immense majorité de journalistes nous bombarde de fausses nouvelles et en même temps nous délivre des injonctions permanentes sur ce que nous devons penser.

 

Les fausses nouvelles, les faiques niouzes comme elles sont appelées dans leur jargon, concernent surtout l’écologie et le sociétal  :  dans une attitude parfaitement anti scientifique ils prétendent nous faire avaler que des corrélations valent lien de causalité. Les statistiques basées sur des coïncidences plus ou moins fortuites prétendent nous montrer que des sciences plus que molles peuvent établir des lois.

 

La convenance envahit toutes leurs formes d’expression. Des homélies retentissent en permanence pour nous prêcher l’antiracisme, l’antisexisme, l’antinationalisme, l'antixénophobie, l'anti tout et n'importe quoi pourvu que s'étale la compassion, la pleurnicherie, la précaution. Toute cette logorhée, sans aucune transcendance, se nourrit uniquement d’une épouvantable adoration du moi,  qu’ils veulent bien étendre aux « autres ». Pitoyable humanisme qui n‘est qu’un transfert d’égoïsme.

 

Heureusement la fin du journalisme, arrive à grands pas; comme les carabiniers, ils sont en retard sur tout ce qui se passe dans le monde, ils sont dépassés par les réalités scientifiques et économiques. Ils ne sont pas les « happy few » qui croient distiller les informations qu’ils ont choisies, mais les « has been » qui ne comprennent plus rien à un monde trop complexe pour eux.

Partager cet article
Repost0
20 mai 2019 1 20 /05 /mai /2019 15:59

Je déteste les « hommes vides ». Murakami a précisé qu’avec leurs mots creux, ils essaient d’imposer leur propre insensibilité aux autres. Macron a confirmé avec son mépris pour ceux qui seront les gilets jaunes qu’il était sans fond. Il a prouvé avec son traitement de la crise par le grand débat qu’il était de cette race qui colporte des  slogans pour mieux étouffer la voix du peuple.

La campagne de Loiseau a du plomb dans l’aile. Au tour de la baudruche, qui tente de la remplacer, de se dégonfler.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2019 1 13 /05 /mai /2019 08:33

Le ponctionnaire fait partie d’une caste forte de son statut et de sa puissance électorale qui la rend quasiment inamovible.

 

Il trône à Bercy, il matraque dans tous les logements, il coasse contre les paradis fiscaux. Oui, le ponctionnaire c’est l’enfer.

Il prétend être indispensable au nom du service public. Or il n'est trop souvent qu'un sévice public.

Il asphixie les bureaux, les hôpitaux et les écoles d'une flemme irrépressible. Et il l réclame encore plus de sous  : décidément, il ne manque pas d'air.

 

Une fonction publique à purger d'urgence pour sauver et récompenser ses membres dévoués.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2019 5 10 /05 /mai /2019 08:01

L’aventurier perce sous la figure du surdoué des études qui n’a pas raté l’ENA, faute de Normale Sup, sous le costume du banquier qui n’ a pas loupé le bonus malgré le peu d’affaires traitées, sous le spectre du traitre qui est sorti de l’ombre juste au dernier bon moment pour trucider celui qui l’avait fait. L’opportuniste était à soupçonner dans ce passé : mais on pouvait croire que le héros tendu vers un but de rénovation de son pays avait su utiliser les circonstances. Las, le badinguet s’est très vite révélé. La clarté est venue de l’Orient, comme de juste, avec les premiers ricanements d’Angela et de Vladimir qui ont laissé le paillasse tonitruer sur les estrades en oubliant complètement de tenir compte de lui. Elle s’est propagée vers l’Occident, logiquement avec le temps, quand la vérité se fit jour dans le cerveau trumpiste, que le paltoquet ne valait pas que l’on s’appuie sur lui. Ce n’est qu’alors que certains français ont commencé à douter de la clarté du bonhomme; certes il s’agissait de chômeurs professionnels, d’alcooliques très peu anonymes et de vieillards envieux regroupés sous le label de gilets jaunes : coalition hétéroclite, fascisante, mais non dénuée de sens de la manoeuvre; appuyée par une majorité du pays qui les méprisaient mais trouvaient farce d’embêter ce président en qui ils croyaient de moins en moins. Et alors c’est la déroute de Maximilien, la reddition de Sedan, l’abdication veule : le président lâche sous la menace, sans négociations, dix milliards qui n’avaient pas été demandés; le trouillomètre à zéro il s’embarque dans la manoeuvre la plus antidémocratique qu’il soit avec ses assemblées de quart de notables qui sont réunies aux quatre coins du pays pour proposer des réformes ! Mascarade incroyable où il est oublié que seule la voix des urnes peut arbitrer. Imposture de faire croire qu’il existe des corps intermédiaires pour décider d’une politique alors qu’ils ne sont là que pour l’infléchir, l’amender, l’adapter. Comme il était prévisible les quart de notables consultés se lancent dans une compétition de populisme à coup d’augmentations d’impôts pour les autres, de demande d’aides supplémentaires pour eux, et de possibilités de révocations des gens qu’ils ont élus au gré de leurs caprices. Devant ce monceau d’inanités, le freluquet nous concocte une synthèse digne des plus beaux jours des courants socialistes qui en réalité sonne le glas de ses quelques rares projets interessants : oubli de la réduction du nombre de fonctionnaires (donc abandon de la réduction des dépenses publiques), oubli de l’obsession de créer des emplois (donc acceptation d’un taux de chômage élevé).

Ridiculisé dans le monde, méprisé en France, que sauvera-t-il de son règne ?

Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 14:34

Six misérables portants ornent désormais le rond point des Champs-Elysées : un endroit pour que des géants y accrochent leurs manteaux ?  A moins qu’il ne s’agisse d’éléments pour cabine de douche, toujours pour grandes personnes ? Qu’importe, ces prétendues fontaines font rimer mocheté de ces silhouettes étiques et anguleuses, absurdité de ces jets d’eaux dirigés vers le sol, prétention des matériaux utilisés et qu’on ne soupçonne pas. Un désastre aquatique pour lequel on devrait faire boire la tasse à Hi-Hi Cra-Cra et son Girard.

Partager cet article
Repost0