Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 10:00

Editorialiste des Echos, conseiller spécial à l’Institut Montaigne, professeur au King’s College, Il fait partie de ces élites autoproclamées qui affectent de ne pas comprendre ce qui se déroule sous leurs yeux. Ils baptisent du terme, méprisant dans leur esprit, de populisme ce qui contrevient à leur dhoxa basée sur deux convictions :

  • la mondialisation est inéluctable, avec les corolaires qu’il est vain d’aller contre la naissance d’un citoyen du monde, et que « big is beautiful », et donc l’avenir est dans l’abolition des pays dans des entités de plus en plus larges ;
  • la légitimité démocratique est synonyme de la primauté du juridique sur la culture ; ce qui est important n’est pas d’être libre de penser mais d’être obéissant à un état conçu comme l’expression parfaite de la volonté des citoyens.

Le populisme, à ce titre, et pour lui, n’est que l’inverse de ces principes.

Le Brexit est l’expression d’un rejet d’un certain type de mondialisation : celui qui fait que le moins-disant social triomphe, soit à cause de régulations européennes qui prétendent imposer une libre circulation des personnes sans harmonie des couvertures sociales, soit à cause d’une immigration du Commonwealth qui tire les rémunérations britanniques salariales vers le bas sans contreparties significatives exigées des pays sources. Evidemment un vote à un référendum mélange du rationnel (les régulations européennes) et de l’irrationnel (une immigration des ex-colonies) : mais autant il est légitime de qualifier l’irréalisme de populiste, autant il est absurde de ne pas vouloir comprendre que le rejet de l’Europe par les Britanniques est une option légitime. La Grande-Bretagne n’était pas dans l’Euro, sa place financière peut continuer à fonctionner aussi bien que New-York ou Dubai, la Grande-Bretagne n’a pas besoin du plombier polonais, ou du soudeur roumain; la Grande-Bretagne n’a besoin que de traités de libre-échange entre elle et les pays européens, traités dont on ne voit pas qu’ils seraient dans l’intérêt de toutes les parties et donc sans difficultés de principe à négocier. Alors le Brexit est populiste dans sa partie qui ne concerne pas l’Europe, il est parfaitement légitime dans son rejet d’un Bruxelles qui a abdiqué depuis longtemps (depuis toujours ?) dans sa rage de régulations (la foultitude des obligations sur la libre circulation des hommes et des marchandises) et son absence de principes (l’absence de toute définition de ce qu’est l’Europe et de ce qu’elle doit devenir).

Le populisme est également associé à un nationalisme identitaire porté par la crise migratoire. Je ne comprends pas ce qu’il y a de non défendable dans l’idée qu’un peuple, une universalité de citoyens, passe un contrat avec ses dirigeants pour leur déléguer un certain nombre de missions régaliennes, et parmi celles-ci la défense de sa culture incarnées par une langue, un mode de vie. Il est malhonnête de qualifier de « peur » une volonté de défendre (et pas seulement de défendre, mais de promouvoir, de répandre) des acquis, des modes de pensée, des façons de travailler et de réaliser. Le biais qui consiste à nier les identités en les affublant, pour les discréditer, du qualificatif d’ethnique est profondément malhonnête ; la relativité des identités (leur absence d’importance essentielle, leur absence de résilience) n’est qu’une opinion, celle de penser qu’un métissage mondial de toutes les cultures est un avenir inéluctable, qu’il est de plus souhaitable parce que la richesse viendrait du mélange. Dans l’esprit des contempteurs de l’identité des pays, des religions, des cultures, la liberté des individus doit s’effacer derrière une conception d’une démocratie mondiale qui n’aurait d’autre souci que le bonheur de chacun corseté dans un appareil de lois dites humanistes qui privilégieraient en fait les libertés d’aller, de commercer, sur celles de penser ou de créer.

Cette philosophie utilitariste conduit les Moïsi et autres à ne rien comprendre à ce qui provoque colère et révoltes chez les peuples occidentaux, et ne peut justifier qu’ils traitent avec condescendance, et même avec mépris, ce qu’ils sont incapables d’analyser correctement.

 

Repost 0
Published by olivier seutet - dans identité
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 18:06

Va je ne te hais point dit Chimène.

Pour mieux te résister, j’ai recherché ta haine dit Phèdre.

Pour elles la haine est le contrepoint de l’amour. Elle n’a rien à voir avec l’expression des cités « j’ai ou je n’ai pas la haine » qui n’est que l’expression d’un contrôle ou d’une absence de contrôle de la rage d’êtres frustes.

L’absence de haine est le reflet de l’indifférence d’Hippolyte, de l’égoïsme guerrier de Rodrigue. L’humanité est du côté de Phèdre, et de Chimène, qui vivent, qui réagissent, qui sont pétries de sentiments qui flirtent avec la haine ; les Hippolyte et Rodrigue pourraient être considérés comme les représentants des bons sentiments, du respect des lois quelques injustes qu’elles paraissent, de cette froideur qui ignore la haine.

Il faut se méfier de la haine de la haine.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 17:43

Au 55 rue du Faubourg saint-Honoré, règne une mentalité d’assiégé. Le vulgaire est maintenu à distance : trottoirs interdits tout autour du palais. A croire qu’ils craignent le peuple. Et s’ils avaient raison ? Qui peut croire que ces crétins de d’électeurs n’ont pas envie de mettre le locataire à la porte, de lui faire payer ses mensonges ? Tous imaginent que les sans-dents rêvent de lui faire bouffer les kilomètres de lois, décrets, circulaires qu’il a prétendu inspirer pour leur bien ! Qui ne rêve d’une justice expéditive pour se débarrasser de l’incapable qui tente de s’incruster dans son fromage … d’un crétinicide.  

Repost 0
Published by olivier seutet - dans politique
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 17:39

Etouffe-chrétien pourtant ni halal ni casher.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 17:34

Libération par les barons chrétiens de populations asservies par des nomades turcs fraichement islamisés.  

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 17:33

Ont inventé le divan (pour les esclaves caucasiennes de leur sérail), le lacet en soie (pour faire étrangler leurs ennemis par des janissaires balkaniques), des portes sublimes (menant au palais des vizirs au titre si persan), les derviches tourneurs (danseurs pas du tout mondains). Des emprunteurs au goût raffiné. 

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 18:35

Offense à la doxa des communicants , au bien-pensisme des élites auto-proclamées, aux analyses de tous les experts, analystes, sociologues, anthropologues, psycho-sociologues, politologues, économistes, journalistes, éditorialistes, chroniqueurs des matinales, et autres sous-fifres qui encombrent les médias de leur verbiage sans cesse recommencé. La sidération est caractérisée par l’air hagard du premier qui doit annoncer la nouvelle incroyable qui renverse tous les poncifs auxquels il croyait dur comme fer ; elle se propage dans une sorte de bégaiement compulsif qui fait redire cent fois, mille fois, aux divers intervenants, leur incapacité à accepter la vérité, leur fureur à la voir se manifester, leur inquiétude bilieuse à la voir s’étaler ; elle se transforme en intolérance affichée, proclamée, assumée, que cette vérité là n’est que manifestation du Malin, prodrome des horreurs prédites depuis longtemps par tous les millénaristes inspirés, et qu’il faut donc non seulement la mépriser, l’ignorer, mais surtout combattre tous ceux qui ont contribué à sa manifestation, la légion des médiocres, des mâles blancs, des homophobes, racistes et autres créationnistes adeptes de l’évangile et de la Bible, des climato-sceptiques, racialistes, culturalistes, misogynes, chômeurs, red-necks, et des laissés pour compte de la mondialisation enfin de tous ceux qui ont voté pour le Brexit ou pour le Donald .

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 10:02

Un film majeur, un de plus de Ken Loach. A la frontière de la sensiblerie, sans perdre le contact avec la réalité. Un décor jamais laid mais toujours austère, un peu sale, et surtout triste du nord citadin de l’Angleterre. Des personnages attachants : un ouvrier de 60 ans, malade qui attend sa pension d’invalidité, une femme jeune avec ses deux jeunes enfants expulsée d’un Londres trop cher, des voisins sympathiques, des gens compatissants et une administration bête et méchante. Le drame social est étalé dans le déclassement, la peur d’un lendemain sans toit voire sans nourriture assurée, l’indifférence d’un état qui députe des mandataires dépourvus de sentiments et d’intelligence des situations.

Pourquoi aller chercher des analyses de sociologues, politologues sur le pourquoi du Brexit, du vote populiste : un artiste sait mieux exprimer que n’importe quel expert la désespérance des oubliés du progrès.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 10:12

Branle-bas de combat dans tous les médias français. Les mines contristées, les voix chagrines, les indignations devant le mauvais sort fait à leur idole, Hillary Clinton, relevaient d’un enterrement en grande pompes. Rien ne pouvait calmer leur sidération devant l’effroyable exercice de démocratie qu’a pratiqué le peuple américain. Comme pour le Brexit, une fois de plus, les crétins, les mâles blancs, les sous éduqués, les laissés pour compte de la mondialisation ont formé une majorité ! Pas une bouche des grandes voix de France-Inter et d’ailleurs pour ne pas vitupérer les indignes qui ont voté contre la raison, les absurdes qui n’ont toujours pas compris les richesses du multiculturalisme,  les attraits de la délocalisation, les arriérés qui se révoltent contre les lumières des élites mafieuses. Incroyable déni de la démocratie, qui est un régime qui n’a qu’un seul intérêt qui est de donner un même droit civique à tous, en oubliant les origines, les éducations, les capacités. Mais les fausses élites qui prétendent nous gouverner n’arrivent toujours pas à intégrer que leurs diplômes ne sont pas des sauf-conduits, que leurs échecs méritent des punitions, que leurs promesses sociales, humanitaires, sont des mensonges pour beaucoup. Le Clintexit et le Brexit sont des coups de fouets bienvenus pour les marchands du Temple qui encombrent les espaces médiatico-politiques.

Repost 0
Published by olivier seutet - dans monde
commenter cet article
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 09:49

Une majorité d’hommes jeunes, lâches qui se ruent hors d’Afghanistan, Erythrée, Syrie, Soudan ; tous des pays abominables, dirigés par des exaltés. Ils abandonnent tout, père, mère, sœurs, voire femmes et enfants pour aller trouver le « vivre ensemble » de l’Europe occidentale, son accueil de tout le malheur du monde. Au nom de quel droit d’asile veut-on offrir un refuge, des papiers à ces êtres qui ont perdu toute dignité, qui refusent de défendre les armes à la main ceux qui devraient leur être chers. Traitres à leur pays, il faut les leur rendre afin que justice passe pour ces déserteurs. 

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article