Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 10:06

A quoi bon être ambitieux , si l’on n’a pas de talent. Les Chirac et autre Hollande ont porté à leur paroxysme ce mélange singulier d’une immense soif de pouvoir, conjuguée à une désespérante absence d’un don quelconque pour gouverner ; ardents, imaginatifs, retors, méchants, astucieux, hâbleurs, infatigables (voire increvables), rusés, cyniques, pour s’emparer de la place suprême ; indolents, procrastinateurs, velléitaires, opportunistes dès qu’il s’agit de gouverner. Ils n’ont pas la fibre d’un homme d’état quoiqu’ils aient essayé de nous faire croire. Alors faute de nerfs ou de muscles qui leur soient propres ils s’appuient sur des béquilles : réseaux de rad-socs, ou de franc-macs, népotisme, copinage, obligés, benêts en dévotion confite, arrivistes en fausse adoration, subterfuges qui ne trompent que les ahuris et les abrutis.

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 09:55

Parmi les propositions qui seraient utiles pour combattre les stéréotypes et viendraient agréablement compléter les remarquables initiatives déjà prises en supprimant la dénomination de Mademoiselle, ou en imaginant le changement de maternelle en paternelle, je suggérerais :

- L’abandon de la patrie aux accents virilo-macho au profit d’une matrie plus douce, moins guerrière,

- L’oubli d’un patrimoine, honni par tous les adeptes de la pauvreté généralisée, au profit d’un matrimoine qui chanterait les grâces des héritages utiles,

- L’interdiction du patronyme symbole de la pérennisation du masculin au profit du matronyme comme juste revanche de millénaires d’oppression,

- Plus de patrons voyous, remplacés désormais par des matrones à l’écoute,

Et pour couronner le tout que la dénomination de l’espèce même ne se résume plus à « homo » erectus ou sapiens mais comporte soit des « femen, femina » affublées d’adjectifs flatteurs, soit des « homo, homines » débandés ou concons.

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 11:13

Paroles minimales des musulmans de France : ils s’élèvent contre la barbarie de la décapitation d’un français en voyage de tourisme ! On se doute qu’ils ne sont pas pour, inutile de manifester pour nous raconter une telle évidence, à moins que ce ne soit qu’une pure opération de communication pour tenter de sauver le sunnisme de France de la réprobation.

Mais, désolé, on attend bien plus. L’Islam se refuse toujours et encore à faire son aggiornamento ; que ne dit-il ce que signifie réellement le Djihad : une simple lutte spirituelle contre les tentations du mal et non pas une guerre saint pour convertir les infidèles ; que ne proclame-t-il que la partie de la charia qui ne concerne pas le culte est non seulement impraticable mais condamnable dans les états qui l’appliquent comme l’Arabie Saoudite en particulier et d’autres sous son influence; que ne relance-t-il pas la réflexion sur la place des femmes dans le monde islamique, sur la place des infidèles, sur la place de l’art et tout spécialement de la musique, de la figuration.

Un monde à revoir, à réexaminer, mais les musulmans de France ne veulent pas profiter de cette occasion pour entrer enfin dans la voie d’une modernisation d’une religion empêtrée dans ses contradictions.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 10:36

Il a envoyé deux rafales détruire un bunker logistique. Cette piqure est qualifiée de guerre ; le chef de l’état est immédiatement photographié l’air soucieux devant une carte déployée avec à ses côtés son chef d’état-major particulier ; les commentateurs stipendiés entonnent aussitôt le péan en l’honneur du président responsable et courageux, défenseur des gentils musulmans contre les méchants islamistes ; ce n’est plus François le Petit, mais Alexandre le Grand remportant la victoire de Gaugamèles (près d’Erbil, l’antique Arbèles) sur les barbares ; l’archange Michel, messager d’Allah (et aussi de Yahvé et du Dieu des chrétiens) terrassant le dragon Daesh.

Le Tartarin du Faubourg a beau lancer sa mélopée guerrière, son écho se perd dans les ricanements d’Obama et de Cameron qui se plaignent de sa pusillanimité, les gloussements d’ Assad qui attend les frappes du généralissime sur la Syrie, les incantations des preneurs d’otages qui viennent lui demander l’aumône.

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 14:06

Les obèses obstruent le paysage. Leurs énormes fessiers dégoulinent de pantalons obscènes, leur ventre pendouille au-dessus de ceintures réduites au rôle de faire-valoir, leurs seins ont perdu toute idée de maternité dans un amoncellement de viandes flasques. Elles ont une insulte à tous les pauvres hères qui n’arrivent pas se nourrir, à tous les efflanqués qui ont de la peine à acheter leur minimum vital ; elles abritent leur fringale de bouffe, sucrerie, sodas, derrière une soi-disante maladie qui n’est autre chose que leur insondable paresse, leur gloutonnerie qu’elles ne veulent pas contraindre, leur idolâtrie de leur tube digestif ; elles encombrent tout le monde de leur laideur, et de leur arrogance. Un bonne solution serait de les coffrer pour exhibitionnisme manifestement contraire à l’ordre public, déviance par rapport à un comportement rationnel, pollution visuelle : une bonne semaine d’eau, jambon et yaourt leur ferait de plus le plus grand bien.

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 17:06

Du Miro sans la ductilité. Du Botero sans la force. Des matériaux style arte povera. Des couleurs choisies au hasard. Des sculptures obèses qui respirent la prétention de la faiseuse. Des machins disproportionnés qui étalent l’hubris de Niki de Saint-Phalle. Elle est complètement le précurseur de cet art contemporain laid, sans saveur, bourré de prétention et de messages. La commissaire de l’exposition, les critiques féminines s’extasient avec la perle de Valérie Duponchelle : « rétrospective attendue comme le retour à Ithaque », ce qui ne veut strictement rien dire mais mélange un vernis culturel au vide de ces nanas creuses. Un nom programmatique, Niki de Saint-Phalle (la victoire du vénéré phallus ?) pour proclamer le matriarcat, mais elle n’érige que des baudruches. Les mecs lui crachent à la gueule.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 17:28

Une fois de plus la diplomatie française étale son incohérence :

- Elle paie pour la libération d’otages donc finance le terrorisme, tout en proclamant le combattre ; ce qui indigne même Obama ;

- Elle refuse une alliance avec Bachar al Assad tout en proclamant vouloir écraser son principal opposant qu’est l’état Islamique ; ce qui laisse sceptique sur l’efficacité au sol de l’entreprise de guerre, au moins en Syrie ;

- Elle reste muette sur nos relations avec l’Iran : quel est le prix politique accepté pour que l’action au sol en Irak soit soutenue par l’Iran chiite ? l’abandon des Kurdes, ou la partition de l’Irak entre un état chiite définitivement à la botte de Téhéran et le reste indépendant ou laissé à de pays voisins ?

- Elle reste muette sur nos relations avec les nations sunnites : comment s’allier maintenant avec tous ces pays qui soit comme la Turquie ont laissé des djihadistes européens rejoindre l’Etats Islamique, soit comme l’Arabie Saoudite ont soutenu les tribus sunnites d’Irak alliés de l’Etats Islamique ; on a comme une curieuse impression d’une alliance du bout des lèvres ;

Derrière ce constat, se révèlent tous les défauts habituels de notre politique : absence de hiérarchie des priorités, tentatives de courir plusieurs chevaux à la fois, ce qui entraine une obscurité dans les buts de guerre et fatalement des opérations qui iront vers l’échec. Si à cela on rajoute des moyens militaires dont nos chefs ont déjà mentionné qu’ils étaient à l’extrême limite de l’opérabilité, et une bassesse abjecte envers tout ce que dit et fait le grand allié américain, on comprend volontiers que certains se posent la question de l’utilité de s’engager dans un conflit aussi mal préparé, aussi mal engagé. La célèbre formule va pouvoir être ressortie « Veni, Vidi, Perdidi (je suis venu, j'ai vu, j'ai perdu la solution) ».

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 12:12

Curieux ces gens qui se disent enracinés dans le présent ; ils sont hors-sol ? Par définition, le présent n’existe pas, il n’est qu’une frontière immatérielle entre ce qui est déjà arrivé et l’inconnu. Ils veulent peut-être parler du présent en tant que passé immédiat (une heure, un jour, un mois, un an ?) ; pourquoi le choix de ce passé là, plutôt que d’un plus lointain : ils se prennent pour des plantes annuelles ?

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 13:31

L’arracheur de dents a encore menti ; malgré ses dénégations il n’aime personne, ni les riches, ni les pauvres ; ses protestations sonnent faux.

Le chirurgien-barbier de l’Elysée a encore tenté de nous limer les canines avec quelques paroles pour éviter d’être mordu ; mais la hyène qu’il prétend encore la femme de sa vie se chargera de lui replanter ses crocs dans le gras.

Il veut rester encore deux ans et demie dans son officine sous prétexte que le contrat de bail est signé jusqu’en 2017 ; mais les sans-dents vont se charger de lui rectifier la mâchoire s’il reste à prodiguer des soins dont plus personne ne veut.

Il nous brandit la constitution comme une panacée à son incurie ; il ferait bien de relire les articles concernant la capacité à exercer ses fonctions : il a abusé de la roulette sans nous guérir de nos abcès pendant plus de deux ans, ne comprend-il pas qu’il lui faut déguerpir s'il ne veut pas arborer un râtelier ?

Partager cet article

Repost0
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 12:54

Retraites : faut-il comparer le poids des retraites versées à l’ensemble des femmes à celui de celles versées aux hommes ?

Santé : … et analyser le poids des dépenses de santé des femmes et celui des hommes ?

Travail : à quand des quotas d’hommes dans la magistrature, l’éducation, la santé ?

Mixité : pourquoi ne pas supprimer le sexisme patent de compétitions sportives séparées pour les hommes et les femmes ?

Culture : serait-il pertinent d’introduire des quotas hommes/femmes dans les univers machistes des artistes exposés dans les musées, des auteurs conservés dans les bibliothèques, des compositeurs joués dans les salles de concert ?

Langue : que penser du masculin attribué au soleil qui resplendit et du féminin de la lune falote ; de l’arbre pérenne et de la fleur éphémère ; de l’original qui fait foi et de la grosse qui n’est qu’une copie ; du courage et de la lâcheté ?

Comme gazouillerait l’inénarrable secrétaire d’état, Rossignol : « il y a encore du taf » (en dehors de la couleur des cartables) et comme le recommanderait l’inamovible sénateur de l’Aude, Roland Courteau : « il faut lutter contre les stéréotypes de sexe ».

Partager cet article

Repost0