Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 19:02

Madame Taubira avait … de cette sorte d’esprit qui lui était nécessaire pour ne pas paraître sotte à ceux qui ne la connaissaient pas. Elle avait plus d’aigreur que de hauteur, plus de hauteur que de grandeur, plus de manières que de fond … plus de dureté que de fierté, plus de mémoire des injures que des bienfaits, … plus d’opiniâtreté que de fermeté, et plus d’incapacité que de tout ce que dessus.

Monsieur Le Foll n’avait du cœur que parce qu’il est impossible qu’un membre (du Parti Socialiste) n’en ait point. Il avait tout l’esprit qu’un homme qui a beaucoup plus d’art que de bon sens peut avoir. C’était le galimatias du monde le plus fleuri.

Monsieur Fabius était d’une valeur éprouvée et d’un sens profond. Je suis persuadé … que l’on a fait tort à sa (conduite) quand on l’a décriée. Je ne sais pas si l’on a point fait quelque faveur à son mérite, en le croyant capable de toutes les grandes choses qu’il n’a point faites.

Madame Vallaud-Belkacem était d’une très grande beauté. La modestie manquait à son air. Sa morgue et son jargon eussent suppléé, dans un temps calme à son peu d’esprit … Elle n’aimait rien que son (maroquin) et, au-dessus de son (maroquin), sa (carrière à venir).

Monsieur Valls avait, avec la belle (fonction de premier ministre), de la vivacité, de l’agrément, de la dépense, de la libéralité, de la justice, de la valeur, de la grandeur, et il ne fut jamais qu’un homme médiocre, parce qu’ il eut toujours des idées qui furent infiniment au-dessus de sa capacité.

Monsieur Sapin n’en était pas jusques à l’idée de (l’équilibre budgétaire) : il n’en avait que l’intention. Il en avait ouï parler à (Bruxelles) ; il en avait un peu retenu du jargon. Celui-là, mêlé avec les expressions qu’il avait tirées très fidèlement (du programme du candidat socialiste à la présidence) formait une langue qui (n’eut pas) déparé le bon sens de (Monsieur Perrichon) … Il se croyait habile, et c’est ce qui le faisait paraître artificieux, parce que l’on connaissait d’abord qu’il n’avait pas assez d’esprit pour être fin.

J’oubliais presque Monsieur le président Hollande, ce qui n’est pas un bon signe pour un chef … Je ne crois pas vous le pouvoir mieux dépeindre, qu’en vous disant que ce chef … était un zéro, qui ne multipliait que parce qu’il était (président de la république). Voilà pour le public. Pour ce qui était du particulier, la méchanceté … inondait en lui toutes les autres qualités, qui n’étaient d’ailleurs que médiocres et toutes semées de faiblesses.

Partager cet article
Repost0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 10:59

Manque de respect du sacré qui se manifeste pas des propos et actes blasphématoires envers les symboles religieux.

Dans notre culture laïque le sacré semble s’être rabougri autour des cimetières ; de nos jours on ne profane que des tombes, seul lieu où le blasphème est encore prohibé. Il ne reste qu’un seul Dieu dans l’humanisme républicain, c’est l’homme lui-même, et l’on ne peut porter atteinte qu’à lui , voire même qu’à sa chétive enveloppe corporelle. Triomphe absolu du matérialisme où quelques cendres ou ossements valent plus que les idées et croyances des vivants.

Victoire du chrysanthème en plastique sur la métaphysique.

Partager cet article
Repost0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 09:55

Habitant de la cité, reconnu par ses pairs, se transforme sous la pression des communicants en une sorte de marque dont il faut décliner les produits dérivés :

- Le geste citoyen (trier ses ordures, ramasser les crottes de son chien, se vacciner contre la grippe),

- L’attitude citoyenne (aimer les autres, les vrais gens, les SDF, les sans-papier) - Le vote citoyen (mettre un bulletin dans l’urne de préférence pour un parti de gauche, au pire pour un parti dit de gouvernement),

- Le comportement citoyen (prendre sur sa paresse naturelle pour faire part aux autorités de comportements, de propos racistes, sexistes, homophobes, machistes, etc… etc…),

- La culture citoyenne (adorer les arts et cultures premiers, le métissage des cultures lorsqu’elles ne sont pas premières).

En bref survivance actuelle du bourgeois conformiste du XIXème siècle avec son respect des lois et règlements, son admiration de l’état et de ses représentants, sa veulerie à l’égard des idées officielles.

Partager cet article
Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 17:33

Mais que cache le slogan de Martine Aubry « le care, le dare, le share » ? Pourquoi l’a-t-elle codé dans une langue étrangère ? Le message ne doit-il être entendu que par des initiés ? A-t-elle peur tout simplement d’une magistrature couchée qui la trainerait dans les prétoires si son exhortation venait à être décryptée ?

Care ? S’occuper un peu sérieusement des guignols qui prétendent nous gouverner.

Dare ? Oser les mettre à la porte de l’Elysée et de Matignon.

Share ? Partager leur corps entre les crocodiles qui les guettent dans le marigot.

Que d’assonances anglo-saxonnes pour camoufler son appétit personnel, sa haine de ceux qui lui ont pris la place qu’elle méritait, et son ralliement à l’apologie du tyrannicide, voire même du crétinicide.

Partager cet article
Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 17:31

Partager un couscous. Etre polygame. Dialoguer avec des gens qui se barbent à vous écouter. C’est le choix de l’option souk !

Partager cet article
Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 12:22

Draghi autorise l’émission de la fausse monnaie sous les applaudissements extasiés des commentateurs qui se baptisent « keynésiens » ou « socialistes ».

Les grecs veulent reconstituer leur fonction publique pléthorique en les payant en monnaie de singe sous les vivats des médiateux partisans de la relance par la consommation.

Sapin creuse les déficits au prétexte d’union nationale ; de l’art d’accommoder le terrorisme dans un pâté d’alouettes pour mieux cacher l’indigence des réformes.

Macron vend ses révolutions économiques dans un salmigondis invraisemblable de propositions insipides et d’amendements et de sous-amendements improvisés sans concertation par des députés vraiment de gôche.

Mais qui peut se féliciter de cette accumulation de propositions calamiteuses ?

Partager cet article
Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 11:54

Le suffrage universel prévoit qu’une majorité de médiocres puissent choisir les dirigeants. Le système n’est guère satisfaisant dans son principe : on ne voit pas pourquoi des veaux, comme dirait le général de Gaulle, auraient l’intuition la plus fine dans le choix de dirigeants. Mais il est difficile de trouver préférable la loi du plus fort ou la loi héréditaire.

Il faut donc bien admettre que les crétins, tous les crétins puissent s’exprimer ; une démocratie ne peut sombrer dans une sorte d’eugénisme qui consisterait à dire que certains votes seraient entachés d’illégitimité pour cause de neurones trop faibles ou de raisonnements absurdes de certains électeurs. Il est légitime de dénigrer, stigmatiser, exclure des élus, il est impossible de le faire avec des électeurs, sauf à saper l’un des fondements de la démocratie, le suffrage universel et l’égalité des bulletins de vote dans l’urne.

Bien entendu, quelques trotskystes, et ceux qu’ils intimident, seront toujours d’accord pour reprendre le cri de la Terreur « pas de liberté pour les ennemis de la liberté », remodelé par les socialistes « vous avez juridiquement tort pace que vous êtes politiquement minoritaires ». Leur idée de base était et reste toujours que quelques élites se doivent d’éclairer le peuple quitte à le manipuler. Aujourd’hui, cela prend la forme du grand air de l’union nationale qui se transforme en front républicain. Approche dite républicaine qui est un meurtre de la démocratie : les électeurs du front national sont assimilés à une bande de xénophobes genre red-necks, islamophobes excités, anti-européens compulsifs ; c’est peut-être vrai, mais une élection démocratique interdit que l’on choisisse de ne pas tenir compte de ces opinions. Ce n’est certainement pas en refusant toute forme de représentation à toute une catégorie de la population que l’on va la convaincre de renoncer à ses lubies.

La défense de valeurs de la république ne peut servir de cache-sexe à une absence d’esprit démocratique.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 09:22

Partager un couscous. Etre polygame. Dialoguer avec des gens qui se barbent à vous écouter.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 09:17

Compromis entre pédophobe et démagogue.

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 09:40

Oubliées les bocca di leone de Venise où les envieux déposaient leurs dénonciations, finies les missives anonymes composées avec des lettres découpées dans les journaux que les bonnes âmes mettaient à la poste pour soulager leur conscience, adieu à toutes les trahisons artisanales. Maintenant les codes d’éthiques des sociétés privées sacralisent les lanceurs d’alerte, lois et circulaires prévoient explicitement la protection des personnes accomplissant un acte citoyen au profit de l’état, et les médias défendent jalousement le secret des sources qui leur permettent de baver officiellement.

Partager cet article
Repost0