Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 10:21

La question centrale, en cette fin d’année, est de savoir pourquoi les rats ne quittent pas le navire ? La situation n’est pourtant pas bonne : depuis un an le nombre de chômeurs loin de subir l’inflexion promise n’ a cessé d’augmenter quasiment avec le même rythme de progression, le déficit budgétaire n’a probablement pas bougé d’un iota entre 2013 et 2014 (on ne le saura que dans un ou deux mois), l’endettement du pays a continué de grimper vers des sommets de plus en plus vertigineux, le déficit commercial est toujours abyssal malgré la réduction de notre consommation en produits énergétiques, au rebours de toutes réformes annoncées le nombre de fonctionnaires a encore augmenté significativement, nos cités frétillent au nom de « dieu est grand » en arabe et s’offusquent d’une crêche immédiatement ravalée au rang d’objet culturel, nos grands hommes (du moins ceux reconnus comme tels à l’étranger) Patrick Modiano, Jean Tirole, Arthur Avila sont immédiatement replongés dans l’anonymat, des musées éclosent sur nos territoires superbes structures vides de tout (Immigration à Paris, Confluences à Lyon, Mucem à Marseille, Louis-Vuitton dans le bois de Boulogne). La troupe des rats semble pourtant satisfaite, et continue de grignoter ses fromages ; elle se gausse des déclinistes et autres çavapétistes qui l’implorent de faire autre chose que de préserver leurs statuts, leurs avantages acquis, et leur assistanat ; la troupe des rats voudrait même interdire toute forme d’expression qui pourrait propager un sentiment de pessimisme nocif à la bonne ambiance de leurs festins et orgies. Dans le confort des palais de la République le rat boit … pour oublier les problèmes. Sous les ors des bureaux de fonction le rat joue … à nier le réel. Dans le confort de son statut le rat ronge à belles dents les offrandes des sans-dents. Souhaitons une campagne rapide pour élimine cette vermine.

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 10:18

Tentative de kékés et autres laïcards pour enfouir la fête de la naissance du Christ dans la graisse des confits et des foies gras et la submerger de flots de roteux

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 10:40

Lorsque dans la crèche le berger s’approche du berceau avec son troupeau de moutons, au milieu d’entre eux l’un est noir. Zemmour est en train de vivre cette expérience pénible d’être différent, original, travailleur, au milieu des conformistes, suivistes, superficiels ; qu’un Bruno Le Roux éructe contre lui n’a certes guère d’importance, un cabot est là pour aboyer, que des CRAN ou des LICRA grimpent au cocotier n’est certes guère surprenant pour des professionnels de la mauvaise foi, qu’avec la finesse et la légèreté de l’ »esprit Canal » il soit viré d’une émission n’est que l’aveu des Tartuffe, mais ce qui est plus inquiétant sont les soutiens du bout des lèvres dans les médias de l’audio-visuel : il faut certes défendre la liberté d’expression mais en établissement clairement que l’on ne partage pas les idées du proscrit, voire que l’on n’a pas lu une ligne de son oeuvre. Je souhaite à tous les contempteurs de Zemmour qu’ils soient condamnés à lire son livre entièrement deux fois de suite et à en faire un résumé honnête à leurs fidèles auditeurs; et à Zemmour qu’il oublie les sornettes écrites ou dites sur lui.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 10:22

Que notre ministre de la santé, Marie Sol Touraine recouvre ses esprits et arrête de faire croire qu’elle a arrêté une grêve sans prévenir les grévistes ; que Dieu lui greffe quelques neurones de plus pour qu’elle revienne aux fondamentaux de la sécurité sociale : « la Santé n’a pas à être gratuite, la Santé doit être une affaire de solidarité entre malades et bien portants ; que la compassion entre dans son cœur pour arrêter de faire trimer comme des malades (et à des tarifs qui feraient honte à une infirmière) les médecins chargés de soigner dans l’urgence ; que la lucidité éclaire ses facultés et qu’elle arrête de vouloir étendre l’ombre sinistre du socialisme sur l’exercice de la médecine. Mais je crains qu’ MST soit incurable malgré tous les souhaits de rétablissement que nous pouvons lui porter ; en ce cas une mesure d’internement pour une cure de sommeil dans une clinique serait peut-être appropriée ?

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 18:34

Le Musée de l’immigration comme un coucou a fait son nid dans l’ancien musée des colonies. A l’épopée de français conquérant l’Asie, l’Afrique, l’Amérique, succède la chronologie d’individus fuyant leur pays d’origine. La fierté d’apporter culture, religion, progrès à des contrées sous-développées est remplacée par l’admiration devant l’importation de traditions et de modes vie qui nous enrichiraient. Cette évolution du bâtiment de la porte Dorée retrace l’engourdissement d’un pays passé de l’action (contestable, contestée, cruelle, égoïste, mais aussi admirable, dévouée) à l’exploitation de prolétaires importés. Le splendide projet art nouveau aux fresques et sculptures étonnantes abrite désormais une kyrielle d’objets et de photos plus ennuyeux les uns que les autres, plus inesthétiques les uns que les autres, bavards sous prétexte d’éduquer.

Dans ce lieu symbole du détournement de l’histoire, le président de la République a commis un discours affligeant bâti sur des principes bizarres :

- nier le passé colonisateur, nier le passé religieux, laisser croire que l’acceptation de l’immigration est une rédemption après une histoire qui n’aurait été marquée que de crimes ;

- omettre que la religion musulmane apportée à la semelle des souliers des immigrés maghrébins et sahéliens, peut poser un problème de cohabitation avec des institutions démocratiques ;

- insister sur la peur de certains envers l’étranger, alors qu’il s’agit de l’expression d’’une fierté de notre culture française face à celles multiples et tronçonnées des immigrés et de la volonté de ne pas la voir avilie ;

- proclamer l’ouverture à l’autre, alors qu’il s’agit d’une manifestation de mépris tant pour ceux qui sont accueillis sans que le pays en ait les moyens, que pour ceux qui devraient accueillir et qui sont déjà des assistés.

Le déni des réalités, l’ignorance de l’histoire, l’arrogance des certitudes, sont les injures proférées par ce président aux grandioses fresques du Palais de la Porte Dorée.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 10:23

Synonyme d’enfer pour les putains et sodomites, les voleurs et escrocs, les simoniaques et concussionnaires et donc abomination à rejeter pour les politiques et médias. Dans un monde qui idolâtre la loi, les juges et leurs arrêts, rien de plus surprenant que cette haine de règles qui devraient inspirer législateurs et tribunaux. Triomphe de Chicaneau sur Alceste.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 11:22

Dans la frénésie d’une fabrique de français énervés, les médias tiennent un rang distingué. Il n’y a guère de jours où un branquignol ne vous serine derrière son micro qu’il vous faut être prudent, de faire attention, de vous méfier. Des tonnes de conseils vous sont martelés au-delà de la satiété : ne fumez pas (surtout des cigarettes de contrebande ou du cannabis qui ne sont pas taxés), ne mangez pas sucré (ni salé, ni gras, ni trop, ni trop peu), ne buvez pas d’alcool (de boissons énergisantes, de boissons sucrées) , ne vous penchez pas (par la fenêtre, au bord de la falaise), ne marchez pas (sur la pelouse, en-dehors des passages cloutés ou zébrés, ne roulez pas (sans votre ceinture, en fumant, en téléphonant, sans regarder votre compteur de vitesse, quand il pleut trop, quand il gèle, quand il y a des embouteillages, si vous pouvez prendre un bus, un train, un vélo, voire utiliser vos pieds) ; et puis les obligations : faites une mammographie, une coelioscopie, des tests d’effort, un bilan de santé, faites-vous palper, analyser, doser …

L’imprudent est un traitre à la cause du progrès (de la santé, de la sécurité), un saboteur des services publics que déverse sur nous un état bienveillant, un cancre incapable de comprendre tous les bienfaits de sa mise sous tutelle, un contre-révolutionnaire qu’il serait urgent de rééduquer

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 11:49

La sainteté , comme le génie, ne court pas les rues. La sainteté est à l’opposé de ce qui faisait horreur au Christ, la paresse et l’hypocrisie : il lui faut œuvrer sans relâche sans récompense. La sanctification est l’expression de l’admiration terrestre de ceux qui voudraient mais ne peuvent envers ceux qui veulent et qui peuvent. Les saints doivent être des modèles contre tous les hypocrites : marchands du temple bien entendu, pharisiens ritualistes certes, mais aussi tous les exaltés de la piété qui méprisent les infirmes de la compassion, les auréolés de la certitude envers les handicapés de la foi ; les saints devraient être des guides non seulement contre des rentiers, des parasites, mais aussi contre les vauriens qui trafiquent de la pitié, les inefficaces qui s’abritent derrière l’indulgence, les veules qui vendent leur malheur. Il ne faut jamais affadir le travail des héros et des héroïnes de Dieu dans un salmigondis piétiste.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 17:10

Personne ne leur demande s’ils sont francs-maçons ou membres de l’Opus Dei, ou de préciser leur carrière en dehors de leurs mandats électoraux, ou encore d’indiquer s’ils sont homo bi, ou hétéro, voire abstinents, leurs différentes nationalités au cas où ils disposeraient de plusieurs passeports, leurs goûts culinaires ou en matière de grands alcools ou de bons vins. Non ! La transparence dans l’esprit de nos élites républicaines est parfaitement matérialiste, voire consumériste : il s’agit de visualiser des pouvoir d’achat, de baver sur des biens. La qualité de la gouvernance se mesurerait, chez ces esprits étriqués, dans la connaissance du portefeuille des gouvernants.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 11:14

Comme l’a fort bien écrit le Canard Enchainé du 12 novembre, l’affaire Jouyet-Fillon a démarré par une faute professionnelle des deux journalistes du Monde qui ont dévoilé leurs sources ; lorsque vous ne protégez pas vos sources, vous pouvez être sûr de vous couper de confidences futures.

Sans ce dérapage des journalistes, la manœuvre était limpide : Jouyet, sur l’impulsion de Hollande, invitait Fillon à déjeuner dans un restaurant au vu de tous ; Hollande caftait ce rendez-vous à Fabrice Lhomme et Gérard Davet ; Ceux-ci allaient voir Jouyet qui leur livrait en confidence des horreurs sur une prétendue demande de Fillon d’accélérer des procédures contre Sarkozy ; et normalement cela devait fuiter dans les journaux pour aviver les querelles entre dirigeants de l’opposition, noyer Fillon comme adversaire le plus sérieux à terme dans la prochaine présidentielle, favoriser Sarko le meilleur ennemi possible avec son bilan médiocre et la phobie de nombre d’électeurs à son égard, enfin tresser des louanges à la présidence nouveau style qui ne faisait jamais pression sur la justice comme la précédente.

Petite manœuvre politicienne dont se délectait d’avance Hollande, conduite par son favori, animée par ses journalistes habitués. Mais, patatras, les exécutants n’ont pas bien fait leur boulot. Et les pieds nickelés du Monde au lieu de faire parler d’une source très proche du président, ont préféré citer des noms. Décidément on ne peut faire confiance à personne. Pour la prochaine manœuvre qui en toute logique devrait viser Juppé, il faudra l’Elysée plus de prudence et de professionnalisme.

Partager cet article
Repost0