Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2022 5 14 /01 /janvier /2022 17:02

Artemisia Gentileschi, surtout fille de son père Orazio, bon peintre baroque. L’imite beaucoup, non sans talent.

Elisabeth Vigéee-Lebrun, heureusement épouse d’un marchand de tableau. Il lui permit d’atteindre la renommée comme portraitiste, en pratiquant l’académisme avec outrance, faute d’avoir le génie d’un Quentin La Tour, ou d’un Greuze.

Rosa Bonheur, née dans une famille de peintres, les dépasse dans l’art animalier. Son succès s’éteint avec raison à sa mort.

Berthe Morisot, surtout amie du cercle des impressionnistes dont Renoir, Pissaro, Monet. On retrouve chez elle, leur reflet.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 15:41

L’union Européenne : il ne faut pas la quitter. Il faut en abuser. Il faut la laisser végéter en entravant toutes ses initiatives. Elle est incorrigible dans son statut actuel : pas de décision possible avec les systèmes de veto existants ; pas d’âme avec les refus obstinés de considérer qu’il existe une civilisation européenne qui ne se dissout pas dans un multiculturalisme mondial ni même dans un monde occidental ; pas d’avenir pour une organisation phagocytée par un germanocentrisme sans ambitions autres qu’une confort petit bourgeois. Elle a fait la preuve de son inefficacité en laissant la guerre s’installer de façon endémique dans les Balkans, en laissant l’industrie s’écrouler en France et dans tous les pays méditerranéens, en laissant un islamisme conquérant s’emparer de larges zones où règne une charia a peine atténuée.

 

L’exemple qui peut donner des idées est celui du groupe de Visegrad. Composé de la Pologne, la Tchéquie, la Slovaquie, la Hongrie il essaie d’imposer un sous-ensemble au sein de l’Europe qui veut faire prévaloir ses priorités : l’intégration à l’Otan comme rempart contre la Russie, la volonté de limiter l’immigration. Ce groupe créé en 1991 essaie de s’élargir pour imaginer une nouvelle politique énergétique moins dépendante en lançant l’initiative des trois mers pour tenter d’élargir leur groupe aux pays baltes, la Roumanie, la Bulgarie, la Croatie.

 

Il est urgent de fonder un groupe de quelques pays autour de quelques idées fortes :

  • Une protection efficace contre l’immigration sauvage, venue de Turquie, du Maghreb, du Sahel,
  • Une politique énergétique pragmatique laissant une large place à une transition nucléaire,
  • Une politique de défense qui s’éloigne et de l’OTAN et d’un non-interventionisme mortifère,
  • Une politique étrangère qui affirme un rôle de présence internationale sur les plans du commerce et de la culture, sans être handicapée par une hostilité systémique vis-à-vis de la Russie,
  • Une politique budgétaire qui permet une entraide entre les pays du groupe.

L’idée serait à explorer avec un arc méditerranéen : Portugal, Espagne, Italie, Grèce, plus Malte et Chypre. Créer autour de ces pays volontaires un nouveau pôle de solidarité et de puissance destiné à faire face d’une part au groupe de Visegrad, d’autre part à la ligue des pays « radins » ou « frugaux » : Pays-Bas, Suède, Danemark, Autriche, soutenus en sous-main par l’Allemagne.

 

La France peut et doit jouer un rôle moteur dans une telle initiative. Il s’agit de répudier cet axe Franco-allemand qui conduit à la vassalisation envers une Allemagne handicapée par sa faillite morale et démographique. Il s’agit d’oublier cet atlantisme qui veut faire croire que les Etats-Unis seront toujours là, en toutes occasions, pour défendre le continent européen ; leurs soucis sont pour un temps plus tournés vers l’océan pacifique que l’océan atlantique. Il s’agit de créer un nouveau pôle dynamique au sein de l’Union Européenne, qu’il serve de nouveau moteur pour recréer une Europe plus adaptée au monde actuel que celle imaginée du temps de la guerre froide, plus efficace que celle trafiquée par des politiciens sans envergure, plus européocentriste que celle voulue par des intellectuels oublieux des valeurs maturées dans nos pays.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 18:56

Ne l’oublions pas : le brave mec outrageusement trainé devant les réseaux sociaux. Pourquoi ? Il a mégoté sur la rémunération de la putain, voire il ne l’a même pas payé ; il n’a pas respecté le contrat explicite ou implicite ; il était vraiment trop nul.

Défendons le : le pauvre type trop laid, sans charisme, sans conversation qui a essayé d’utiliser ses petit atouts pour tenter de se payer une belle femme.

Aidons le : quand le sale type a maladroitement fait acte de chantage et se retrouve dépecé, écharpé, traité plus bas que terre par des harpies en quête de sang frais.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 18:52

Entourage de vedettes de l’écran, de la scène, ou de la politique profitant des sous et de l’influence de leur idole. Mot chargé positivement dans la bouche des courtisans qui leur servent la soupe.

N’a rien à voir avec des comportements claniques qu’il importe eux de dénigrer sans états d’âme.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 18:50

Drogués aux putes juste au-dessus de quinze ans, aux drogues pas trop illicites, aux voitures jamais assez exhibitionnistes. Ah, j’oubliais, poussent aussi un ballon avec leurs pieds moyennant des sommes astronomiques devant des écervelés entassés dans des virages.

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2022 7 02 /01 /janvier /2022 15:58

L’Allemagne a perdu son âme pendant la première moitié du XXème siècle. Conquise, dépecée, violée, elle n’a dû une résurrection limitée qu’au conflit immédiat entre ses vainqueurs. Mais cette résurrection ne s’est faite que dans une acception purement matérialiste : elle s’est éclatée dans la production à outrance, la religion de la qualité des produits, la recherche d’un confort étriqué. Elle a refusé la main tendue par le général de Gaulle et n’a accepté dans sa proposition que la partie oubli du passé, et refusé tout le côté entente pour l’avenir. C’était l’aveu de la frilosité de ce pays, sa résignation à un destin mutilé, son abdication de toute responsabilité qui pourrait faire renaître les démons du passé.

 

Le couple franco-allemand est mort-né. La galopade effrénée des présidents français pour tenter de réanimer ce cadavre est dangereuse pour notre pays qui se trouve entraîné dans une spirale nihiliste. Ce qui est indispensable pour faire une nation est refusé avec entêtement par l’Allemagne : refus de toute armée digne de ce nom, refus de toute intervention extérieure même pour défendre des intérêts légitimes, asservissement au parapluie nucléaire américain et au commandement américain au sein de l’OTAN pour défendre son existence même. Ce qui est l’avenir du pays est négligé : décrue démographique, acculturation au panturquisme avec l’importation massive de paysans anatoliens islamisés. Dans cet énervement, les dirigeants naviguent à vue, n’espérant plus trouver d’autre avenir que celui de prolonger autant que faire se peut la survie de ce pays de vieillards et de jeunes sans boussole.

 

La France se retrouve alliée à un pays qui n’en fait qu’à sa tête :

  • C’est l’Allemagne qui a provoqué l’éclatement de la Yougoslavie et la guerre civile qui s’en est suivie ; par souci de ses intérêts court-termistes du développement de pays de sous-traitance en Slovénie et Croatie ;
  • C’est l’Allemagne qui est la cause de la création d’une Union Européenne ingérable qui a intégré des pays de l’Est qu’il lui fallait à tout prix détacher d’une Russie qu’elle croyait menaçante ;
  • C’est l’Allemagne qui a œuvré pour une zone monétaire qui a associé des zones aux coûts surévalués (tout l’arc méditerranéen et la France) et une zone aux coûts sous-évalués (Allemagne et pays du Nord); l'Allemagne a conservé son confort, les pays du sud ont perdu une grande partie de leur industrie.

 

A cette malédiction qui a vicié la création de l’Europe et quasiment saboté tout espoir de développement dans sa forme actuelle, elle a ajouté son égoïsme de vieillard sénile qui, dans son souci de protéger le peu de vie qui lui reste, prend ses décisions tout seul, sans s’embarrasser des avis d’autres qui pourraient l’entraver. Et j’importe un million de turcs pour trouver une main d’œuvre manquante à bas prix, et je ferme mes centrales nucléaires pour faire plaisir à des jeunes épris de décroissance, et j’importe du gaz de Russie pour faire fonctionner quand même mes usines : un bric à brac sans cohérence, marqué par l’improvisation, exempt de toute concertation avec ses voisins.

 

De cette analyse, ressort l’idée que l’urgence est de trouver d’autres points d’appui que ce pays mourant qui risque d’entrainer toute l’Europe dans sa crise de nerf existentielle. Il faudrait que les pays qui veulent survivre en prennent conscience et décident de cantonner l’Allemagne et ses valets nordiques dans une union particulière qui leur assurerait une fin de vie digne. Et rapide.

 

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 12:01

Achèvement prématuré des embryons. Adulation de la sodomie. Eugénisme qui transparait dans la défense de la mort dans la dignité. Enlèvement d’enfants à leurs parents naturels. Tous ces actes barbares ne peuvent être des marqueurs du progressisme !

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2021 5 24 /12 /décembre /2021 11:37

Offrande à base de fruits de mer, de foie gras, de chapon et de chocolat sur l’autel de la consommation forcenée. Les dévots obèses, bouffis de graisse, ivrognes trônent en héros devant les forcenés de la gourmandise, les inconditionnels de la bouffe, les adorateurs de la dive bouteille. Concert de gargouillis gastriques, de bruits de mâchoires, de grands slurps qui remplacent avantageusement les chants de Noël. Effroyable effondrement de la messe de Minuit dans un bruit de vaisselle.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2021 4 23 /12 /décembre /2021 10:12

Entreprises qui n’ont jamais créé un emploi net. Toutes les embauches en grandes surfaces ne sont que la compensation de licenciement dans des petits commerces et de fermeture de boutiques.

Leurs centrales d’achat font régner la terreur chez tous les commerciaux des petites entreprises de notre pays. Elles leur permettent à peine de survivre les privant de moyens de développement, sous la menace permanente d‘acheter ailleurs, et en particulier là où les lois sociales et environnementales sont plus laxistes.

Elles bénéficient de la mansuétudes pouvoirs publics parce qu’elles elles font baisser les prix des produits alimentaires au détriment de producteurs de moins en moins nombreux. Qu’importe la survivance de quelques ruraux qui ont de moins en moins d’influence.

Elles imposent leur laideur aux entrées de toutes les agglomérations : mêmes hangars limite bidonville, mêmes hectares de bitumes pour entasser les voitures des clients, mêmes panonceaux géants pour nous réassurer sur la présence prochaine de ces mochetés.

 

L’intérêt de ces entreprises pour le pays ne saute pas aux yeux : socialement inutiles, nocives pour l’industrie et l’agriculture locales, lèpres esthétiques qui contaminent tous les environs des villes ; leur seule justification est l’existence de leurs armées d’acheteurs au sein des centrales d’achat : ils savent, à perfection, jouer du fort (les quelques centrales existantes sur le territoire) contre le faible (les innombrables agriculteurs, les industriels en quête désespérée d’un référencement). ; ils savent de ce fait rogner les marges de ceux qui leur vendent au profit des clients de leurs magasins. Gains de pouvoir d’achat qui a clos les yeux des gouvernements, au détriment de l’exercice normal de la concurrence. Ils ont été des acteurs essentiels, avec la complicité de l’Union Européenne, de la mondialisation des produits ; ils ont été avec elle les fossoyeurs de l’industrie française et européenne ; ils sont, avec l’Etat au premier rang, de ceux qui ont appauvri et notre agriculture et nos agriculteurs.

 

L’espoir est que leur survie n’est plus assurée. Se déplacer en voiture pour aller dans ces temples de la consommation devient problématique quand tous les services de proximité gagnent du terrain. Le refrain lancinant du produit « le moins cher » est remis en cause par la recherche de qualité, la provenance locale, le goût de la diversité. Et peut-être qu’un jour les autorités de la concurrence se pencheront sur la pertinence de l’existence de ces structures d’achat qui faussent le fonctionnement des marchés.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2021 3 22 /12 /décembre /2021 15:07

Dior, j’abhorre ! Publicité d’épouvante où des houris lascives couvertes de tuniques dorées tendent leurs maigres jambes dorées vers des clients qu’elles voudraient convaincre d‘acheter leur fiole dorée. Monceaux de paillettes, marécages de métal, décharges de pépites. Tout pousse à un haut de coeur en regardant cette parodie : vraiment Dior j’abhorre plus que j’adore.

Partager cet article
Repost0