Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 18:13

Un contemplatif : amoureux de la densité d’un haïku, du poli brillant d’une laque.

Un curieux : à la recherche insatiable de ces objets de nos très lointains ancêtres, qui sont à la fois beaux dans leur forme, utiles dans leur usage, mystérieux dans leur objet.

Un amoureux de la famille qui a voué à ses deux filles un attachement profond et inextinguible.

Qu’est allé faire, cet esthète attendri, à l’ENA, puis dans la politique ? Il n’avait aucune des qualités nécessaires pour gouverner un pays et, forçant sa nature, il a caché sous un activisme forcené, son manque d’appétence pour la gestion des hommes, son indifférence à l’histoire. Cette voracité pour séduire toutes les femmes qui lui tapaient dans l’œil, cet appétit pour boire et ingurgiter des tonnes de nourriture, donnaient l’impression d’une frénésie insatiable. Un défoulement d’une nature trop riche qui ne trouvait aucun intérêt à forcer le destin d’un peuple.

In fine, un homme probablement malheureux, qui n’a pas su faire le bonheur de la France.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 10:24

La compassion n’est ni une action, ni une pensée, tout au plus un sentiment. Elle ne vaut que si elle est un moteur pour réfléchir, analyser, décider. Mère Térésa ne fut sainte que pour son activisme dans la création de ses orphelinats, son habileté à en assurer le fonctionnement. L’Eglise ne suit pas toujours les chemins que lui tracent ses saints et bienheureux, et trop souvent croit que la joue tendue à l’adversaire, le piétisme réduit à la prière, peut lui épargner toute réflexion sur la violence du message du Christ. Quant à l’Etat, quelle rigolade de voir ses pleurnicheries transformées en doctrine : les tués sont décorés, le syndrome de Stockholm érigé en coutume, l’entente avec l’ennemi méconnue par crainte de déplaire, la doctrine de l’Islam ignorée dans tous ses aspects contraires à notre culture par peur de l’amalgame. La compassion, quand elle se limite à ce genre de pantalonnade, est non seulement ridicule, mais nocive. Elle tend à nous faire croire que le bien peut se résumer à un rite d’attendrissement sur autrui, mêlé d’autosatisfaction sur notre générosité spirituelle.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 16:18

Le problème n’est pas vraiment la métaphysique de l’Islam. Une religion monothéiste particulièrement intransigeante sur l’unicité de Dieu. Il est la culture arabisante qui est trimbalée dans ses fourgons. La haine du nomade pour le sédentaire s’exprime trop souvent : destructions de Tombouctou, destructions de Bamiyan, destructions de Palmyre ; la même idée sous-jacente est d’anéantir les textes écrits, les statues, les temples des peuples enracinés dans une oasis, et dans l’histoire. L’horreur du matériel et poussée jusqu’à l’absurde, jusqu’à anéantir les témoignages du beau, des capacités créatrices de l’homme, au profit d’une prétendue pureté du désert. Mythologie qui camoufle la sauvagerie sous les apparences d’une recherche de la simplicité.

Le syncrétisme de l’Islam, entre hérésies chrétiennes et rituels judaïques, est complètement imprégné des modes de vie de tribus errant dans des terres qu’ils s’acharnent à retransformer en steppes semi-désertiques. Ce ne sont guère les cinq piliers de cette religion qui posent un problème dans nos sociétés occidentales, mais les modes de vie que les musulmans entendent suivre au nom d’un prétendu respect de la tradition. La loi islamique, les interdits alimentaires, les modes vestimentaires, ne sont que des reliques d’un pastoralisme de la péninsule arabique incorporés dans la religion, mais n’en étant ni le cœur, ni l’essence.

La volonté de conquête de l’Islam n’est pas un article de foi, mais la simple expression de l’ambition du prophète et de califes qui l’ont suivi. Expression d’un bellicisme inhérent aux premiers chefs convertis à l’Islam, enhardi par les conquêtes stupéfiantes des premiers siècles de l’empire arabe, il se survit abusivement dans le mépris des non convertis et l’arrogance du fidèle qui attend une conversion universelle à sa croyance.

Arabisation provocante dans sa volonté de mettre en pratique les modes de vie tribaux les plus rétrogrades : ségrégation des hommes et des femmes poussée jusqu’à imposer à ces dernières des habillements sortis de derrière le tapis, adoption d’une culture alimentaire propre à la vie sous la tente, hostilité envers tous les infidèles concrétisée en rezzous baptisés guerre sainte.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 09:28

Etalage de biscoteaux qui soulève, au mieux, la perplexité, au pire le dégout. Les performances de ces boursouflés excitent des passions chauvines qui ne font honneur à personne. Et tout ce barnum se déroule dans un débordement d’investissements improductifs, dans un dégueulis de contrats publicitaires, la fête du gâchis et de l’enrichissement personnel.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 15:14

Après avoir du avaler les performances des équipes de football avec leurs joueurs vulgaires addicts de la schnouffe, des mineures, et de la thune, il nous a fallu nous taper les vélocipédistes, lumineux forçats, et maintenant voilà le tour des athlètes des jeux olympiques tous plus médicalisés les uns que les autres. Drôle de culture qui dans la droite ligne des régimes fascistes et socialistes divinise les athlètes, adule leurs performances physiques, et croit que ces compétitions valorisent les spectateurs.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 13:18

Sans le préalable de convictions fortes, l’apologie du vivre ensemble ou du dialogue ne sont que des mots creux. La tentation du bavardage conduit au souk.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 21:32

Larbins au service de ministres acariâtres ; ou ils fournissent en idées des excellences aux neurones peu fertiles, ou ils organisent au galop la mise en place de fulgurances des soi-disant génies. Se croient ou se prétendent au service de l’état quand ils sont esclaves d’une ambition. Ce passage obligé pour la mise sur orbite d’une grande carrière, se révèle être une école de l’humiliation, de la servilité, de l’idolâtrie de fausses valeurs.

Repost 0
Published by olivier seutet - dans etat
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 16:46

Ne pas oublier d'arroser les plantes et les vieilles dames.

Repost 0
Published by olivier seutet
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 14:21

Sept mille à dix mille soldats employés à vadrouiller dans les rues avec pour seul objectif de rassurer Madame Michu : ils n’ont pas le droit de tirer sauf pour assurer leur propre défense ; ce n’est pas leur rôle, ni leur formation, ni leur désir d’assurer une fonction de maintien de l’ordre dans les rues de leur pays ; nous ne sommes pas en guerre civile. Mais par contre notre pays a beaucoup à faire pour traquer les terroristes hors de nos frontières quand nos alliés européens sont absurdement défaillants.

Presque cent mille gendarmes qui à côté de leur vocation de sécurité publique, de police judiciaire, de renseignement, se voient imposer un rôle de percepteurs d’amendes au prétexte d’assurer la sécurité routière. Comment ne pas trouver insupportable cette alliance entre les lobbies anti-automobilistes et les rapiats de Bercy quand l’urgence de traquer les terroristes sur nos territoires se fait de plus en plus urgent.

Et ces milliers de policiers qui sont mis sous pression pour protéger des manifestations qui n’auraient jamais du être autorisées, pour assurer la sécurité d’un événement qui aurait du être annulé comme l’euro de football, pour entourer de cordons sanitaires un président et ses ministres qui ne méritent pas une telle protection. Et les cités sont vides de ces mêmes personnels, et les commissariats sont transformés en fortins assiégés dans les banlieues.

Avant de pérorer sur les effectifs, avant de décréter des vigilances orange, rouge, avant de proclamer des états d’urgence, il serait temps que le président et son faquin de premier ministre prennent enfin leur rôle de chef au sérieux et s’interrogent d’abord sur les missions qu’ils assignent aux forces dont ils disposent, non pas pour pommader leurs concitoyens mais pour assurer leur sécurité.

Repost 0
Published by olivier seutet - dans politique
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 14:02

Elle est grignotée de toutes part.

Un conseil Constitutionnel qui s’arroge le droit de censurer les lois votées par des représentants élus du peuple.

Un ordre judiciaire qui au lieu de juger au nom du peuple, prétend être indépendant et ne relever que de lui-même.

Des hautes Autorités indépendantes qui s’affranchissent de l’exécutif, au motif que celui-ci est incapable de bien juger de l’intérêt supérieur de l’état.

Des autorités bruxelloises qui veulent modeler la vie des nations à coup de directives imaginées par des fonctionnaires hors-sol.

Ses caractéristiques sont niées au nom de la morale, de l’efficacité, de l’égalité.

Le droit d’expression est bafoué par des lois prétendant protéger toutes sortes de catégories de gens : les femmes, les homosexuels, les noirs, les juifs, les arabes, les francs-maçons, les musulmans, les gros, les nains, et tutti quanti.

Le droit de manifester est prohibé lorsqu’il s’agit de faire part de ses croyances religieuses : la laïcité est passée de l’accueil de toutes les religions à l’intolérance envers toutes.

Le droit de propriété est nié à force d’empiètements d’une administration totalitaire prétendant représenter le Bien face à l’égoïsme.

Sa pratique est malmenée par la mise en place d’un ordre républicain qui consiste à corseter les choix des électeurs.

Le non-cumul des mandats aboutit à transformer les candidats députés, dépourvus de toute assise régionale, à être entre les mains de commissions d’attribution des sièges internes aux partis.

La primaire pour choisir un candidat à la présidence est une farce démocratique pour éliminer tous les candidats qui ne bénéficient pas d’un fort appui de militants de partis.

La classe politique est formée de professionnels, épouvantables de médiocrité, qui prétendent barrer la route du pouvoir à des membres d’une prétendue société civile et se réserver un quasi monopole des places de gouvernement..

Elle est minée par une classe médiatique qui déploie une idéologie de l’égalitarisme qui camoufle mal les vieilles lunes du terrorisme socialiste.

La fraternité et la solidarité se trouvent remplacés par leur caricature que sont la compassion et l’assistanat : le sentimentalisme triomphe de l’agapé, les pleurnicheries de la dignité.

La prétendue parité est une véritable insulte à l’égalité des droits : comment oser réserver des places sous prétexte d’une couleur de peau plus basanée, d’un genre féminin, d’un habitat dans des cités ; pour l’instant n’a été mise en place que la parité hommes-femmes, le reste, du même tonneau, ne peut que suivre.

Il serait temps de proclamer l’urgence de débarrasser l’état des parasites qui nous dépouillent de la démocratie.

Repost 0
Published by olivier seutet - dans politique
commenter cet article