Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2020 1 26 /10 /octobre /2020 09:03

Comme des fleurs vénéneuses, les droits les plus divers, les plus saugrenus s’épanouissent dans l’espace politico-médiatique. Le dernier-né est le droit au blasphème : toute les sphères franc-maçonne, libertaire, crypto-marxiste proclament le caractère exemplaire de livrer à des adolescents des dessins obscènes sur la religion musulmane. Le malheureux professeur massacré par un fanatique devient un héros justifiable de la légion d’honneur et d’une cérémonie nationale. La barbarie du crime dont il est victime ne peut justifier la pédagogie absurde qu’il a prétendu mettre en œuvre.

 

Dans cette même catégorie de l’inconscience portée au pinacle, le droit à l’avortement tente de justifier le recours indigne à la médecine par des coucheuses non tarifées. Les méthodes de contraception existent et sont à la disposition de toutes ; elles ne suffisent pas aux paresseuses, aux écervelées, à toutes celles qui refusent in extremis la beauté d’être mères.

 

Et comment définir le droit à l’enfant ? Sinon comme le caprice de femmes androphobes ou d’hommes gynophobes. Pourquoi livrer des êtres humains à ceux qui marchandisent la médecine pour satisfaire leurs pulsions.

 

Et le droit de se marier pour tous ! Comble de la parodie ; monstruosité juridique ; phénomène de foire instauré comme symbole d’une culture agonisant dans le rire destructeur. D’ailleurs qui ne se demande pourquoi s’arrêter devant quelques tabous hors d’âge : pourquoi interdire des unions à l’intérieur d’une famille, entre des espèces différentes, ave des décédés. Rien ne devrait gêner les imagination malades.

 

J’allais oublier le droit le plus sacré désormais : le droit à la parité. Il se limite encore à une parité entre sexe, voire entre ethnies, ce qui autorise déjà des dérapages incongrus sur la religion des quotas au sein des gouvernements, de la légion d’honneur au détriment de toute appréciation sur le mérite. Mais pointent déjà deux objectifs hideux :

  • l’élargissement de la parité pour toutes sortes d’activités ou d’institution comme les artistes dans les musées ou les salles de concert, les écrivains dans les bibliothèques et les librairies, les éboueurs bien entendu, …
  • l’élargissement de la parité pour des catégories parfaitement respectables et défendables comme les gros et les maigres, les blonds et les bruns, les beaux et les laids, …
  •  

Pour compléter cet inventaire de champ de foire il me faut signaler ces droits qui doivent être accordés en dehors de notre espèce. Les droits des animaux pour remplacer l’évidence d’une conduite sans cruauté. Les droits de la Terre (Gaïa comme l’appellent ses sectateurs) et le rime d’écocide pour se substituer à la gestion raisonnable de ses habitants. La furie juridique se revêt de raisonnements souvent peu scientifiques : l’essentiel est de gueuler quelques slogans sur le péril climatique, ou l’extinction des espèces.

 

Tous ces faux droits qui camouflent, qui gênent, qui handicapent les véritables objectifs : le droit de vivre, de se nourrir, de se loger. Et aussi le droit de vivre libre (dont on constate, aujourd’hui, qu’il agonise au nom de la sécurité sanitaire), le droit de s’exprimer librement (qui devient inaudible face à la parole de la nomenklatura et sa lutte contre la haine), le droit de penser librement (qui est aujourd’hui bafoué au nom de la défense de « valeurs » de la république).

Partager cet article

Repost0
19 juin 2020 5 19 /06 /juin /2020 13:55

La convention citoyenne sur le climat ? D’abord une « convention » pour rappeler, probablement, l’assemblée qui instaura la Terreur dans notre pays voici plus de deux siècles pour y propager la vertu à tout prix. Ensuite dite citoyenne : insister encore plus sur le côté révolutionnaire des nouveaux sans-culottes verts ; ils sont vigilants contre les pollueurs, ils sont sans pitié pour tous ceux qui pourraient avoir des idées différentes de celles qu’ils propagent ; et puis d’ailleurs pourquoi trouver citoyen des gens sélectionnés suivant des critères de sondeurs, ensuite mis au pas par une de organisateurs qui leur ont imposés les limites de l’exercice auquel ils étaient conviés. Enfin le climat ! Il ne serait pas possible de le laisser tranquille ce climat ? Les faux scientifiques qui se baptisent climatologues alors qu’ils sont au mieux des prophètes de malheur , nous bassinent de leurs fausses prévisions ; déjà ils se trompent avec leur prévisions pour la semaine qui vient, alors que penser de ce qu’ils nous prédisent pour les années à venir ; ils tentent aussi, avec un désespoir d’inculte, de nous faire avaler qu’il existe une corrélation entre le réchauffement climatique et l’augmentation de CO2 dans l’atmosphère, alors que si elle existe, elle est bien ténue ; faute de pouvoir démontrer quoique que ce soit, comme les épidémiologistes dingos du Coronavirus ils se réfugient dans la description de scénarios apocalyptiques qui n’ont d’autre utilité que de nourrir des colloques et justifier des subventions.

 

J’aimerais qu’avec les préconisations que ladite convention va voter, soient livrés les noms des participants et les choix qu’ils auront individuellement fait.  Il serait inadmissible et antidémocratique que des gens, choisis au hasard, puissent se réfugier dans l’anonymat après avoir prétendu inventer un monde nouveau pour leurs concitoyens.

Partager cet article

Repost0
9 mars 2020 1 09 /03 /mars /2020 13:38

Un clou chasse l’autre. Le coronavirus a bouté hors des médias le dioxyde de carbone. En attendant qu’il soit terrassé par des immigrants ou par un tsunami. Greta Thunberg doit maintenant pleurnicher dans son coude et Yann Artus-Bertrand faire de belles images dans le nano-univers. 

La versatilité de l’opinion publique obéit à des pulsions irrationnelles et des experts se ruent vers les micros pour expliquer gravement que le principe de précaution est la clef de voute du monde futur. A un GIEC foyer d’experts autoproclamés, succède un OMS qui proclame des vérités successives et tout aussi invérifiables ; une pathologie commune à ces deux entités issues du mondialisme : le ton de voix sinistre pour bien exprimer le caractère irrémédiable de leurs prédictions, des yeux chassieux comme épuisés par la bêtise de ceux qui refusent de les croire, et des mots qui tombent de leurs lèvres comme autant de comprimés qu’ils savent eux administrer.

Le populisme frétille dans ces discours prophétiques pour mieux flatter l’hygiénisme salvateur, la terre qui ne ment pas et le peuple qui n’obéit pas assez vite aux injonctions vertueuses des prophètes. Qu’il serait bon de débrancher tous ces automates spécialisés dans le bonheur qu’ils veulent nous administrer.

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2019 5 13 /12 /décembre /2019 09:47

Extinction de la raison devant la disparition de quelques moustiques suceurs de sang, la survie hasardeuse d’ours immigrés, ou le carnage de brebis éventrées par des loups écologistes. 

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2019 7 01 /12 /décembre /2019 10:14

 

Tous les verts du monde viennent se donner la main à Madrid pour la COP 25. Aux dernières nouvelles il seraient 29 000, venus de tous les quartiers :  les urbains à la main verte des 4ème et 10ème arrondissements de Paris , les sauvages des forêts violées de l’Amazonie, les bien-pensants des campus de Californie, les guerriers protestanto-vikings du WWF et de Greenpeace, les promoteurs de la voiture électrique qui roule surtout au charbon et au lithium, les vendeurs d’éoliennes pour hacher les oiseaux égarés dans leurs champs, les adeptes de l’énergie solaire qui rêvent de stériliser des hectares avec leurs petits panneaux, des politiques en quête de voix qui se feront déposer en hélico ou jet privé.

 

Ils sont tous là pour crier qu’il faut bloquer en dessous de 2 degrés le réchauffement de la planète. Deux degrés par rapport à quelle date ? Aucune importance. D’ailleurs ce réchauffement climatique il est de combien et de puis quand ? D’un degré environ depuis 1900 (cf P.S.). Sans une corrélation avérée avec l’augmentation du CO2. Détails sur lesquels ces gens qui se baptisent scientifiques n’insistent guère. L’important est de crier dans les forums, de récolter des subventions, de demander des compensations aux états riches. 

 

Alors la foule des fidèles du changement climatique va pleurer sur le globe terraqué, vomir les infidèles ou, plutôt, les négationnistes de leur culte, vilipender les gouvernants et électeurs qui se rebellent contre leurs commandements, réclamer les offrandes, baptisées taxes carbone, qui font vivre leurs grands prêtres et leurs sicaires.

 

 

P.S.


Variations de la température de la surface de la Terre au cours des 140 dernières années
Figure 1a: Variations de la température de la surface de la Terre au cours des 140 dernières années.

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2019 3 30 /10 /octobre /2019 08:53

Comment ne pas être climato-sceptique ? La température moyenne a augmenté d’un degré depuis le début du XXème siècle; la corrélation avec les émissions de CO2 est discutable. Oui il y a réchauffement climatique, mais faible et non nécessairement lié aux activités humaines. Alors les prévisions sur l’évolution à venir du climat ne relèvent pas de la science, mais d’une croyance, celle d’une « faute de l’homme » qui s’est matérialisée par « une empreinte carbone »; croyance qui impose de négliger des évolutions historiques longues comme la fin d’un âge de refroidissement global entre le début du XIVème siècle et la fin du XIXème siècle; qui impose d’oublier les oscillations des températures liées à d’autres causes que l’augmentation des quantités de gaz à effet de serre; qui veut faire croire que la main-mise d’un lobby du GIEC sur la communication est représentatif de toutes les opinions scientifiques. Le climato-scepticisme est assimilé à un négationisme, le refus d’évidences prouvées scientifiquement.

Comment ne pas se moquer de ceux qui au vu d’une augmentation de ce degré sur plus d’un siècle pronostiquent des accès de fièvre entre deux et cinq degrés sur les trente ans à venir; qui nous bassinent avec leurs modèle prédictifs basés sur les quantités de CO2 dans l’air alors que le premier gaz à effet de serre, et de loin, est la vapeur d’eau; ils tentent de faire une quasi certitude de pronostics, entachés d’une approximation gigantesque.

A partir d’affirmations contestables, de prédictions à la probabilité indéterminée, les combattants du climat tentent d’imposer une dictature sur nos comportements, de décréter des changements brutaux à coup de propagande sur l’existence d’un péril climatique, en bref d’instaurer un totalitarisme vert. Mais répéter à tire-larigot que la planète brule, que le changement climatique est inéluctable, n’est pas une argumentation mais une litanie irraisonnée qui ne prend pas plus de poids parce qu’elle est réitérée.

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2019 1 16 /09 /septembre /2019 13:46

Camping-car : véhicules polluants qui permettent les migrations de parking en parking de populations aspirant au nomadisme grégaire pendant l’été.

 

SUV : véhicule polluant qui autorise les germano-pratins et autres habitants de quartiers chics de centre-ville à balancer leurs particules fines dans les campagnes du Lubéron et autres lieux de villégiature.

Partager cet article

Repost0
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 23:06

Les Khmers verts rêvent de croisades millénaristes qui, sous la conduite des nouveaux prophètes, libéreront les hommes des jougs et des péchés qu’ils leur ont diagnostiqués; ils colportent des vérités approximatives ce qui est fâcheux pour une vérité et pour ceux qui s'en font les hérauts; ils préconisent des solutions encore plus polluantes que celles qu’ils combattent, paradoxe de combattants pour une foi qu’ils n’ont pas comprise et donc encore moins digérée.

 

Dérèglement climatique et sa lutte contre, urgence climatique première priorité et ses marches du siècle, réchauffement climatique et sa lutte toujours contre, monde décarboné et sa marche vers, choc des éléments entre le feu qui embrase la maison et glaciers qui fondent, cataclysme des eaux salées qui montent alors que les eaux douces disparaissent.

 

Gaz à effet de serre qui ne soit pas de la vapeur d’eau, émission de CO2 qui ne viennent ni des marais ni des forêts amazoniennes, particules fines qui ne soient pas émises par un bon feu dans l’âtre, montée des eaux qu’il ne faut pas confondre avec la subsidence naturelle de terres littorales.

 

Centrales photovoltaïques qui couvrent des hectares de sols et empêchent la croissance de toute végétation et la prolifération animale, éoliennes enchâssées dans leurs massifs de béton qui hachent menu les volatiles en pérégrination et enlaidissent les paysages à des kilomètres de circonférence, batteries électriques farcies de métaux rares (par définition difficilement trouvables)  et poisons féroces si elles ne sont pas recyclées.

 

Dans leurs folies d’embrigadement, ils taxent de réactionnaires, d’obscurantistes d'oublieux des lumières, de suppôts des lobbies du grand capital, de négationnistes de la seule vérité qui vaille, la leur, ceux qui ne se soumettent pas à leurs élucubrations.

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2018 3 14 /11 /novembre /2018 11:42

Il est idiot ce Monsieur Philippe ? Pour calmer la grogne il vient de décider que plus aucun français ne se chauffera au fuel dans dix ans. C’est un multirécidiviste ! Après nous avoir bassiné sur la nécessité d’utiliser des voitures électriques puis de conduire sur les petites routes a moins de 80km /h, que va-t-il encore imaginer au nom de son idéologie verdâtre : fermer les centrales nucléaires, planter des éoliennes sur tous les clochers de France, interdire le jogging parce que provoquant trop d’émissions de CO2, procéder à l’extinction des troupeaux de vaches qui pètent trop ?

Son problème, comme celui de son maître, est de ne pas comprendre que tout changement est acceptable à condition que l’on comprenne quelle est l’alternative à ce qui doit être supprimé ou abandonné : pourquoi, par exemple, ne pas abandonner la voiture fonctionnant avec des combustibles fossiles ; encore faut-il comprendre avec quel type d’énergie fonctionnera l’automobile électrique  (électricité nucléaire, centrales au gaz ou au fuel) ; roulera-t-on uniquement quand il y aura du vent pour utiliser l’énergie éolienne ou du soleil pour utiliser l’énergie photovoltaïque ; où va-t-on recharger les voitures, chez soi, sur de grand parkings avec des aires de repos en attendant que l’on puisse repartir ; pourquoi baser une transition énergétique sur l’utilisation de batteries utilisant des ressources particulièrement rares et de plus difficiles à recycler ; pourquoi n’est-il pas plus intelligent d’attendre des progrès dans les piles à combustibles et l’utilisation de l’hydrogène.

Le problème de ce duo de saltimbanques est de croire que les gens sont imbéciles, que le futur ne les intéresse pas, qu’ils ont les yeux vissés sur leur petite misère quotidienne. Et de nous faire leur numéro sans essayer de donner des explications qui ne soient pas des slogans. Ces rois de l’esbroufe sont incapables de donner le début d’un raisonnement sur le futur de ce que sera la transition énergétique ; qu’elle ne se limite pas à une opportunité pour l’état de lever de nouvelles taxes (des taxes vertes, comme si l’impôt avait une couleur !), d’imposer de nouvelles contraintes (contrôles techniques qui font la joie de nouveaux parasites et l’occasion de profitables contraventions).

Une opération gilet jaune va-t-elle suffire pour faire entrer dans ces cranes d’œuf moins de pathos et de trivialité ? Je crains que ce ne soit pas suffisant pour briser leur morgue.

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2018 6 13 /10 /octobre /2018 10:08

Quelques orages éclatent simultanément, font des ravages, tuent des gens : quel employé de médias à la langue de bois particulièrement chargée ne cède pas à la tentation d’insinuer que ces phénomènes climatiques seraient dus au réchauffement climatique, et qu’au moins leur intensité lui est imputable ; personne n’en sait rien ; le premier météorologue venu avoue son ignorance sur ce sujet ; pas d’importance le problème n’est pas d’asséner des fausses informations avec l’aplomb du cuistre mais surtout de ne pas passer pour un déviant de la pensée dominante, un adepte du climato scepticisme, un négationniste du GIEC.

Partager cet article

Repost0