Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 18:20

Ben Laden avait déclaré la guerre à tous les tièdes du monde musulman (du moins ceux qu’il avait catégorisé comme tels) et à tous les infidèles (plus particulièrement les occidentaux). Les Etats-Unis frappés dans leur chair, humiliés dans ce qui était un symbole de leur pays, n’ont pu que mener une guerre contre celui qui voulait les détruire : elle ne fut ni préventive, ni humanitaire, ni un acte de vengeance, mais la seule réaction possible d’un état responsable devant ses citoyens, ceux du monde libre et ceux des états arabes.

Une guerre n’est pas un procès. L’instruction (si ce mot peut être utilisé pour signifier que les menacés ont bien compris ce qu’il en était) a été faite par le constat des atrocités commises et la responsabilité assumée par Al Qaida et son chef.  

Les commandos qui ont mené l’opération ne sont pas des forces de police, ils sont des soldats dont la mission est e neutraliser ou d’éliminer les ennemis qui les combattent. Par définition l’état qui les envoie estime qu’ils sont en légitime défense et que leur devoir est de gagner une bataille. Si la bataille se solde par des morts, ce n’est évidemment pas un crime, ce n’est certainement pas un assassinat comme le mot a parfois été utilisé par certaines bouches.

Ben Laden a été condamné par le peuple américain le jour ou il l’a attaqué pour des motifs compréhensibles que par son organisation. Justice est faite en exécution de ce mandat confié aux présidents successifs des Etats-Unis.

Partager cet article

Repost 0
Published by olivier seutet - dans monde
commenter cet article

commentaires