Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 13:35

France-Inter est envahi par des femelles. Comment qualifier autrement ces journalistes qui vomissent le mâle, qui ne supportent pas une critique contre une quelconque personne féminine, qui n’invitent que des femmes au nom de la promotion de la parité.  Lorsqu’on en fait la remarque  au médiateur, celui-ci arrive à répondre  dans une totale incohérence : nous sommes fiers à Radio-France de promouvoir la compétence, et vous êtes un machiste si vous n’êtes pas pour la discrimination positive pour promouvoir la parité hommes/femmes.

Ah, si elles étaient compétentes ! Tout cela n’aurait aucune importance ! Qu’importerait le nombre résiduel de journalistes hommes. Mais le tour de force de Radio-France est de garder les hommes les plus incompétents, style Bernard Guetta et son penchant pour la géopolitique  au sirop compassionnel, ou encore Fabrice Drouelle et son analyse de n’importe quelle affaire sous le seul angle de la pensée main-stream ; et de donner le micro à des péronnelles qui disent (si elles ne le croient pas)  qu’il faut faire la promotion d’un genre,  et de célébrer les auteures, les musiciennes, les actrices, les politiciennes, les bouffonnes.

Le ton, l’esprit France-Inter dont elles se gargarisent est surtout celui d’une insupportable agressivité envers le mâle, de l’affichage d’une prétendue liberté de mœurs se manifestant surtout par des gros mots, de la vulgarité, voire de l’obscénité, d’un insupportable penchant vers la larmichette envers tous ceux qui pourraient représenter le malheur du monde :  et les violées, les  battues, les migrantes, les sous-payées, les putains exploitées, les femmes d’action qui sont obligées d’en faire beaucoup plus que les hommes pour voir reconnaître leurs mérites, les femmes de pouvoir qui doivent se garder des manœuvres dégoutantes de leurs collègues masculins, toutes convoquées au tribunal de l’insupportable souffrance du genre féminin.

La femelle triomphante dans toute sa bêtise : haro sur les hommes qui écartent les jambes quand ils sont assis, liberté pour les femmes qui veulent porter la burka, vite un congé paternité pour les hommes aussi long que le congé maternité afin qu’ils en bavent aussi dans leur carrière. La femelle triomphante qui oublie la gloire des affaires, Anne Lauvergeon, la star des lettres, Christine Angot, la madone de la politique, Marine Le Pen.  La femelle triomphante qui ne comprend pas que la moitié du genre humain (et donc des chers auditeurs) est composée d’hommes, et qu’il faudrait peut-être composer avec eux au lieu de les insulter à longueur d’onde.

 

Repost 0
Published by olivier seutet - dans medias
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 11:33

Elle a abattu son mari Norbert Marot de trois coups de fusil dans le dos, et son complice Fabrice Drouelle, animateur de radio sur France-Inter, vient parfaire le boulot en déchiquetant la mémoire de la victime : violeur de ses filles, tortionnaire de sa femme, il n’aurait que mérité le châtiment qu’il a subi. Incroyable émission de ce pantin sur France-Inter : qui est-il ? Un procureur en charge de faire un procès à l’assassiné ? Le colporteur de dires uniquement relayés par la femme et les filles du soi-disant tortionnaire ? L’accusateur sans état d’âme de deux jurys d’assises qui ont condamné Jacqueline Sauvage parce qu’ils ont pensé que ce qu’elle racontait était un tissu de mensonges ? Le prétendu humaniste qui pérore avec deux avocates de la défense de Jacqueline Sauvage pour nous décrire toute la mauvaise influence qu’auraient exercée les magistrats sur les membres incultes du jury populaire ? Insupportable d’écouter tant d’approximations débités avec tant assurance, sans la moindre idée de ce que devrait être un débat contradictoire. La seule idée de ce pauvre type est d’exprimer au milieu des mensonges qu’il débite une solidarité avec les femmes battues : rien n’est plus contreproductif que de soutenir des grands principes avec de mauvaises causes et par une voix médiocre.

Fabrice Drouelle n’est que le ver de terre qui s’empiffre du cadavre de Norbert Marot.

Repost 0
Published by olivier seutet - dans medias
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 10:13

Les 3,6 milliards de la redevance, une bonne partie du milliard du déficit de la caisse des intermittents du spectacle, et les quelques centaines de millions de subventions pour compenser les pertes sont nécessaires pour financer l’audiovisuel public. Les deux tiers sont pour France Télévision (2,8 milliards) et 16% pour Radio-France (0,7 milliards).

Flux d’argent fourni par quasiment tous les français. France-Télévision et Radio-France sont donc notre propriété commune. Celà n’empêche pas les caricatures qui sont au micro ou derrière les écrans d’insulter toute une partie de leurs employeurs. Pas un jour ne se passe sans des propos grinçants contre les chrétiens :

  • souvenez-vous de Lucet apostrophant le pape sur la pédophilie,

  • la dérision permanente sur les cathos assimilés à des fachos, réactionnaires ; Sens commun comme un mouvement prônant des valeurs soi-disant inamissibles,

  • la sous-information sur le sort des chrétiens dans le monde comme les massacres de coptes par des terroristes passés par pertes et profits en un rien de temps,

Pas un jour ne se passe pendant la campagne présidentielle sans insulter deux des candidats qui n’ont pas l’heur de plaire à ces amis des trotskystes et assimilés (Mélanchon, Hamon, Cheminade, Arthaud, Poutou), ou ces fanas des bobos (Macron) :

  • Le Pen, depuis des années, est invitée comme si elle ne devait pas exister

  • Plus récent ils ne peuvent parler de Fillon sans lui accoler un terme insultant ; Pujadas et autres Patrice Cohen défendant les propos de la femme Angot qui s’était bornée à agonir un candidat d’injures.

Qui sont ces gens qui en plus de ne pas remplir leur rôle envers leurs mandataires (l’ensemble des français) sont d’une indigence professionnelle crasse et refusent de l’admettre :

  • Bernard Guetta, le célèbre défenseur de la révolution arabe qui refuse de parler les viols de la place Taghir, le célèbre idolâtre d’Obama et pourfendeur de Poutine qui bafouille sur les frappes ordonnées par Trump en Syrie,

  • Patrice Cohen qui l’instar des Bourdin et Apathie se prend pour un souverain qui a le droit d’inviter certains et pas d’autres,

  • Les vulgos comme Sofia Aram, Charline Vanacker qui croient qu’elles sont drôles dans leurs invectives sur systématiquement les mêmes personnes, et les mêmes catégories parce qu’elles font glousser le gros pacha qui est assis à côté d’elles,

  • La succube Salamé et son incube Pujadas qui croient nous séduire parce qu’ils ne laissent pas s’exprimer leurs interlocuteurs, et vocifèrent à l’envi leurs questions mal choisies,

Et tous ces gens nous bassinent avec leur respect des faits (sauf qu’ils en omettent certains et en tartinent sur d’autres), leur déontologie (qui l’amène au nom de la protection des sources à ériger la délation en principe respectable), leur quête de vérité (qui n’est qu’un leurre pour camoufler leur soif de scoop), leur prétention à être un quatrième pouvoir au service de la République (la démocratie n’a pas besoin de ce genre de lobbyistes au service de n’importe quelle cause ramassée au coin de la rue).

Que tous ces journalistes fassent ce qu’ils veulent mais de grâce qu’ils ne soient plus payés par indistinctement tous les français. Comme dans toute organisation, il existe un moment où les payeurs doivent avoir leur mot à dire. Dans le jargon des entreprises celà s’appelle le say on pay. Dans une démocratie la bonne gouvernance exige qu’on se penche sur des milliards de gabegie avant d’ironiser sur trois francs six sous de dérapages.

Dans le dégagisme ambiant, il faudrait d’urgence sortir Radio-France et France 2 du service public et abolir la redevance de l’audiovisuel public.

Repost 0
Published by olivier seutet - dans medias
commenter cet article
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 15:20

Ils se prennent pour l’élite et nous l’assènent à répétition : ils déplorent qu’une majorité de crétins ait voté pour le Brexit ; ils sont ahuris que Trump ait pu convaincre tant de petits blancs sexistes, racistes, homophobes ; ils se déchaînent contre Poutine élu et réélu par une bande d’ivrognes ultranationalistes, contre Erdogan élu et réélu par une pléthore d’obscurantistes paysans anatoliens.

Ils nous bassinent avec leur intelligence modelée par l’esprit des lumières (lesquelles : celles de Rousseau ou celles de Voltaire ?), les valeurs de la République (lesquelles : celles de la Grande Terreur ou celles de l’obscurantisme franc-maçon), et surtout l’humanisme tout terrain qui roule en 4x4, se goberge de subventions et de dons, et confond agapé et égotisme.

 

Les nomenklaturistes de France-Inter, du Parti Socialiste, et du Monde ressassent à l’envi qu’ils sont les représentants de ceux qui comprennent les situations, qui respectent et analysent les faits, et par-dessus tout sont ouverts aux autres. Un mélange d’intelligence raffinée et d’un cœur immense, selon eux. Tous les autres sont à enfermer dans la cage aux phobies (homo, islamo, xéno, et tant d’autres), sont des nostalgiques d’époques révolues et souvent nauséabondes (conservateurs, réactionnaires, droite dure, ultra-droite, extrême droite, fachos), voire des réfractaires à la vérité (populistes, sceptiques de tout poil).

 

Problèmes :

  • leur haine du peuple (du bas-peuple) est incompatible avec leur furie de démocratie, de participation ;

  • leur dévotion pour toutes les cultures les plus primitives (des Nambikwara aux Inuit) ne fait pas bon ménage avec leur relativisme culturel ;

  • leur passion pour la libération des mœurs (en pratique limitée à une sexualité la plus débridée possible) s’accompagne d’un puritanisme étroit dès qu’il s’agit de liberté de penser .

 

Comment admettre que ces gens qui ne sont que contradictions, inachèvements de la pensée, incohérences, puissent prétendre être une élite. Ils sont tout au plus les employés du totalitarisme de la bien pensance, des tâcherons du mondialisme.

Repost 0
Published by olivier seutet - dans medias
commenter cet article
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 18:28

Que Black M soit issu d’un groupe remarqué pour des propos antisémites, homophobes, anti-français n’est pas contesté. Que Monsieur Lang ou Madame Azoulay défendent à grands cris le droit de se produire du saltimbanque, son droit de percevoir des subventions de l’état, son droit de participer à une manifestation solennelle franco-germanique prouve leur jusqu’auboutisme dans leur défense de la liberté d’expression. Il est des combats plus sacrés. Surtout sur le site de Verdun. Dieudonné doit se demander pourquoi il n'a pas bénéficié de la même sollicitude : peut-être parce qu'il n'est pas de gauche contrairement à son collègue ?

Repost 0
Published by olivier seutet - dans medias
commenter cet article
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 15:55

Parmi les Coheneries qui nous sont servies chaque matin par le maître de cérémonie de la matinale de France-Inter, distinguons :

- les Petitesses de Thomas Legrand qui ne peut s’empêcher de baver sur un nombre infini de personnes pourvu qu’elles soient de droite,

- le Gâtisme de Bernard Guetta qui en est toujours à faire de l’archéologie avec ses théories du millénaire précédent,

- les Vannes de Charline Vanhoenacker qui, faute d’amuser les auditeurs, fait se déchainer les gloussements de rire du Patrick Cohen.

Mais qu’il fasse place à ces médiocres et qu’il récuse de plus talentueux est irritant pour le contribuable, mais à tout prendre de la responsabilité de l’état qui l’emploie et le paie. Ce qui outrepasse définitivement les bornes de la décence est la propension du Patoche à anathémiser ceux qui osent inviter des figures qui ont déplu au grand prêtre des ondes du service public : une fois demande de radiation du Figaro de Yann Moix, l’autre fois imprécations contre Daniel Schneidermann qui aurait entretenu une haine antisémite, sans compter les manœuvres de déstabilisation envers Frédéric Taddéi coupable d’avoir invité des gens non acceptables pour sa grandeur.

Monsieur le contempteur des autres, qui vous fait concevoir que vos coquecigrues sont indispensables à quiconque ?

Repost 0
Published by olivier seutet - dans medias
commenter cet article
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 18:09

Florilège de ce matin :

- Léa Salamé traine dans la boue Philippe Tesson qui a osé dire que c’étaient les musulmans qui mettent en cause la laïcité en France ; genre procès politique de style stalinien ; elle lui coupe la parole sans arrêt ; elle l’exhorte à se repentir de ses propos.

- Charline Vanhoenacker vitupère contre les catholiques, enchaînant ses plaisanteries fine : « tu couches ... tu accouches », « un prêtre ça ferme sa braguette ou ça démissionne »; « pape un peu gâteux », « contre le sida la capote pas la calotte ».

- Christiane Taubira au milieu d’un déluge verbal pour arriver à ne rien dire sur l’internement des terroristes, se libère sur les fauteurs de trouble qui « fragilisent le pacte républicain » ; il faut être vigilants sur les ivrognes, les déments, les mineurs qui prononcent des apologies du terrorisme. La prison pour des mots, ne semble pas l’interpeller.

Sous la houlette de Patrick Cohen, se déroule la mascarade de la libre parole prônée par les trois femmes qu’il a invitées : pas de responsabilité pour les porteurs d’une religion de haine, des torrents d’injures sur ceux qui n’en peuvent mais, le gnouf pour des crétins. Beaucoup de bêtise en peu de temps. Ce n’est plus une matinale, c’est une douche froide qui vous fait frémir de dégout et de colère.

Repost 0
Published by olivier seutet - dans medias
commenter cet article
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 12:36

 

Rance Inter : la voix d’ envieux aigris ; expression de la haine des plus riches que soi (sauf footeux et friqués du show-biz), des familles d’ hétérosexuels (hormis couples recomposés) ,  des accros à une religion (avec l’exception de toutes sortes de sectes franc-maçonnes, vaudou ou symboles de minorités perdues) ; nostalgie inexprimée des coupeurs de têtes révolutionnaires ou des ukases staliniens ; ah le bon temps des sans culottes ou des maoïstes du Grand Bond en Avant.

France Rentiere : la défense des droits acquis ; apologie de tous les conservateurs, fonctionnaires, syndiqués, drogués de la sécurité sociale ; terrorisme du service public qui impose ses sévices aux utilisateurs sans défense ; dictature du service de l’état qui excuse l’impéritie de ses adulateurs au nom de la cohésion sociale ; écrasement des ceux qui ont des devoirs par ceux qui ont des droits.

France en tort : la religion de la repentance ; revisitation de la notion du péché originel sans le secours de la divinité ou de la grâce ; il faut battre sa coulpe pour toutes les erreurs accumulées par nos ignobles ancêtres : les croisades, la colonisation,

France en terre : idolâtrie de la biodiversité (y compris les scorpions, les bactéries, et autres méduses ?), du caractère anthropique du réchauffement climatique, de l’agriculture non productiviste ; règne des végétariens qui habitent des maisons de bois chauffées par des panneaux solaires en travaillant par intermittence sur la toile.

Faces entre pleurs et indignation :  larmes de crocodiles sur tous les malheurs du monde ; empathies tartuffières, sensiblerie qui tente d’écarter tout ce qui est incongru ;  colères contre tout ce qui pourrait faire atteinte à la doxa du bien-pensant de gôche,  libertaire, écologiste et soucieux de ses petits loisirs, de son petit pouvoir d’achat,  de sa petite santé, de son petit bonheur.

Fric-frac international : apologie du village mondial ou règnent la musique à deux temps,  l’art conceptuel, la littérature nombriliste, la pornographie pas si douce que ça, les onomatopées des télétransmissions ; foin des arts, traditions, cultures, civilisations  si elles ne sont pas primitives, premières, émanant de sous-développés ou d’handicapés.

 

France-Inter la radio d’un petit peuple de nantis hors-sol.

Repost 0
Published by olivier seutet - dans medias
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 18:30

Pascale Clark a la boyasse fragile. Prise de nausée chaque fois qu’un interlocuteur n’abonde pas dans son sens. Elle subodore, dès que l’on s’écarte du carcan de ses opinions, des relents d’homophobie, de racisme, de sexisme, d’idéologie réactionnaire, d’ultra-droitisation, de xénophobie, de comportements antidémocratiques, de haine de la République. Ces horreurs la plongent dans un état maladif. La mèremptoire n’écoute plus, elle vomit : tout ce qui vient la contredire n’est plus réalité, mais rumeur, calomnie, insulte au bon sens qu’elle incarne, attentat à la morale qu’elle représente, dévoiement d’une logique qu’elle maîtrise.

Pascale Clark est chatouilleuse. Ne pas plaisanter sur le plafond de verre qui empêche les femmes d’accéder aux plus hautes fonctions ; elle n’est jamais entrée dans une entreprise mais elle l’a bien vu de ses petits yeux perçants. Ne jamais parler d’avortement mais du droit à la maîtrise par les femmes de leur corps, sinon gare aux imprécations comminatoires de la mèreroquet. Ne pas gazouiller sur les enfants et la théorie du genre ou elle fulmine ses ultimatums du haut de sa chaire cathodique.

Pascale Clark est atteinte d’apathie. Pourquoi ne pas être une touriste socialiste comme Taubira qui nous balade dans ses réformes avortées. Pourquoi ne pas s’égarer avec Caroline Fourest dans ses coups de cœur pour les Pussy Riots et autres Femen. Pourquoi ne pas aimer Joseph Macé-Scaron, mythomane plagiaire. Pourquoi s’interroger sur ces parangons d’authenticité, de courage, d’originalité alors que l’on dispose d’ennemis si pratiques que la mèresiffleur peut démolir en presque toute impunité.

Qu'elle se soigne. Elle rendrait service au public.


Repost 0
Published by olivier seutet - dans medias
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 08:55

Il présente le journal du dimanche soir 27 janvier 2013.

Il parle de François Hollande qui se sépare de Valérie Trierweiler. Il n’est pas capable de citer les mots du président « Je me sépare de … ». La goujaterie, la muflerie, du président ne l’interpelle pas. La répudiation de Valérie ne lui paraît pas être une circonstance consternante qui caractérise ce président. Il sourit niaisement comme à son habitude. L’insulte faite aux femmes ne lui apparaît pas.

Il parle d’une manifestation  à Paris pour ne citer que les incidents entre certains manifestants et la police. Le but de la manifestation reste inconnu aux chers téléspectateurs, l’amplitude de la manifestation (entre 17 000 suivant Valls et 120 000 suivant les organisateurs) n’est pas signalée. Le gomineux blondasse ne veut pas choquer la France profonde avec des cris contre la Hollandie.

Qui est cette marionnette ? Elle dit s’appeler Laurent Delahousse ;  les mots coulent de sa bouche, avec le seul objectif de ne pas faire de la peine à ceux qui nous gouvernent, à ne pas ébranler ceux qui l’écoutent encore, à fortifier l’emprise de ceux qui nous manipulent.

Fatigant d’entendre ce fantoche, sur une chaîne dite nationale, subventionnée grassement par les contribuables, contrôlée par des présidents à la botte de hautes autorités elles-mêmes jouets du pouvoir. Exaspérant que ce guignol nous assomme avec ses inondations dans les zones inondables, ses coups de vents sur zones venteuses, ses reportages à la gloire de services qui se moquent de tous les publics, ses extases devant des sportifs dont on aura oublié le nom deux secondes après et qu’il passe sous silence toute information un peu politique.

S’il est beau, présentant bien, parlant bien qu’il aille faire de la publicité, de l’évènementiel, du mannequinat, mais par pitié qu’il quitte l’information.

Repost 0
Published by olivier seutet - dans medias
commenter cet article