Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2024 4 23 /05 /mai /2024 10:57

Jordan Bardella fascine les médias. Je ne comprends pas pourquoi. Il est l’archétype du professionnel de la politique, qui n’a jamais rien fait d’autre dans sa vie, qui se complait dans une image lisse et travaillée, qui parle avec un calme exaspérant pour camoufler son manque de flamme, son manque de projets porteurs d’enthousiasme, sa seule expérience d’une obéissance étroite à un maître sourcilleux. Un portrait qui pourrait s’appliquer à Gabriel Attal. Un dialogue proposé entre deux cabots juste sortis de leur niche pour l’occasion.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2024 1 15 /04 /avril /2024 21:00

Le conseil constitutionnel est un cancer qui prolifère au cœur de l'état. Dans la constitution votée en 1958 et 1962 il n ‘était qu’un simple comité de surveillance de l’honnêteté des élections , et un greffier chargé de constater la conformité des lois à la constitution uniquement sur requête des présidents de la République, de l’Assemblée Nationale et du Sénat si par hasard ils étaient saisis d’un doute.

Depuis, le populisme des pouvoirs législatifs et exécutifs, par des votes du Congrès, ont multiplié ses possibilités de saisine. Le Conseil Constitutionnel  en a profité pour usurper la prérogative de censurer les lois votées en se basant sur des principes qu’il croit trouver dans des textes qui n’ont jamais été votés directement par le peuple : traités internationaux, déclaration des droits de l’hommes, préambule de la constitution, décisions de tribunaux étrangers. 

Ces coups de force viennent contrecarrer le seul principe qui vaille pour la République (article 2 de la constitution de 1958) : «le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Il est temps de revenir au texte originel et de purger par un référendum le texte de tous les ajouts votés par un Congrès qui n’avait pas délégation du peuple sur ces sujets.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2024 7 17 /03 /mars /2024 10:34

L’arme nucléaire française est née lorsque l’URSS était une puissante dominante avec à la fois une capacité nucléaire pour anéantir notre pays et une armée conventionnelle apte à l’envahir et l’occuper probablement en quelques semaines. La théorie de la dissuasion était celle du faible au fort : nous ne pouvions nous défendre longtemps ou efficacement mais nous pouvions infliger à l’adversaire un dommage inacceptable pour lui. Cette dissuasion ne serait mise en oeuvre que si les intérêts vitaux de la France étaient en jeu. Personne n’avait clairement défini quels étaient ces intérêts vitaux. La seule certitude était que la dissuasion était liée à une menace forte, en cours d’accomplissement contre notre territoire sanctuarisé. La dissuasion du faible au fort est une arme particulière qui pour être crédible ne souffre pas d’interprétation de la part des ennemis.

 

Le président Macron vient de parler de protéger des intérêts essentiels. Ce langage flou (essentiel est-ce vital ?) , pour lui le summum de l’art de la guerre,  est le comble de l’hypocrisie puisque personne ne peut imaginer que l’on puisse utiliser notre arme nucléaire pour défendre Odessa (ou Kiev) voire pour récupérer la Crimée pour le compte d’un autre pays. Il ne veut donc parler que de l’implication directe de nos armées conventionnelles pour défendre l’ukrainité de la Crimée ou des provinces du Donbas., ou, ce qui est à craindre prochainement, le port d’Odessa. Le seul problème est que l’on ne peut dissuader un pays adverse avec les maigres forces que nous avons. Au mieux on l’ennuie. C’est la piqure de la mouche du coche.

Mener une guerre juste en définissant qui est l’instigateur des hostilités est d’importance mineure quand personne ne veut se battre : ni les ethnies non-russes des républiques autonomes de sibérie qui fournissent la chair à canon; ni les ukrainiens qui échappent à la conscription par la concussion; et encore moins les ressortissants de pays membres d’une organisation internationale sans âme, tournée pour l’essentiel vers des projets mercantiles (L’Union Européenne). L’incapacité des armées en ligne est patente entre les ukrainiens qui n’ont pu faire de percée quand ils avaient encore des munitions, et les russes qui n’arrivent à conquérir que des lambeaux de territoires face à des forces exténuées et inférieures en nombre. Les uns n’ont pas les moyens de renverser le régime de Poutine par les armes, les autres ont peut-être la capacité d’arriver jusqu’à Kiev, mais au prix d’une saignée extravagante pour un pays en plein déclin démographique.

Prétendre que nos valeurs sont à défendre sur le Don est sans intérêt puisqu’il n’existe pas de nation européenne qui ait subi le baptême du sang, et les nations qui constituent cette Europe, qui auraient pu prétendre avoir cette expérience, sont en pleine crise existentielle, incapables de se définir une frontière les distinguant des autres, incapables de célébrer leur passé qui pourtant leur permet d’exister, soumises à des influences culturelles qui les dénaturent.

Si les accents martiaux de Macron sont là pour tenter de faire peur à Poutine, l’objectif est louable mais vain s’il n’est pas appuyé sur la recherche d’une issue; les européens peuvent éventuellement donner un coup de col, mais surement pas s’engager dan la lutte au long-terme quand d’autres objectifs sont tout aussi menaçants. Les occidentaux devront, à un terme plus ou moins proche, décider d’un statu quo.  Il était d’ailleurs lisible, dans les paroles du président, qu’il ne faisait pas sienne l’idée de réclamer la Crimée pour l’Ukraine : la formule qu’il a utilisée  était du style "aux ukrainiens de voir" pour cet objectif (ce n’est donc pas un point essentiel). Encore un effort et il reviendra aux accords de Minsk, assortis cette fois d’une garantie d’intégrité de l’Ukraine.

 

Beaucoup de paroles pour pas grand chose avec l’inconvénient majeur d’avoir abimé notre doctrine de dissuasion nucléaire.

Partager cet article
Repost0
6 mars 2024 3 06 /03 /mars /2024 11:08

Comment une assemble de représentants du peuple a pu se complaire à un vote ignominieux : inscrire dans la constitution un droit à l’avortement présenté comme une conquête des femmes.

Le droit de tuer des foetus ! En quoi celà relève-t-il de l’organisation des pouvoirs, de la protection de la démocratie, de la dignité des citoyens ?

Ce prétendu droit est une infraction à l’interdiction de tuer. Il n’avait été mis en place dans la loi Veil  que comme une exception justifiée par la mise en place de conditions restrictives pour celles qui voulaient y recourir, et d’une clause de conscience pour les médecins qui n’y voyaient pas un acte médical. Depuis son vote, la loi Veil a été dénaturée pour être transformée de loi de protection sociale pour venir secourir des femmes en détresse en un symbole de la libération des femmes. Quel scandale que cette libération se manifeste pour mettre fin à des enfants à naître : la contraception existe et est bien le seul moyen raisonnable de pratiquer la sexualité sans en faire un projet de natalité.

La puissance de la propagande a pu être mesurée sur les votes. Ils sont bien influençables nos représentants; ! Quant à notre président, il se glorifie d’être à la mode !

Partager cet article
Repost0
26 février 2024 1 26 /02 /février /2024 11:57

Les aventures de Pinocchio-Macron ne font plus rire. Plus le désastre est présent, plus il s'obstine, plus le nez s’allonge. Trois exemples.

1) L’accord France-Ukraine signé en catimini du parlement, et des français aussi,  par Macron et Zelensky prévoit en particulier : »Les Participants s'efforceront de faire en sorte que les capacités militaires de l'Ukraine soient d'un niveau tel qu'en cas d'agression militaire extérieure contre la France, l'Ukraine soit en mesure de fournir une assistance militaire efficace. » Nous voilà soulagé  : si les méchants russes, américains, chinois nous attaquent, la valeureuse armée ukrainienne viendra nous porter secours grâce aux milliards déversés pendant les dix ans à venir (3 milliards par an ? Ce n’est pas clair, mais au diable les détails). Le niveau de foutage de gueule est largement dépassé. A juste titre Védrine et Chevènement demandent un débat au parlement sur ces engagements et plus généralement sur une politique de défense qui sombre dans le flou.

 

2) La suppression des droits de douane et des contingentements sur en particulier les poulets ou les oeufs avec l’Ukraine a été validée par les états européen. Comme le signalait la revue Capital, les oligarques ukrainiens disent merci avec des multiplications par trois de leur chiffre d’affaire depuis de le début de l’invasion russe. Pour faire bonne mesure les chefs d’état européens viennent, tous, de confirmer que les importations en Europe depuis les fermes géantes d’Ukraine pourraient continuer au niveau actuel. Mépris de la vérité.

 

3) Les traités de libre-échange dans leur esprit tentent de sauver les possibilités d’exportations des machines-outils et voitures allemandes en dédouanant les importations agricoles en Europe. Dans cette logique va entrer en vigueur, en juin, l’accord avec la Nouvelle-Zélande sur l’importation de viande ovine, de viande bovine, de fromages; vont être votés jeudi prochain des accords avec le Chili et le Kenya; est sous presse l’accord avec le Mercosur (le Brésil essentiellement). Comment mettre en place des prix minimaux sur le marché agricole français dans ces conditions ? Foutaise et mensonge.

 

La crise s’aggrave dans tous les domaines (financier, stratégique, sociétal, social), et Pinocchio nous fait des petites colères, persévère dans ses contradictions, et nous exaspère de ses mépris.

Partager cet article
Repost0
25 février 2024 7 25 /02 /février /2024 11:27

Dans la perpective d’un amaigrissement souhaitable de l’état il serait urgent de supprimer le ministère de la Culture. Cela permettrait de mettre fin à plein d’anomalies : l’idée même d’une bande de fonctionnaires mécènes est offensante pour un esprit esthète, et la floraison des FRIC-FRAC qui entassent les oeuvres des copains pourrait enfin se terminer. Cela autoriserait la mort de ce cinéma de prédateurs qui a fait fleurir les Jacquot, Doillon et autres sous-doués de l’entre-soi. Ouf, plus d’intermittents du spectacle crasseux et revendicatifs avant que l’on invente des intermittents de la poésie ou de la sociologie. Et cerise sur le gâteau la fermeture de la rue de Valois devrait emporter la privatisation du service public de l’audiovisuel : nous n’aurions plus à supporter les Legrand, Morand, Badou, Colombani, nous assaisonner de leur anti-conservatisme, les Drucker,  Adler, nous infliger à perpétuité leurs prestations hors d’âge, les Meurisse, Aram, nous donner honte de leurs rires autour du bas-ventre.  La mort du ministère de la pensée est le premier pas vers la fin de propagande des survivants du communisme, vers la libération de la parole des opposants au totalitarisme des légistes, vers la floraison des opinions les plus saugrenues.

Partager cet article
Repost0
22 février 2024 4 22 /02 /février /2024 11:47

Sinistre édifice imaginé dans un style composite par Soufflot, mal construit par ses épigones, défiguré par Quatremère de Quincy qui a obturé quasiment toutes les fenêtres, enlaidi à l’intérieur de pompeuses décorations peintes par les illustres Paul-Joseph Blanc, Jules-Ferdinand Humbert, Jules Lenepveu, Jules-Elie Delaunay, et autres grands hommes de l’art Troisième République.

Seule la façade donnant rue Soufflot donne à souffler. Le reste de la bâtisse étouffe la place du Panthéon de ses murs aveugles, attristant les façades de l’Ecole de Droit, de la Bibliothèque Sainte Geneviève et surtout écrasant de sa masse informe l’élégance de l’église Saint Etienne du Mont et les restes vénérables de l’abbaye Sainte Geneviève occupée maintenant par le Lycée Henri IV. En entrant ou sortant du lycée, j’ai longtemps tourné autour de de ce catafalque en me demandant ce qu’avait pu mériter ceux qui y reposaient maintenant après que leurs tombes aient été violées.

« Aux grand hommes la patrie sacrilège »  devrait être inscrit sur l’architrave.

Partager cet article
Repost0
12 février 2024 1 12 /02 /février /2024 11:34

Faute de Dieu, d’être suprême, d’idées platoniciennes, la république française se réfugie dans la canonisation de personnes qui n’en méritent pas tant. Après Simone Veil réfugiée au Panthéon pour une loi imaginée par un tandem Giscard-Chirac pour une fois d’accord, après Delors héroïsé aux Invalides pour avoir fait  prospérer une organisation bruxelloise à la légitimité politique et économique discutable instaurée par le duo Mitterand-Kohl, voilà maintenant Badinter qui va rejoindre cet empyrée pour avoir soit bien exécuté la volonté de son maître sur la peine de mort, soit avoir feint d’instaurer la décriminalisation de l’homoséxualité alors qu’elle était en vigueur depuis 1791 !

Tous étaient gens de talents, de vertus, mais qui n’ont dû leur célébrité politique qu’à la faveur et à l’appui du Prince. Remarquables dans leur profession respective, ils ne sont que des nains dans le destin de la France. Leur entrée dans le cercle des génies tutélaires de notre pays est une imposture imaginée par un état en peine de valeurs.

Partager cet article
Repost0
1 février 2024 4 01 /02 /février /2024 18:02

Organisme créé par la constitution de 1958 qui est devenu illégitime au fur et à mesure de ses

Pas de référendum populaire, pas d’assemblée constituante qui ait autorisé l’élargissement de son domaine de références (la déclaration des droits de l’homme de 1946, le préambule de la constitution, les jurisprudences de la Cour européenne de Justice ou de la Cour Européenne des Droits de l’Homme). Pas plus d’autorisations populaire pour ses modalités de saisine (la Question Préalable de Constitutionnalité).

La transformation fondamentale du rôle du Conseil Constitutionnel s’est faite par la réunion du Congrès de l’Assemblée Nationale et du Sénat; cette modalité étant prévue pour des adaptations de la constitution et non pas pour des transformations drastiques. Ce tour de passe passe a modifié l’esprit et l’équilibre de la constitution. D’un organisme chargé de contrôler les consultations électorales, et le domaine de la loi, est né un tribunal chargé de vérifier la pertinence de la loi, ce qui revient à anéantir le principe fondamental de la déclaration des droits de l’homme du citoyen de 1789 : « La loi est l’expression de la volonté générale. ». Des personnes désignées par les présidents de la République, de l’Assemblée Nationale, du Sénat ne peuvent, par délégation de délégation, sans aucune procédure de confirmation, ne peuvent être l’expression de la volonté générale.

Le Conseil Constitutionnel ne représente pas le peuple, ses pouvoirs n’ont pas été définis par le peuple. Il est illégitime et ses décisions sont sans valeur  décisionnelle. Un référendum est impératif pour revenir à la conception initiale du pôle du Conseil Constitutionnel.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2023 6 23 /12 /décembre /2023 11:55

La satisfaction manifestée à propos de cette loi immigration est l’expression au mieux d’un manque de réalisme au pire de mensonges.  Le sujet ne peut se limiter à des mesures techniques sans apporter une réflexion sur des points difficiles mais essentiels :

  • le développement en France ne se fait pas en important de la main d’oeuvre sous-qualifiée et donc sous-payée au détriment de cinq millions de personnes sans emploi ou avec une activité réduite que l’on ne forme pas comme il faudrait;

      -     le développement nécessaire des pays d’émigration pourrait être une perspective européenne  plus enthousiasmante que le libéralisme économique d’un autre âge de Bruxelles;

  • La maîtrise juridique des flux migratoires passe par la restauration de l’autonomie de nos juridictions suprêmes (Cour de Cassation et Conseil d’Etat) à l’égard de jurisprudences nées de conventions internationales à dénoncer ou à renégocier.

Et j’omets le sujet le plus épineux, celui de l’identité culturelle et donc de l’assimilation des nouvelles populations.

Partager cet article
Repost0