Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 11:54

L’Eglise (c'est-à-dire l’ensemble des fidèles, croyants pratiquants,  occasionnels, voire ceux se sentant une affinité ; non pas seulement un clergé) se doit d’avoir des opinions.  Trop de politiques veulent éliminer toute référence chrétienne de la sphère du politique au prétexte qu’il s’agirait d’une atteinte à la laïcité ; la religion proclament-ils (Madame Aubry, en dernier lieu) est une affaire privée et ne doit pas interférer avec  le domaine public. C’est une drôle de conception de la liberté d’expression. Les chrétiens ont inventé l’idée que le fonctionnement de l’Etat régalien se doit d’être indépendant  des croyances (« rendez à César …) ; certains avaient un peu oublié cette idée depuis Constantin jusqu’à la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Mais cette séparation n’est valide que pour les actions régaliennes de l’Etat : la défense, le maintien de l’ordre, les impôts nécessaires au fonctionnement de la vie collective. Lorsque l’Etat se dilate pour englober dans ses fonctions l’ orientation des mœurs, une politique culturelle, un impératif éducatif, alors sa légitimité à vouloir tout régenter se dilue. Un chrétien non seulement se doit d’avoir des opinions chrétiennes sur les moeurs, l’éducation, la culture mais a pour obligation de les proclamer (au nom de sa liberté d’expression), et de tenter de les faire passer dans la société (au nom de sa loi morale). Les chrétiens sont divers, leurs opinions sont donc variées. La seule chose importante est pour moi qu’il n’existe pas d’opinions « obscurantistes » ou « modernes » ; ce ne sont que des adjectifs. Le « progrès », la « mode », l’ « opinion majoritaire » ne peuvent rien justifier, ce ne sont que des concepts parfaitement étrangers dans une religion. C’est au nom de ces adjectifs et de ces concepts que l’on voudrait éliminer des discussions passionnantes parce que difficiles : l’avortement non thérapeutique, le suicide (qui n’est pas l’euthanasie), le remariage chrétien, les principes d’éducation (qui ne sont pas nécessairement républicains), la sexualité (qui ne peut quand même pas se limiter à un hédonisme de tous les instants), la politique culturelle (qui ne peut être limitée aux « Lumières » plus le rap et les tags), et la litanie peut continuer.

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 21:24

Extraordinaire. Nous sommes la veille de Noël. Je regarde un des grands journaux télévisé. Noël est relégué entre un commentaire sur la burka et une diatribe contre les cathédrales : il est uniquement traité  comme une sorte de sympathique occasion de faire travailler le commerce, une fête pour les enfants à qui l’on va acheter les beaux jouets en plastique fabriqués en chine, ou un « réveillon » au cours duquel  les bonnes gens pourront se bâfrer et se pinter.

Inadmissible pour les chrétiens qui demain soir vont fêter la naissance du Christ, donc l’évènement extraordinaire (pour les croyants bien entendu) de l’intrusion de Dieu dans le Monde. Inadmissible cette omerta sur ce qui concerne une forte minorité en France. Et les présentateurs nous fatiguent avec  des sapins de Noël (qui ne représentent rien dans la tradition chrétienne), des pères Noël (adaptation d’un bon vieux Saint Nicolas hollandais métamorphosé par les américains). Ils n’ont qu’une crainte, apparaître comme inféodés à la religion.

La fatigante obsession de la laïcité, a été inventée par la Révolution Française, réinventée par les radicaux-socialistes de la troisième République. La liberté de pensée, la liberté de confession, n’ont rien à voir avec cette haine du religieux baptisée laïcité ; la caricature a remplacé le modèle ; la grimace le sourire. 

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 18:25

Très amusant de lire Me Geoffrin en défenseur des religions. Juste un petit problème : l'Islam n'est pas seulement une religion, c'est aussi une culture et un système politique. La seule expérience récente d'un Islam réduit à une simple religion a été menée par Ataturk; c'est donc possible; mais il faut quand même garder en tête qu'Ataturk a imposé sa volonté avec beaucoup de détermination, sinon de brutalité; et les résultats en Turquie ne sont pas encore complètement acquis. La voie est donc étroite pour nos pays occidentaux : il leur faut trouver le moyen de laisser les musulmans pratiquer leur religion à titre privé sans qu'ils empiètent sur la sphère publique. Les signes extèrieurs de la religion islamique doivent chaque fois être analysés pour savoir s'ils sont ou ne sont pas
des manifestations d'un impérialisme culturel, voire politique. C'est vrai pour le ramadan, les nourritures dans les cantines scolaires, la pratique de la polygamie, le port de la burka, et même pour le minaret (qui n'a pour fonction que de lancer l'appel du muezzin). Pour reprendre l'exemple d'Ataturk, afin de restreindre l'Islam au statut de religion privée, il n'a pas hésité à transformer l'ancienne Sainte-Sophie de Mosquée en musée, à abolir le califat, à interdire le port du voile dans les administrations et les écoles, à transférer du vendredi au dimanche le jour chomé hebdomadaire. Pleins de gestes symboliques. Il serait peut-être nécessaire aux pays occidentaux de marquer cette volonté d'accepter la religion, tout en refusant son envahissement culturel.

Partager cet article

Repost0